• Sonderveröffentlichung: Matador Partners Group AG

Le booster de rendement.

Matador shutterstock 1664829583Capital-investissement secondaire. Sur les marchés privés, les investissements peuvent être réalisés dans les différentes phases de croissance d'une entreprise. "Pour compléter notre large portefeuille de private equity avec une dose de capital-risque, nous recherchions depuis longtemps une opportunité d'investissement appropriée", explique Florian Dillinger, Matador Partners Group, "nous avons maintenant trouvé un véhicule idéal."

"Lorsque le financier Sequoia Capital a donné 60 millions de dollars à la petite start-up WhatsApp en 2009, elle était livrée à elle-même. Presque personne ne croyait au succès du service de messagerie.Cinq ans plus tard seulement, le fonds a vendu sa participation à Facebook pour trois milliards de dollars - une augmentation de valeur d'un facteur 50", explique Florian Dillinger, Matador Partners Group : "C'est exactement l'idée du capital-risque. Il s'agit de repérer les futurs leaders du marché le plus tôt possible, d'y investir et de vendre plus tard avec des rendements énormes."

Une fois qu'il est lancé, Dillinger peut penser à d'innombrables histoires similaires que les investisseurs ont utilisées pour décupler, voire centupler, leur capital. "Groupon, Snapchat, Beyond Meat, ou plus récemment Biontech et Auto1 ont tous commencé très petit. Le capital-risque, le capital-risque, a permis à ces entreprises de se développer rapidement - et les investisseurs ont gagné des sommes incroyables de cette manière. Pour une société d'investissement comme Matador, il ne s'agit pas seulement d'une merveilleuse opportunité de diversification. Elle peut aussi - si elle est réussie - devenir un véritable amplificateur de rendement".

Depuis la création de Matador en 2005, Dillinger a donc également investi à plusieurs reprises dans le capital-risque. "Ce faisant, nous nous concentrons sur le créneau dans lequel nous avons également du succès en termes de capital-investissement - les affaires sur le marché dit secondaire. En d'autres termes, nous achetons des parts de fonds existants qui sont vendues par les investisseurs - parfois sous pression - à un prix fortement réduit. Du point de vue du risque et du rendement, c'est tout simplement de loin la meilleure idée que d'investir directement dans un fonds primaire dès le départ." (Lire "Cinq cartes sauvages pour les secondaires" ci-dessous).

En mars 2019, par exemple, Florian Dillinger réussit à acquérir une part du fonds de capital-risque Wellington Life Science IV, lancé sept ans plus tôt. "Le fonds était entièrement investi, je connaissais bien les entreprises et je pensais que le portefeuille était très prometteur. L'investisseur voulait vendre dans les 14 jours car il devait respecter un autre engagement. Nous avons donc proposé de prendre le portefeuille avec une remise de 30 %. Il a d'abord refusé. Mais juste avant la fin des deux semaines, le feu vert est arrivé."

Peu de temps après, deux ventes d'entreprises apportent les premiers retours. Puis, en mai 2020, l'œil du taureau. "Le géant pharmaceutique américain Merck a racheté le fabricant viennois de vaccins Themis Bioscience, dans lequel le Fonds Wellington détenait une participation importante, pour 450 millions d'euros. Cette seule sortie a permis de doubler notre capital total investi. Et a aidé Matador à réaliser une année 2020 très réussie", informe Dillinger.

Cet exemple illustre non seulement le charme particulier de l'investissement en capital-risque, mais surtout les avantages du marché secondaire. "Investir dans un fonds primaire", explique Detlef Mackewicz, conseiller de longue date de Matador, "est en fait une sorte de boîte noire pour les investisseurs dans les fonds PE ou VC. Vous transférez des capitaux et ne savez pas où le gestionnaire du fonds va les investir."

C'est différent avec les investissements secondaires, dit-il. "Après tout, le fonds a investi il y a un certain temps, les cas problématiques sont maintenant aussi bien connus que les hauts potentiels. C'est un avantage considérable, surtout dans le secteur du capital-risque. La règle générale là-bas est que quatre start-ups sur dix font faillite, quatre languissent. Et les deux qui réussissent doivent s'occuper de tous les retours." "En outre, les décotes par rapport aux valeurs d'actif net des entreprises confirmées par les auditeurs sont particulièrement importantes dans le secteur du capital-risque", ajoute Dillinger.

Alors qu'ils sont de 10 à 15 % dans le capital-investissement traditionnel, il affirme que 30 % sont encore possibles dans le segment du capital-risque aujourd'hui. "Cela a quelque chose à voir avec l'aspect diversification", explique M. Mackewicz. "Le fonds de capital-investissement classique est investi dans 30 à 40 entreprises, qui contribuent toutes à la performance globale du fonds. Il n'y a pratiquement pas d'échec, mais pas non plus d'aberrations au sommet. Dans un fonds de capital-risque, en revanche, il n'y a que quelques facteurs de valeur potentiels après quelques années. Cette concentration est considérée comme un risque plus important. En conséquence, les remises sont plus élevées."

Cette analyse montre également où se situent les défis de l'investissement en capital-risque. "Tout est question de diversification et de sélection", précise M. Mackewicz. Plus le portefeuille est large, plus la probabilité de décrocher un vrai coup est grande. "C'est pourquoi les investissements ponctuels dans des fonds individuels sont également fortement déconseillés. Un investisseur ne sera satisfait de son engagement que s'il le structure de manière disciplinée comme un programme avec au moins deux engagements par an sur quatre millésimes. Il devrait donc pouvoir investir dans huit fonds différents", explique l'expert.

Pour la plupart des investisseurs privés, le besoin en capital est déjà un obstacle insurmontable. "Avec les engagements de capital minimum habituels de cinq millions de dollars par fonds, cela ne concerne que les investisseurs dont les actifs se situent dans la tranche supérieure des millions à trois chiffres", précise M. Dillinger.

Une difficulté encore plus grande est de trouver le bon fonds. "Il n'existe pas de classe d'actifs dans laquelle les résultats divergent autant que dans le domaine du capital-risque", indique M. Mackewicz, en se référant aux chiffres de l'institut de recherche eFront, une filiale de Blackrock. D'après ces chiffres, les cinq premiers pour cent des fonds de capital-risque américains ont généré des retours annuels sur le capital investi (IRR) de 42,8 % au cours des 20 dernières années.En Europe, ce chiffre n'était que de 27,7 %, tandis que les 5 % les plus mauvais ont détruit du capital. La liste des résultats se situe entre moins 17,6 % par an (États-Unis) et moins 19,9 % (Europe). "Ce qui est frappant, cependant, c'est que nous retrouvons toujours les mêmes gestionnaires de capital-risque dans les méga-opérations réussies. Cela permet au moins de supposer qu'ils connaissent particulièrement bien le secteur. Les fournisseurs qui ont réussi dans le passé devraient également fournir des résultats solides à l'avenir", déclare M. Dillinger.

Le problème : les investisseurs particuliers ont peu de chances d'avoir accès aux meilleurs fonds. Ils ont été des "boutiques fermées" pendant longtemps et n'acceptent les investisseurs que sur invitation. Presque exclusivement ceux qui avaient déjà souscrit aux fonds précédents y entrent. C'est pourquoi il est presque impossible pour un nouvel investisseur européen d'y acquérir des actions", explique M. Mackewicz.

Mais c'est exactement ce que les deux voulaient.Jusqu'à présent, ils n'avaient investi que dans des fonds européens dans le secteur du capital-risque. "Toutefois, comme le prouvent les résultats, dans le secteur du capital-risque, la musique joue aux États-Unis - plus de capital, plus de volume, plus de possibilités de sortie et plus de possibilités de rendement. En Europe, en revanche, il y a un manque de capital de croissance après la phase de démarrage pour donner aux entreprises l'impulsion dont elles ont besoin dans la phase d'expansion", explique M. Dillinger.

Pour s'implanter sur le marché américain, Dillinger et Mackewicz ont trouvé une approche particulière. Pendant plusieurs années, les deux hommes ont surveillé un fonds de fonds de capital-risque - Greenspring Associates. "Il dispose d'un très bon réseau et a pu investir régulièrement dans des fonds de capital-risque de premier ordre mais à accès limité, comme Accel ou Benchmark. En janvier de cette année, il a lancé avec succès sa dixième génération de fonds", explique M. Mackewicz.

"Ce qui nous intéresse particulièrement, c'est que Greenspring a lancé quatre générations supplémentaires de fonds secondaires de capital-risque depuis 2014. Avec des rendements nets annuels pour les investisseurs de 34,9 % (millésime 2014), 38,7 % (2016) ou 27,4 % (2018), ces derniers ont obtenu des résultats extrêmement solides. Lorsque la cinquième génération de fonds devait être lancée, nous avons pu obtenir un billet grâce à notre contact de longue date", ajoute M. Dillinger.

La recette du succès : le gestionnaire du fonds de capital-risque secondaire a un accord fixe avec les collègues du fonds de fonds de capital-risque. C'est pourquoi on lui demande toujours en premier lieu si l'un des investisseurs du fonds de fonds veut se séparer de ses actions. C'est ainsi qu'il se procure régulièrement du matériel intéressant. "Nous nous engageons à verser dix millions de dollars. En perspective, le capital-risque représentera alors environ dix à quinze pour cent des participations de Matador", informe Florian Dillinger et conclut : "Je suis convaincu que cela donnera aux rendements de Matador une nouvelle impulsion décente"®.

–––––––––––––––––––––

// Cinq jokers pour les secondaires.

Pour les investisseurs, les investissements dans les fonds secondaires de capital-investissement et les fonds secondaires de capital-risque offrent cinq avantages intéressants par rapport aux fonds primaires :

Tout d'abord, les investissements secondaires drainent le capital plus rapidement. Il y a donc une accumulation accélérée d'actifs. L'effet de courbe en J, commun aux primaires, est atténué ou complètement évité. Les investisseurs ne peuvent donc pas seulement espérer des rendements plus rapides. Ils disposent aussi immédiatement d'un portefeuille diversifié de fonds de différents millésimes, régions et styles.

Deuxièmement, les gestionnaires de fonds secondaires n'achètent pas une boîte noire. Les actifs sont déjà dans le fonds et peuvent être bien évalués. Cela réduit le risque et est particulièrement important dans le domaine du capital-risque, car pour de nombreuses start-ups, il devient évident au cours des premières années si elles ont une réelle opportunité.

Troisièmement, il permet à l'investisseur d'intégrer des millésimes de fonds qui ne sont plus disponibles sur le marché primaire.

Quatrièmement, les coûts sont moins élevés parce que le fonds a une durée de vie restante plus courte et que les frais de gestion des premières années ont déjà été payés par l'investisseur initial qui vend maintenant ses parts.

Et cinquièmement, des réductions de la valeur présumée de l'entreprise interviennent souvent dans la transaction parce qu'un vendeur veut se séparer de sa participation et est donc prêt à faire des concessions sur le prix.

Matador, une société d'investissement cotée en bourse, se concentre toujours exclusivement sur le marché secondaire. Dans l'année d'investissement 2020, extrêmement difficile, cette stratégie s'est avérée excellente. "Avec nos 19 fonds en portefeuille, nous avons pu réaliser un rendement net de 13,9 % durant cette période", informe Florian Dillinger et poursuit : "La somme des plus-values a largement dépassé le volume des amortissements, de sorte que sur une base nette et corrigée des effets de change, un gain net des fonds d'environ 2,88 millions de francs suisses a été enregistré."

Matador a actuellement des investissements dans 19 fonds de capital-investissement avec un total d'environ 1400 entreprises et prévoit de continuer à élargir considérablement son portefeuille dans les mois à venir. La société vient de s'engager à hauteur de dix millions d'euros dans un fonds de capital-risque secondaire géré par la société américaine Greenspring Associates.

Les actions sont négociées sur les bourses de Berne et d'Allemagne (ISIN : CH0042797206). Grâce à ce véhicule, un portefeuille secondaire largement diversifié, sans restrictions d'investissement minimum, est désormais accessible à tous les investisseurs intéressés.

–––––––––––––––––––––

Publication spéciale :

Matador Partners Group AG

Grundacher 5, CH-6060 Sarnen

41 41 662 10 62

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux