• Sabine Holzknecht

Qui pense aux plus pauvres ?

Une lettre de... Sabine Holzknecht. L'auteur de la richesse privée a été présidente d'honneur de l'organisation "Aide sans frontières" pendant quatre ans. Elle fait appel à notre solidarité.

Il y a presque 20 ans, Aide Sans Frontières a commencé son travail dans la zone frontalière entre la Thaïlande et la Birmanie. Depuis lors, nous soutenons des personnes traumatisées par des décennies de dictature militaire, qui ont tout perdu, dont les terres ont été réduites en décombres et qui ont fui vers la Thaïlande voisine.

Nous sommes depuis longtemps engagés dans la protection de la vie - un objectif qui a justifié un verrouillage presque mondial ces dernières semaines. Saviez-vous que 15 000 enfants de moins de cinq ans meurent chaque jour pour des raisons qui pourraient être évitées ? Cela représente près de 5,5 millions d'enfants par an, soit dix enfants par minute. Ce décès n'est pas compté, il est simplement accepté.

Ces dernières années, nous avons essayé de donner aux gens une certaine confiance. Nous avons construit des écoles pour que les enfants puissent échapper à la spirale de la pauvreté. Et nous avons éduqué les jeunes.

Mais notre travail de ces vingt dernières années a été presque ruiné en quelques semaines. En Thaïlande et dans les pays voisins, aucune mesure d'aide gouvernementale ne prend effet - surtout pas pour les migrants birmans, qui sont seulement tolérés dans le pays et exploités comme main d'œuvre bon marché. Ils vivent leur vie comme des clandestins, des apatrides, des personnes sans droits.

Leur plus gros problème n'est pas le virus. Sie menacent simplement de mourir de faim. La prochaine catastrophe humanitaire - la prochaine famine - est maintenant imminente. Ce que nous vivons actuellement dans la région frontalière entre la Birmanie et la Thaïlande se répète dans le monde entier. Une fois de plus, ce sont les personnes les plus pauvres et les plus sans défense qui souffrent le plus dans le monde. Et une fois de plus, des flux de réfugiés se mettront en route. Le directeur de la santé de la Banque mondiale, Muhammad Ali Pate, craint que la crise actuelle n'annule des décennies de progrès dans les pays les plus pauvres.

Il est incroyablement difficile pour tous les projets d'aide qui sont impliqués dans ces pays de répondre à la crise actuelle. Ceux qui - comme "Aide sans frontières" - bénéficient également d'un soutien public doivent planifier à très long terme. En règle générale, nous sommes tenus de soumettre les projets six à neuf mois à l'avance. Si les fonds sont ensuite approuvés, ils doivent être mis en œuvre exactement comme prévu.

Le manque de flexibilité est très inquiétant. Cela signifie pour nous zum Beispiel que nous recevrions de l'argent pour des projets que nous ne pouvons plus réaliser. Nos cours de formation pour les jeunes, nos campagnes d'information sur le trafic d'enfants, la prostitution et la consommation de drogue dans les villages du Myanmar ou notre projet musical, dans lequel des jeunes d'origines ethniques et de religions différentes font de la musique ensemble et développent ainsi un sens de la communauté, nous ne pouvons pas les réaliser en période de couvre-feu et de Covid-19. Pour ce qui, par contre, serait nécessaire maintenant - une aide d'urgence rapide et simple - nous ne sommes pas autorisés à utiliser cet argent, et nous ne recevons aucune aide supplémentaire.

Le Fonds monétaire international a analysé que la nouvelle dette nette mondiale augmentera probablement d'environ 14 000 milliards de dollars cette année. Avec cet argent, les gouvernements des pays industrialisés, en particulier, tentent d'atténuer les conséquences économiques de la pandémie pour leurs citoyens. Personne ne pense aux personnes les plus pauvres du monde.

"Aide sans frontières" veut sauver ces gens de la famine. C'est pourquoi, avec le soutien de donateurs privés, nous avons mis sur pied de petits paquets d'aide comprenant 15 kilos de riz, un litre d'huile, un kilo de haricots, 500 grammes de poisson séché, 500 grammes de piment, de l'eau potable, dix masques de protection pour la bouche et le nez et deux savons. Chacun d'eux coûte 18,40 euros et, semaine après semaine, soulage les pires souffrances de ceux qui en ont le plus besoin. Aidez-nous à le faire. Votre don sera bien reçu. ®

Aide sans frontières" fonctionne de manière absolument transparente, offre à tous les donateurs une garantie de don à 100 % et porte le sceau "Dons sûrs". Les donateurs allemands peuvent aider sans payer d'impôts grâce à la "Fondation Maecenata". Vous trouverez de plus amples informations à l'adresse suivante : www.helfenohnegrenzen.org

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux