• Jennifer Holleis

Succès garanti.

(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)

Aufmacher Oetker

Grâce à une commercialisation intelligente des sachets de poudre à cuire à dix pfennigs et à une diversification précoce, la pharmacie d'August Oetker est devenue en 130 ans l'une des plus grandes entreprises allemandes. Après la scission du groupe Oetker à l'été 2021, son avenir reste ouvert.

L'année 1891 promet d'être bonne. Le 1er janvier, le Dr August Oetker, pharmacien de 29 ans, reprend la "Aschoff'sche Apotheke" au 3 de la Niedernstraße à Bielefeld. Il a emprunté l'argent nécessaire à sa belle-mère et à la banque. L'épouse Karoline assure les arrières de ce scientifique diplômé, fils d'un maître boulanger, et s'occupe de leur fils Rudolf, âgé de deux ans. August Oetker promet de "servir au mieux tous ceux qui honorent mon officine de leur confiance". Ses premières recettes sont une crème pour les pieds et une teinture de verrues.

Au lieu d'élaborer d'autres médicaments, Oetker travaille désormais sur un autre ingrédient dans l'annexe de la pharmacie. Son cousin Louis Dohme, qui vit en Amérique, lui a parlé de la "Professor Horsford's Phosphatic Baking Powder". Cette poudre blanche serait un agent de cuisson au goût neutre, avec lequel les pâtes à gâteaux lèveraient à coup sûr - un standard dans les grandes boulangeries américaines. Ne serait-ce pas aussi quelque chose pour chaque ménagère en Allemagne ? Le sentiment délicieusement fiable que tout est garanti en pâtisserie.

Oetker fait des expériences dans la boulangerie Müller de la Obernstraße, située à proximité. Il conditionne le résultat dans des petits sachets en papier de 9,6 cm sur 5,4 cm. Chaque sachet pèse 20 grammes. C'est exactement la quantité de poudre à lever nécessaire pour 500 grammes de farine. En 1893, le "Backin" est lancé sur le marché avec la "garantie de réussite". La nouvelle poudre à lever se vend comme des petits pains chauds - pour dix pfennigs, un prix qui sera maintenu pendant les 70 années suivantes.

Au cours des années suivantes, Oetker reste fidèle aux poudres blanches. En 1894, il ajoute le sucre vanillé en portions et la poudre pour pudding, en 1898 la fécule "Gustin". Le 21 septembre 1903, Oetker s'assure la marque "Backin" "en tant que procédé de fabrication de poudre à lever durable ou de farine prête à cuire" sous le numéro de brevet 144 289.

En 1906, le Dr Oetker vend le 24 millionième sachet de poudre à lever. Il a depuis longtemps laissé derrière lui le commerce de la pharmacie et a déménagé dans des locaux plus grands avec sa "Fabrik für chemische Präparate für Küche und Haushalt, Dr. Peu avant la Première Guerre mondiale, 350 employés s'occupent d'une production annuelle de 108 millions d'unités. Eduard et Louis, deux de ses neuf frères et sœurs, sont à bord de l'entreprise familiale en tant que chefs de service.

Pendant la guerre, Oetker continue d'augmenter ses ventes. D'une part par des livraisons à l'armée, mais surtout par l'appel : "Ménagères allemandes ! A partir de maintenant, n'achetez plus que du Gustin allemand au lieu de la marque anglaise Mondamin, très utilisée jusqu'à présent".

Lorsque son fils Rudolf, le successeur désigné, est tué pendant la Première Guerre mondiale, August Oetker perd cependant le courage de vivre. Le nouveau mari d'Ida, sa belle-fille veuve, est Richard Kaselowsky. Celui-ci accepte le rôle de père pour le nouveau-né Richard-August et entre dans l'entreprise familiale. Il reprend les rênes avec succès lorsqu'August Oetker meurt d'une attaque cérébrale le 10 janvier 1918. À partir de 1944, c'est son petit-fils qui dirige le groupe. Il le restructure en quatre secteurs : Alimentation ; bière, champagne, vin et boissons non alcoolisées ; chimie ; hôtellerie et finances. Rudolf-August dirige le groupe Oetker ainsi constitué jusqu'en 1981.

Cette fois, ce ne sont pas les successeurs qui manquent. Lorsque Rudolf-August décède en 2007, il laisse derrière lui huit enfants issus de trois mariages. Mais ceux-ci ont des idées très différentes sur l'avenir de l'entreprise. Une querelle de plusieurs années se termine à l'été 2021 par le partage du groupe qui emploie environ 37000 personnes et réalise un chiffre d'affaires de 7,3 milliards d'euros. Les cinq enfants les plus âgés reprennent le secteur alimentaire, les trois plus jeunes les secteurs du vin mousseux, du vin, des spiritueux et la collection d'art qui s'est entre-temps constituée.

August Oetker a jeté les bases de leur prospérité il y a 130 ans, comme il l'écrit au point 7 de ses préceptes d'entreprise de 1908 : "Il suffit généralement d'une bonne idée pour que l'homme soit fait". ®

Auteur : Jennifer Holleis

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux