Étude de Robeco : pourquoi l'investissement factoriel et la durabilité vont parfaitement ensemble

Wertvolles aus dem Netzwerk2Comment mettre en œuvre au mieux les investissements durables ? C'est l'une des questions sur lesquelles les experts de Robeco se sont penchés dans leur dernière étude, "Sustainability Inside". S'ils identifient certains inconvénients de l'investissement via des véhicules passifs, ils concluent que l'investissement factoriel est le meilleur moyen d'intégrer la durabilité dans le processus d'investissement.

Les investisseurs sont de plus en plus nombreux à penser que la prise en compte des aspects durables dans les investissements financiers présente plus d'avantages que d'inconvénients en termes de risque et de rendement. Les investisseurs ont de plus en plus recours aux investissements passifs, c'est-à-dire aux fonds négociés en bourse (ETF) ou aux approches bêta intelligentes, pour mettre en œuvre des aspects durables dans leurs investissements financiers, principalement pour des raisons de coût. Toutefois, selon l'étude de Robeco, ces derniers présentent un certain nombre d'inconvénients par rapport aux investissements durables.

Par exemple, ils avertissent qu'une simple approche des produits passifs basée sur les scores ESG peut conduire à des risques de clusters non désirés. Les grandes capitalisations européennes, par exemple, ont tendance à être plus transparentes que leurs homologues des autres régions. Ils ont donc souvent une note ESG plus élevée. En outre, il y a les pièges habituels des fonds passifs. Par exemple, les stratégies passives sont totalement transparentes, ce qui offre des possibilités d'arbitrage aux investisseurs opportunistes en anticipant certaines transactions. En outre, les indices comprennent généralement les actions qui ont déjà enregistré de bonnes performances. Avec les trackers indiciels, les investisseurs investissent dans des transactions surpeuplées, ce qui fait augmenter les coûts de transaction.

Entre-temps, il existe toutefois aussi des stratégies bêta intelligentes qui tiennent compte de la durabilité et qui, comme le montrent les enquêtes, sont de plus en plus populaires. Mais même ceux-ci auraient certains inconvénients, comme le montre l'étude de Robeco. Par exemple, ils souffrent également de l'exploitation des possibilités d'arbitrage et de la surpopulation des stocks. En outre, comme pour les stratégies passives normales, il n'est pas possible de quantifier la contribution de la durabilité aux performances. Et les stratégies bêta intelligentes traitent les objectifs financiers, c'est-à-dire le rendement, et la durabilité indépendamment les uns des autres plutôt que de les intégrer réellement.

Cela s'applique, par exemple, aux stratégies qui reposent uniquement sur des critères d'exclusion. En effet, elles ne laissent aucune marge d'amélioration aux entreprises individuelles qui ne répondent pas aux critères. Et cela pourrait à son tour entraîner des risques de clusters indésirables dans des pays, des secteurs, une certaine capitalisation boursière ou même des facteurs individuels. Toutefois, l'un des points les plus importants à cet égard est que les stratégies passives ne peuvent pas être utilisées pour mettre en œuvre les souhaits individuels des investisseurs en matière de durabilité.

Ce dernier apparaît comme un point essentiel de l'investissement durable. Après tout, il n'existe pas de définition uniforme de la durabilité et chacun a une idée différente de ce qui est durable. L'énergie nucléaire peut être durable pour un investisseur parce qu'elle ne produit pas de CO2, mais pas pour un autre en raison des risques et du problème du stockage final. En outre, tous les investisseurs ne veulent pas peser de la même façon les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. Pour certains, les facteurs environnementaux jouent un rôle plus important, pour d'autres, les aspects sociaux. Il est également important que de plus en plus d'investisseurs tiennent compte des principes de durabilité des Nations unies.

De nombreux investisseurs, observent également les analystes de Robeco, adopteraient une approche multidimensionnelle de la durabilité. Par exemple, ils souhaitent que l'application des critères d'exclusion soit combinée à une approche de pointe et à une réduction simultanée de l'empreinte carbone. Selon les experts, les approches quantitatives offrent précisément cette flexibilité dans la mise en œuvre de la durabilité. En effet, leur caractère réglementé facilite l'intégration de critères durables dans le processus d'investissement. Ainsi, en plus d'un facteur tel que la valeur ou la dynamique, le score ESG peut également être intégré sans problème. Le score ESG n'est alors qu'un facteur supplémentaire.

À cette fin, les analystes de Robeco ont mené une analyse empirique. Dans les approches passives décrites ci-dessus, il existe un conflit d'intérêt entre les critères de durabilité et des facteurs tels que la valeur, la qualité ou la dynamique. Cela signifie qu'une plus grande durabilité du portefeuille se fait au détriment de l'affectation aux facteurs souhaités. L'analyse de Robeco montre que c'est différent avec une approche quantitative, où la durabilité est directement intégrée dans le processus d'investissement. Le résultat est que seules les entreprises durables qui ont une évaluation attrayante, une qualité élevée et une forte dynamique sont éliminées. Ce n'est pas nécessairement le cas avec une approche qui n'intègre pas vraiment la durabilité.

Cela signifie que dans le cas d'une intégration incomplète, lorsque les portefeuilles sont orientés de manière unidimensionnelle, ils ignorent soit les facteurs de durabilité, soit l'allocation des facteurs. Cela conduit à son tour à des portefeuilles sous-optimaux. En fonction des préférences, les aspects ou les facteurs de durabilité joueraient alors un rôle plus important. En revanche, lorsqu'ils sont intégrés dans des approches quantiques, les résultats de l'étude montrent qu'il est possible d'améliorer ainsi le profil de durabilité d'un portefeuille tout en obtenant des caractéristiques risque/rendement attrayantes.

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux