• Sonderveröffentlichung: Schroders Deutschland

L'équilibre optimal.

Schroders Balance 157429894

Obligations d'infrastructure. Le marché des placements à taux d'intérêt est divisé en deux. Les titres totalement sûrs n'offrent plus de rendement. Et lorsque les investisseurs peuvent obtenir des rendements élevés, le risque de faillite est toujours présent face à la récession mondiale imminente. La société d'investissement Schroders a trouvé un juste milieu. Les obligations d'infrastructure peuvent générer des rendements d'environ quatre pour cent - avec un maximum de sécurité.

"En fait, notre considération était assez simple", explique Peter Begler, directeur des alternatives chez Schroders, "nous nous sommes demandé quel secteur de l'économie était le moins touché par d'éventuelles turbulences macroéconomiques et nous sommes inévitablement tombés sur le secteur des infrastructures.

Les infrastructures sont l'épine dorsale de notre économie et de notre société. Les télécommunications, les transports ou les services publics - leurs services et produits sont toujours nécessaires.

"Ce qui est maintenant particulièrement important en pleine crise de la Corona, c'est que les opérateurs privés de cette région continueront très probablement à assurer le service de leurs obligations et à rembourser leurs dettes à l'avenir. Pour illustrer l'idée d'investissement, M. Begler donne un exemple : "Imaginez l'opérateur d'un réseau de chauffage urbain dans une grande ville européenne qui émet une obligation. Il a une durée de sept ans, un rendement d'environ quatre pour cent. Grâce à des contrats à long terme, il a une sorte de position monopolistique dans son domaine, indispensable pour vivre ensemble dans la grande ville. Les ventes sont donc garanties. Et pour remplir ses obligations en matière de crédit, le gestionnaire de réseau n'a besoin que d'un petit pourcentage de son bénéfice annuel avant intérêts et impôts. J'ai du mal à imaginer qu'un tel investissement puisse devenir non performant".

C'est exactement le genre d'investissements que M. Begler recherche pour la stratégie de Schroders en matière d'obligations d'infrastructure. "En combinant ensuite les titres de plus de dix émetteurs différents, nous assurons une diversification et ajoutons ainsi une couche supplémentaire de sécurité".

Schroders adopte donc une nouvelle approche en matière d'investissement dans les infrastructures. Jusqu'à présent, cette classe d'actifs était principalement mise à la disposition des investisseurs par le biais de placements en actions - actions ou investissements directs. "Mais il y a déjà beaucoup de prestataires. Beaucoup de liquidités courent après les quelques opportunités d'investissement particulièrement intéressantes", informe M. Begler. Selon le fournisseur de données Preqin, la "poudre sèche" en 2018 s'est en fait élevée à environ 160 milliards d'euros. "Cela ruine les prix et fait baisser les rendements."

En revanche, le marché des obligations d'infrastructure est relativement petit, jeune et inconnu. "C'est une voie intéressante pour les entreprises car elles peuvent améliorer leur rendement sur les fonds propres en levant des capitaux d'emprunt. Et pour nous, en tant qu'investisseurs, elle est attrayante car elle nous donne un rapport opportunités/risques très inhabituel. Nous gagnons juste un peu moins que l'investisseur en capital, mais si le pire devait arriver, nous serions bien mieux protégés", explique l'expert en infrastructures.

On peut essentiellement distinguer trois domaines. Le premier est un placement privé d'une durée de plus de 20 ans. Elle est toutefois réservée aux investisseurs institutionnels. Les deux autres segments sont importants pour les investisseurs privés. Le numéro deux est constitué par les obligations de premier rang. Ils ont des échéances d'environ dix à douze ans et offrent des écarts de rendement de l'ordre de 200 points de base. Ceux qui prennent un peu plus de risques sont amplement récompensés dans le troisième secteur - les obligations subordonnées. En effet, ces obligations de second rang rapportent environ cinq points de pourcentage avec une échéance de cinq à sept ans. "Comparé à d'autres segments du marché des taux d'intérêt - obligations d'entreprises, obligations à haut rendement ou dette privée, c'est-à-dire l'octroi direct de prêts aux entreprises -, c'est très intéressant", juge M. Begler.

En effet, des analyses avaient montré que non seulement la probabilité de défaillance était sensiblement plus faible pour les obligations de second rang dans le secteur des infrastructures que pour le segment encore plus rentable de la dette privée. "Le taux dit de recouvrement, c'est-à-dire ce qui reste au créancier en cas de défaillance, est également beaucoup plus élevé", explique Peter Begler.

C'est compréhensible. Après tout, de nombreux biens d'infrastructure sont essentiels à notre vie quotidienne. "Ils ne peuvent pas simplement remplacer un réseau de chauffage urbain, une route ou une ligne de fibre optique. Même si la société d'exploitation devait connaître des difficultés financières, les investisseurs auraient toujours accès à un actif réel et à long terme pour le bien d'infrastructure en question", résume M. Begler.

Comme Schroders investit principalement dans des obligations subordonnées à haut rendement, il est important de procéder à une analyse très approfondie de l'émetteur et du projet. Pour ce faire, la société d'investissement peut s'appuyer sur une équipe ayant de nombreuses années d'expérience et un haut niveau d'expertise dans le secteur des infrastructures. Par exemple, l'équipe d'investissement de Schroders analyse non seulement la structure du capital de l'entreprise, mais aussi tous les risques technologiques, opérationnels et de construction.

Ils prêtent également attention aux critères ESG dans leur sélection de titres afin de réduire les risques qui pourraient résulter d'un comportement non durable. "Et grâce à cet investissement, nous voulons obtenir un impact positif sur un ou plusieurs des 17 objectifs de développement des Nations unies".

En principe, Schroders se concentre sur les installations déjà existantes. "Avec de nouveaux projets, nous obtiendrions un rendement plus élevé, mais les risques sont beaucoup plus importants", explique M. Begler. L'accent est mis sur les infrastructures de base telles que l'approvisionnement en eau ou en électricité, les énergies renouvelables, les communications modernes telles que les réseaux de fibres optiques et les nouveaux concepts de mobilité.

Il a déclaré que la zone euro est actuellement la plus attrayante pour une telle stratégie. "Ce n'est pas seulement le plus grand marché au monde pour de tels investissements. Surtout, nous pouvons aussi éviter les risques de change ici", explique Begler. Une diversification suffisante par pays et par industrie est également possible.

"Aucun d'entre nous ne sait comment l'économie se développera l'année prochaine", résume l'expert en infrastructures, "mais si nous pouvons maintenant - dans l'œil de la tempête - assurer un rendement de quatre à cinq pour cent dans une zone stable moins sensible aux cycles économiques, alors nous devons en profiter.

____________________________________________________

L'infrastructure - une classe d'actifs fascinante.

Le marché européen des infrastructures est l'un des plus attractifs au monde. Le volume des transactions dans le secteur des friches industrielles - c'est-à-dire des projets déjà existants - s'est élevé en moyenne à environ 124 milliards de dollars par an ces dernières années. Pour les nouvelles installations, le chiffre était d'un peu moins de 62 milliards de dollars. C'est plus que dans toute autre région du monde. Le marché offre également la possibilité d'une large diversification par pays et par secteur. Les secteurs concernés sont notamment les énergies renouvelables, les télécommunications, l'environnement et les transports.

____________________________________________________

®

Publication spéciale :

Schroders Allemagne

Schroder Investment Management

(Europe) S.A., succursale allemande

Taunustor 1, 60310 Francfort

www.schroders.de

Christian Windolph (069/975717130)

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux