• Klaus Meitinger & Moritz Eckes

Du côté des pédés.

Avec chaque taux de croissance plus faible et chaque nouvelle négative du secteur des entreprises, de plus en plus d'investisseurs commencent à penser l'impensable. Se peut-il vraiment que le monde soit confronté à une nouvelle récession ?

A première vue, la nervosité des marchés est totalement contraire aux prévisions officielles. L'OCDE, par exemple, prévoit une croissance de 3,0 % cette année et de 3,3 % en 2017. Récession ? Pas une trace. Par-dessus tout, les Auguren voient la baisse des prix des matières premières comme un énorme programme de relance économique. Cela pourrait nous rassurer si ce n'était de notre expérience que les économistes ne reconnaissent habituellement pas une récession avant qu'elle ne soit déjà là.

Au printemps 2008, par exemple, les grands instituts de recherche allemands s'attendaient à une croissance de 1,7 % dans la zone euro en 2008 et de 1,6 % en 2009 - même si les chercheurs disaient déjà à l'époque : "La crise immobilière américaine pèse sur l'économie". L'effondrement à moins 4,0 % en 2009 n'était même pas près d'être un problème.

Pourquoi est-ce que c'est comme ça ? Ce que les chercheurs qualifient de "risques pour la stabilité financière" est évidemment imprévisible. Les grandes faillites d'entreprises et d'États, les crises bancaires et de crédit, la fuite des capitaux, les turbulences monétaires - tout ce qui peut déclencher des effets domino. Ces dangers augmentent lorsqu'il y a trop d'endettement dans le système après une longue phase de reprise.

Aujourd'hui, ces risques pour la stabilité financière sont plus grands qu'ils ne l'ont été depuis longtemps. Il y a un nombre supérieur à la moyenne de déclencheurs qui pourraient renverser la première pierre : la géopolitique. Chine. Brexit. L'effondrement des marchandises. Faillites de l'industrie américaine en faillite. La désunion de l'Europe dans la crise des réfugiés.... Dans le même temps, les cours des actions restent supérieurs à la moyenne, en particulier aux États-Unis. 

Cette combinaison rend en fait la stratégie d'investissement très simple. Nous sommes riches. On n'est pas obligés de l'être. On veut juste le rester. Notre grand avantage par rapport à l'industrie financière est que nous pouvons rester à l'écart pendant un certain temps dans de telles situations. Et d'accepter consciemment que nous pourrions donner quelques points de pourcentage de rendement. Dans quelques mois, nous verrons plus clairement où va la balance. D'ici là, nous vous tiendrons au courant à www.private-wealth.de .

Au cours des trois prochains mois, l'ID utilisateur sera :  privatewealth, le mot de passe :  Achterbahn.

Klaus Meitinger     Moritz Eckes

Rédacteur en chef      Éditeur

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux