• Klaus Meitinger

Un boom économique en 2021 ?

iStock 1265159212 03022021Chers lecteurs,

Au cours du mois dernier, nous avons virtuellement visité une douzaine de perspectives annuelles de banques et de gestionnaires d'actifs. La quintessence est claire : pour l'année à venir, les prévisionnistes s'attendent à une reprise économique massive.

Ce qui est remarquable, c'est l'unanimité des experts. Rarement nous avons vu un consensus aussi clair au début de l'année. Le raisonnement est simple. Soit nous maîtrisons le virus - alors la voie économique est clairement programmée. Ou bien nous ne maîtrisons pas le virus - auquel cas une prévision ne serait pas du tout possible à l'heure actuelle. C'est pourquoi les professionnels envoient toujours une mise en garde à l'avance : la condition préalable est que la stratégie de vaccination fonctionne dans une certaine mesure, que les vaccins fonctionnent réellement et que cela ne soit pas altéré par des mutations.

Dans ce cas, trois facteurs très positifs se conjuguent à partir du deuxième trimestre :

Tout d'abord, les effets du pouvoir d'achat refoulé. Dans de nombreux pays, les gouvernements ont remplacé une grande partie des revenus perdus. Mais à cause des fermetures, l'argent n'a pas pu être dépensé du tout et a été économisé. "C'est une leçon importante", a précisé Jim Cielinski, Janus Henderson : "Lorsque la politique compense la perte de revenus, c'est la clé de la croissance future". Si la situation de Corona s'améliore, attendez-vous à un boom des dépenses de consommation. César Perez Ruiz, DSI de Pictet, l'a illustré en citant le chef de Visa Alfred Kelly : "Les personnes qui paient aujourd'hui avec leur carte ne veulent pas de réduction - elles veulent des points pour leurs futurs voyages. Les gens veulent retrouver leur vie".

Stefan Riße, d'Acatis, a fait le calcul des sommes en jeu. De mars à novembre 2020, les salaires aux États-Unis ont en effet baissé de 43 milliards. Mais le revenu disponible a augmenté de 1,03 billions de dollars - principalement en raison des mesures de soutien du gouvernement. Et comme les dépenses personnelles totales ont diminué de 535 milliards de dollars, plus de 1 500 milliards de dollars supplémentaires ont été placés sur des comptes d'épargne au cours de cette seule période. Cela équivaut à près de 10 % de la consommation des ménages en 2019.

Holger Schmieding, économiste en chef de Berenberg, a également calculé cet effet pour les trois principales économies européennes. D'après ces chiffres, il y a un excédent d'économie de 290 milliards d'euros pour les trois premiers trimestres de 2020 - soit 6,2 % des dépenses de consommation de 2019.

D'ici à la fin janvier 2021, ces sommes devraient encore augmenter de manière significative. Si même une partie de cette somme est dépensée de manière rapide, le terme "boom de la consommation" peut être un euphémisme pour les développements à partir de l'été 2021.

Deuxièmement, les dépenses publiques, généreusement financées par les banques centrales, apporteront un soutien massif supplémentaire.

Aux États-Unis, Terence Riley de F&V Capital Management parle déjà d'un boom de Biden. Et même si une partie du programme de 1 900 milliards de dollars du nouveau président est supprimée par le Congrès, il y aura quand même une relance massive. En Europe, le fonds de reconstruction de 750 milliards d'euros fera sentir ses effets cette année.

Les experts sont également optimistes quant à la Chine. En moyenne, une croissance réelle de 9 % est prévue pour l'Empire du Milieu en 2021.

La question importante est maintenant de savoir si la prévision consensuelle peut vraiment se réaliser. Autrefois, lorsque tout le monde était d'accord, les choses se passaient généralement différemment.

Nous voyons deux problèmes :

Premièrement, il est possible que les prévisions pour l'année civile 2021 soient trop optimistes. Si, en raison des retards de vaccination, la reprise ne commence pas avant l'été, l'hypothèque de quatre ou cinq mois faibles serait trop importante pour atteindre réellement les taux de croissance élevés visés en 2021. Mais il ne s'agirait probablement que d'un petit retard, et non d'un changement dans le tableau général. Dans ce cas, le boom ne commencera pas avant la deuxième moitié de 2021.

Le deuxième aspect est plus important. La reprise pourrait être globalement plus forte et durer plus longtemps que ce que le consensus attend encore aujourd'hui. Car, comme le fait remarquer Carsten Klude, économiste en chef chez M.M.Warburg & Co, c'est la première fois depuis longtemps que nous assistons à une reprise globalement synchronisée avec des effets d'auto-renforcement. Il est tout à fait possible que le consensus soit trop prudent à long terme.

Dans ce contexte, nous préférons le titre que Holger Schmieding, de Berenberg, a choisi pour sa perspective :

"Fort rebond 2021 - dans les années 20 dorées."

Parce que cela ne doit évidemment pas faire abstraction de la mise en garde faite au départ, nous conseillons de suivre de près l'évolution de la situation en Israël. Si les vaccins ne montrent pas l'efficacité espérée, nous devrions d'abord la voir là.

Demain, vous lirez les réponses des pros à la question dans cet espace :

L'inflation revient-elle maintenant ?

Et à la fin de la semaine, nous publierons les conclusions pour les marchés des actions.

Cordialement,

Klaus Meitinger

Note : Malgré une sélection minutieuse des sources, aucune responsabilité ne peut être acceptée pour l'exactitude du contenu. Les informations fournies dans le patrimoine privé le sont uniquement à titre d'information et ne constituent pas une invitation à acheter ou à vendre des titres.

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux