• Sonderveröffentlichung: Pictet & Cie (Europe) S.A.

"Nous voulons faire une différence."

Investissement responsable. La durabilité des investissements financiers n'est plus depuis longtemps une question de niche. Au fur et à mesure que la demande augmente, il en va de même pour la demande de mise en œuvre de la part des investisseurs. C'est pourquoi le Wealth Management de Pictet Bank a développé un système qui lui permet de répondre aux valeurs individuelles de ses clients.

"La durabilité est beaucoup plus ancrée dans l'esprit des investisseurs aujourd'hui qu'elle ne l'était il y a dix ou vingt ans ", déclare Armin Eiche. "J'entends de plus en plus : Mon capital ne doit être investi que là où les entreprises agissent en accord avec mes propres convictions. Ils ne doivent pas nuire à la société. Mais pour faire avancer le monde."

Le PDG bei Pictet Wealth Management en Allemagne continue d'expliquer que les clients fortunés ont souvent des idées très concrètes. "Le grand art est de répondre à ces exigences individuelles en matière de conseil."

Les statistiques de la Global Sustainable Investment Alliance (GSIA) soulignent que ce secteur est entre-temps devenu un véritable marché de croissance. Selon l'étude, les investissements socialement responsables (ISR) s'élevaient à près de 23 billions de dollars à la fin de 2016. Chaque année, ce marché croît de près de douze pour cent.

Ce sujet est particulièrement important pour les jeunes. Une étude récente de la banque privée US Trust montre que 28% de la génération du millénaire née entre 1980 et 2000 ont déjà des investissements orientés vers des critères de durabilité. En outre, 57 % d'entre eux s'y intéressent vivement. "Eiche est convaincue que le changement de génération favorisera cette tendance à l'investissement.

Les investisseurs s'intéressent de plus en plus au rôle que joue von Aktiengesellschaften dans la protection de l'environnement et du climat, en particulier au vu des conséquences perceptibles du changement climatique. "Mais des aspects tels que le travail des enfants, la rémunération des cadres ou l'égalité des sexes sont également remis en question ", erläutert Eiche.

L'un des principaux moteurs de cette tendance est également la reconnaissance désormais largement répandue que la durabilité ne signifie pas un désavantage en termes de retour sur investissement. Bien au contraire. Dans une étude récente, Morningstar, une firme d'analystes, a examiné les résultats de diverses méta-études, qui à leur tour ont compilé tous les faits sur le sujet. Ergebnis : Ceux qui investissent selon des critères ESG communs - Environnement,  Social, Gouvernance - se comportent aussi bien sur le long terme qu'avec des indices comparables sans toucher à la durabilité. Les risques liés aux baisses de prix peuvent même être considérablement réduits.

"Siller, responsable de la gestion de portefeuille chez Pictet Wealth Management en Allemagne : " Les investisseurs qui fondent leur approche d'investissement sur des critères de durabilité obtiennent de meilleurs résultats à long terme lorsque le risque est ajusté.

Ce résultat peut également être justifié logiquement. "Sur ersten Blick, il peut sembler moins important qu'une entreprise traite et paie les hommes et les femmes sur un pied d'égalité ", explique l'expert. "Mais dans la lutte pour les talents et les travailleurs qualifiés, qui est déjà très intense dans certains domaines aujourd'hui, ce point peut être décisif. Mieux une entreprise traite avec ses employés, plus elle a de chances d'avoir les meilleurs employés. Et cela, à son tour, peut avoir un effet positif sur les affaires à long terme."

De telles interrelations sont aujourd'hui présentes chez de nombreux investisseurs. Cependant, à mesure que leur intérêt grandit, les exigences en matière de consultation augmentent également. "La durabilité est un domaine très vaste. Derrière cela se cachent les unterschiedlichsten Zielvorstellungen, qui nécessitent alors chacun une stratégie complètement différente ", explique Eiche.

Une exigence pourrait être, par exemple, d'aligner les investissements en capital sur les valeurs du client. "Ensuite, il s'agit de l'exclusion de certaines entreprises - pas d'armements, d'armes, d'expérimentations animales, de pornographie - et de comportements - discrimination, corruption, conditions de travail ", explique Siller.

En revanche, ceux qui visent avant tout une performance ajustée au risque plus élevée considéreront la recherche sur le développement durable comme une partie intégrante de l'analyse des entreprises, au même titre que les aspects classiques de l'analyse financière. "Il s'agit alors de filtrer toutes les entreprises qui ne sont pas seulement convaincantes en termes de chiffre d'affaires et de perspectives de bénéfices. Mais aussi se comporter de manière responsable vis-à-vis de l'environnement, de la société et de leurs pratiques commerciales. Ainsi on peut réduire le risque qu'il vienne par exemple à des scandales nuisibles à la réputation, qui pourraient à nouveau nuire négativement à la conversion et au profit, erklärt der Portfolio manager.

Une troisième motivation pourrait être de changer le monde. Les investisseurs veulent ensuite utiliser leur capital pour avoir un impact positif ciblé sur la société ou l'environnement. "Ceci peut être réalisé en investissant dans des stocks avec des technologies spéciales. Ou, mieux encore, parce qu'il est diversifié, en investissant dans des fonds thématiques correspondants. Une troisième voie sont les investissements dits Impact Investments, qui offrent à côté de finanziellem Ertrag aussi encore un autre rendement social net, résume Achim Siller. Il s'agit notamment d'investissements en microfinance et d'obligations vertes, qui permettent aux investisseurs d'investir directement dans des projets ayant un impact positif sur le climat.

Cela exige des qualités particulières de la part d'un conseiller bancaire. "Afin de pouvoir saisir exactement l'objectif d'un client et d'être un adäquater Sparringspartner, il doit être profond im Thema . Il doit être capable de bien écouter et de prendre beaucoup de temps ", erläutert Eiche "En fin de compte, il s'agit d'une toute nouvelle orientation en matière de gestion de patrimoine ", ajoute M. Siller. "Parce que pour pouvoir mettre en œuvre le cahier des charges de manière optimale, une analyse systématique approfondie est nécessaire."

Le Bankhaus Pictet a un grand avantage : "Nous nous occupons de ce sujet depuis très longtemps." En 1999, par exemple, le fonds Pictet-Ethos Swiss Sustainable Equities a été lancé sur le marché. Ein L'année suivante, le Fonds Pictet-Water a suivi. "Cela nous a permis de développer une énorme expertise interne qui peut désormais être utilisée également dans la gestion de fortune ", explique M. Eiche.

L'approche de conseil est basée sur l'intégration de l'analyse de durabilité dans l'ensemble du processus de recherche. Pour évaluer les trois domaines de l'environnement, des affaires sociales et de la gouvernance, les experts de Pictet s'appuient sur des données provenant de fournisseurs externes. "Sur cette base, nous établissons ensuite un score global de développement durable pour chaque entreprise et parvenons à un classement de développement durable pour toutes les entreprises dans un indice ou un univers d'investissement ", explique M. Siller. Plus une entreprise se situe dans le haut du classement, plus le titre est durable et attrayant.

Cette analyse de durabilité est réalisée en parallèle avec l'analyse financière, qui traite de critères tels que les perspectives de bénéfices ou la qualité du bilan. "Cela nous permet de trier très tôt toutes les entreprises de l'univers d'investissement qui ne répondent pas à nos standards de qualité, que ce soit en termes de ratios financiers ou d'analyse ESG. Et nous avons un outil parfait pour expliquer au client pourquoi le titre en question correspond ou non à son objectif ", poursuit M. Siller.

C'est un processus élaboré. Au total, les experts de Pictet Wealth Management observent un univers de 400 actions. "Mais ça vaut le coup."

Même cela ne doit pas nécessairement être la fin du processus. "Nous pouvons également exercer des pressions directement sur les entreprises individuelles ", erläutert Siller Le thème de l'activisme est présent depuis longtemps dans les fonds de la Banque. La direction y participe à l'assemblée générale annuelle ou est en dialogue permanent avec les chefs d'entreprise en petits groupes. Et s'efforcer d'amener les entreprises à améliorer les différents critères de durabilité dans le cadre d'un processus d'engagement.

La mise en œuvre de mesures similaires dans le domaine de la gestion de fortune est encore difficile aujourd'hui, car les droits de vote sont attribués aux clients individuels. "Toutefois, il serait intéressant de pouvoir aller encore plus loin en regroupant les droits de vote. Nous y réfléchirons", promet Armin Eiche. Après tout, c'est le souhait exprès des clients de réaliser quelque chose de positif avec leur investissement en capital. "Nous devrions donc utiliser le pouvoir du capital qui nous a été confié en conséquence."

______________________________

Les investisseurs résolvent des problèmes - l'exemple de la nutrition.

"En 2050, environ neuf milliards de personnes vivront sur terre, soit près de 30 % de plus qu'aujourd'hui ", se souvient Achim Siller, responsable de la gestion de portefeuille pour les clients allemands chez Pictet Wealth Management, et demande : " Où pouvons-nous trouver 30 Prozent de nourriture supplémentaire ? Sans le développement durable dans la production, le transport et la transformation des aliments, nous n'y parviendrons pas."

La nutrition est évidemment un segment de croissance qui peut également être intéressant pour les investisseurs qui veulent rendre leurs investissements durables. Selon une étude des Nations Unies, les citoyens américains consomment environ 75 % moins de légumes que ce que recommande l'Organisation mondiale de la santé (OMS), mais environ 70 % trop de sucre. Cette mauvaise alimentation est à l'origine de maladies aisées comme l'obésité et le diabète dans les pays industrialisés et, de plus en plus, sur les marchés émergents. L'effet sur l'économie : Selon les estimations du McKinsey Global Institute, ces maladies devraient réduire les perspectives de croissance de 18 % dans les seuls pays de l'OCDE d'ici 2035.

Dans le même temps, la culture des aliments est aujourd'hui extrêmement gourmande en ressources. L'agriculture représente environ 70 pour cent de la consommation mondiale d'eau. En même temps, il est responsable de 30 pour cent des gaz à effet de serre dans le monde, y compris le méthane, un gaz à effet de serre produit par le bétail et les vaches pendant la digestion.

En outre, la chaîne d'approvisionnement est inefficace, ce qui signifie qu'environ 31 pour cent des aliments, soit 1,3 milliard de tonnes, sont perdus ou pourris pendant le transport et ne finissent pas dans l'assiette.

"Réinventer l'agriculture est une tâche passionnante pour l'avenir. Les entreprises qui offrent des innovations dans ces domaines devraient faire face à une demande croissante de leurs produits, technologies et services à l'avenir ", explique M. Siller, expliquant l'idée d'investissement.

Compte tenu de la diversité des défis, l'éventail des possibilités d'investissement est naturellement aussi très large. Un profiteur, überlegt Siller, pourrait être Trimble Navigation, leader mondial en agriculture de précision. La technologie de l'entreprise permet aux cultures d'être cultivées avec un meilleur rendement des ressources que les méthodes conventionnelles et pourrait contribuer à réduire la consommation d'eau.

Un autre exemple est la société Chr. Hansen, leader mondial dans la production d'enzymes de produits laitiers, de cultures et de solutions colorantes naturelles. "L'idée est que produire des aliments plus sains pourrait nous aider à nous attaquer au problème croissant de l'obésité ", erklärt Siller

Parfois, l'expert rencontre dans ses recherches des entreprises qui n'ont rien à voir avec la nutrition jusqu'à zweiten Blick. L'un d'entre eux est Rational, le fabricant d'équipements de cuisine professionnels. "L'utilisation d'équipements rationnels dans les cuisines de cantine réduit le gaspillage de nourriture dans la préparation des aliments.

Ce ne sont là que trois exemples parmi tant d'autres. Cependant, ils montrent à quel point le débat sur la seule question de la nutrition peut être vaste et diversifié ", conclut M. Siller. "Dans notre base de données, nous avons encore au moins 150 entreprises qui pourraient également être intéressantes. So un module de portefeuille bien diversifié et prometteur peut déjà être mis en place. Investir dans ces entreprises aide à résoudre les problèmes d'une population mondiale croissante par une alimentation plus malsaine. Donc le capital peut faire une vraie différence."

______________________________

®

Publication spéciale :

Pictet & Cie (Europe) S.A.

Neue Mainzer Strasse 1, 60311 Francfort, Allemagne

group.pictet ; Tél : 069/7950090

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux