• Sonderveröffentlichung: Columbia Threadneedle

Marchés émergents rechargés.

Threadneedle aufmacheractions des marchés émergents. Au cours des huit premières années des années 2000, les marchés émergents - en particulier les légendaires BRIC - étaient des stars sur les marchés des capitaux. Ensuite, une transformation structurelle laborieuse s'est opérée : les exportations et les matières premières ont été délaissées au profit des économies nationales, de la consommation et de la technologie. "Maintenant, cela a été complété. Les investisseurs disposent d'une toute nouvelle série d'opportunités", déclare Dara White, de Columbia Threadneedle.

"Vous souvenez-vous de ce qu'étaient les marchés émergents il y a 10 ou 12 ans ?", demande Dara White, responsable de l'équipe chargée des marchés émergents chez Columbia Threadneedle. "Plus de 60 % des entreprises étaient issues de secteurs cycliques ou appartenaient aux matières premières. Des entreprises comme Petrobras, Vale, Gazprom, Petrochina étaient les poids lourds de leurs indices respectifs. Ceux qui y ont investi pariaient que la croissance économique mondiale allait s'accélérer et que le commerce mondial allait continuer à augmenter."

Au cours de la deuxième décennie de ce siècle, ce n'est toutefois pas une reprise qui s'est produite, mais ce que l'on a appelé plus tard la "stagnation séculaire" - une activité économique faible, des taux d'inflation bas. Et cela a rendu la situation de plus en plus difficile pour les entreprises sensibles à la conjoncture, notamment celles des marchés émergents. Entre 2010 et 2016, les cours des actions ont globalement stagné.

"Mais entre-temps, la structure économique des marchés émergents a complètement changé. Le temps des établis prolongés, des fournisseurs, des fournisseurs de matières premières est révolu. Ils ne sont plus dépendants des nations industrialisées. C'est plutôt l'inverse. La croissance n'est plus tirée par les exportations et l'économie mondiale, mais par l'économie nationale", explique M. White.

Si vous voulez investir avec succès dans ce nouveau monde, dit-il, vous devez repenser votre stratégie. "Il s'agit de trouver des entreprises et des modèles commerciaux qui réussiront dans le pays à l'avenir. Les clés importantes de ces tendances d'avenir sont l'expansion constante de la classe moyenne et les changements de comportement des consommateurs."

Par exemple, le McKinsey Global Institute a constaté qu'en 2018, près de la moitié de la population chinoise faisait partie de la classe moyenne ou était sur le point de la rejoindre. Le cabinet de recherche Brookings prévoit que d'ici 2027, quelque 1,2 milliard de Chinois feront partie de ce groupe. Cela correspondrait alors à environ un quart de la classe moyenne mondiale.

Cela ne fera pas qu'augmenter le pouvoir d'achat dans l'Empire du Milieu. Dans le même temps, la structure de la demande évolue également. "À l'avenir, il ne s'agira plus principalement de biens de consommation courante, mais de plus en plus de technologies, de services et de soins de santé", explique Dara White.

Ce changement s'opère actuellement de manière particulièrement spectaculaire en Chine et dans le reste de l'Asie. Mais des tendances similaires se manifestent dans tous les pays émergents. D'ici 2030, selon Brookings, les marchés émergents représenteront collectivement environ 58 % de la classe moyenne mondiale. "Cela signifie qu'une croissance fulgurante du commerce électronique, par exemple, est programmée. Cependant, le commerce en ligne n'a encore qu'une faible part de marché en Europe de l'Est ou en Amérique latine. À partir de cette base, la croissance dans certains pays sera supérieure à 20 % pour les années à venir. Des entreprises comme Mercado Libre, l'Amazon de l'Amérique latine, ou Yandex, le principal moteur de recherche Internet en Russie et dans certains autres pays d'Europe de l'Est, en profiteront", est convaincu l'expert.

Parallèlement, l'évolution de la structure économique se reflète également dans les indices boursiers. "Ils se composent à 60 % d'histoires de croissance structurelle - Alibaba, Tencent, Samsung ou le fabricant de semi-conducteurs TMSC dominent le classement. Et plus sérieusement, le nombre de sociétés cotées sur les marchés émergents a augmenté de près de 90 % depuis 2008. Parmi elles, on trouve de nombreuses sociétés de croissance de grande qualité", déclare M. White.

Pour le sélectionneur d'actions, c'est une constellation extrêmement excitante. "Nous avons maintenant le choix entre environ 1500 entreprises publiques dont le succès est directement lié aux histoires de croissance des marchés émergents."

Dans le cadre d'un processus discipliné et structuré, les experts de Columbia Threadneedle filtrent les investissements les plus intéressants parmi ceux-ci. Lors de la première étape de sélection, les entreprises sont examinées en fonction de chiffres clés tels que la qualité des bénéfices, le rendement du capital ou la valorisation. Cette recherche quantitative est complétée par des facteurs qualitatifs - la qualité de la gestion, les perspectives de croissance à long terme d'une entreprise, son avantage concurrentiel, la situation dans l'industrie respective. "Ce qui est particulièrement intéressant dans ce contexte, c'est que le marché semble sous-estimer la durée et l'importance de la croissance des bénéfices des entreprises disposant d'un avantage concurrentiel durable et d'un rendement élevé du capital", explique M. White.

La banque privée indienne HDFC en est un bon exemple, dit-il. "Elle bénéficie structurellement de la privatisation du paysage bancaire et est si bien positionnée qu'il sera extrêmement difficile pour de nouveaux concurrents d'entrer sur le marché." Le professionnel est tout aussi positif en ce qui concerne Mercado Libre, la société de biotechnologie BeiGene ou la société chinoise Tencent. "Toutes ces entreprises méritent une valorisation bien plus élevée". Les 500 entreprises les plus prometteuses vont maintenant faire l'objet d'une recherche approfondie sur la durabilité. Au cœur du problème se trouve la question de savoir dans quelle mesure une entreprise gère de manière responsable le capital qui lui est accordé. White appelle cela "l'intendance financière".

Ensuite, il y a l'analyse des entreprises individuelles en termes de facteurs ESG - environnementaux, sociaux et de gouvernance. "Nous avons constaté que les entreprises qui y réussissent sont les mieux placées pour tirer parti du potentiel de croissance de la région." Pour analyser plus en détail l'aspect ESG, White et son équipe ont divisé l'univers d'investissement en cinq groupes avec des scores ESG décroissants. "Les résultats ont été surprenants. Entre les 20 % les plus performants et les 20 % les moins performants, les résultats des investissements ont différé de 50 points de pourcentage entre 2012 et 2019. C'est vraiment beaucoup", note Dara White.

Les 70 à 90 meilleures actions issues de l'ensemble du processus de sélection sont ensuite intégrées au portefeuille. Aujourd'hui, cela se traduit par une nette surpondération dans des secteurs tels que la technologie, les biens de consommation durables, les soins de santé, les services de communication ou la finance. "Après tout, cela reflète également l'évolution des marchés émergents. Ces secteurs sont tout simplement l'avenir là-bas." Dara White en est convaincue et conclut : "Il est fort possible qu'ils offrent aux investisseurs une nouvelle décennie dorée." ®

–––––––––––––––––––––––––––––––

// La Chine, fer de lance des marchés émergents.

L'Empire du Milieu devrait remplacer les États-Unis en tant que première puissance économique mondiale cette année et, pour cette seule raison, il est le pivot des investissements en Asie. Ce n'est que récemment, d'ailleurs, que les dirigeants politiques de l'Empire du Milieu ont proclamé une stratégie de "double cycle". "Le circuit interne reflète la stimulation de la demande intérieure et la promotion de la recherche et du développement technologique. Le circuit externe met en évidence le rôle de soutien du commerce international et des investissements entrants", résume Dara White. "En tandem, les deux visent à consolider la position de la Chine en tant que puissance économique mondiale."

L'exemple du secteur de la santé illustre bien cette situation. La population chinoise vieillit, ce qui explique l'augmentation du nombre de maladies. Dans le même temps, les gens deviennent plus riches et la demande de services de santé augmente. "Dans le cycle interne, le gouvernement stimule la recherche et le développement, ce qui stimule davantage la demande. Aux États-Unis, environ 17 % du produit national est consacré à la santé, selon l'Institut États-Unis-Chine, alors qu'en Chine, ce pourcentage n'est que de 5 %. Il y a beaucoup de potentiel là-dedans", dit M. White. Le circuit externe a été renforcé par l'adhésion de la Chine à l'organisation ICH - qui est en quelque sorte la version internationale des agences nationales de réglementation des médicaments. "Depuis 2017, les produits médicaux chinois ont ainsi accès au marché international."

La santé est donc également l'un des grands thèmes du marché boursier chinois, a-t-il déclaré. Dans les pays développés, le secteur de la santé représente actuellement 12 à 15 % de la valeur boursière totale des principaux indices. Dans l'Empire du Milieu, il n'est que de 5 %. "Je ne serais pas surpris que cette part double dans les années à venir. Et cela signifie plus d'entreprises, des cibles d'investissement intéressantes, des prix plus élevés", explique M. White.

Un argument similaire s'applique à l'ensemble du marché boursier chinois. "Les progrès réalisés par la Chine dans l'ouverture de ses marchés de capitaux commencent maintenant à être récompensés", explique M. White. Après de longues négociations, le principal groupe d'actions chinoises, les actions A - représentant les sociétés dont le siège social et la majorité des activités se situent en Chine continentale - a été ajouté aux indices MSCI Emerging Markets et MSCI World par étapes et à petites doses. Actuellement, les actions A représentent respectivement 4 % et 0,5 % du total.

"En perspective, compte tenu de l'importance de l'économie chinoise, nous pensons que c'est beaucoup trop peu. S'ils étaient pleinement inclus, les proportions d'actions chinoises dans les indices augmenteraient considérablement. Les investisseurs qui suivent les pondérations de l'indice devraient acheter. Et cela pourrait donner une impulsion supplémentaire au marché", conclut Dara White.

–––––––––––––––––––––––––––––––

// Comment investir dans les marchés émergents.

Non seulement le cadre structurel, mais aussi le cadre de politique économique pour investir dans les marchés émergents s'est amélioré récemment. "Ils profitent des injections de liquidités et de la politique monétaire souple dans les pays industrialisés. En effet, ceux-ci ont tendance à affaiblir le dollar américain et à stimuler les entrées de capitaux", explique Dara White. "En outre, la victoire électorale de Joe Biden a également réduit le risque politique."

TheThreadneedle (Lux) Global Emerging Market Equities (ISIN : LU0143863198) investit dans le monde entier sur tous les marchés émergents. Par rapport à l'indice de référence MSCI Emerging Markets, le fonds investit actuellement moins en Chine - 32 % au lieu de 39 %. En revanche, le fonds est le plus surpondéré en Russie, en Indonésie et, surtout, au Brésil. "Le Brésil a encore beaucoup de capitaux dans les produits de taux d'intérêt. Avec la tendance à la baisse des taux d'intérêt directeurs, la demande d'actions devrait augmenter rapidement dans les années à venir et les actions brésiliennes devraient continuer à bénéficier d'un vent favorable", explique M. White.

Le fonds a généralement surperformé son indice de référence, le MSCI Emerging Markets. Sur dix ans, le fonds a gagné 6,1 % par an en dollars, contre 4,1 % pour l'indice. Au cours des cinq dernières années, il a gagné 16,4 % contre 13,2 % par an. Et même au cours de la difficile année dernière, le processus d'investissement a fait ses preuves : Au cours des 12 derniers mois, le fonds a gagné 36,4 %, soit environ le double de la performance de son indice de référence.

–––––––––––––––––––––––––––––––

Publication spéciale :

Columbia Threadneedle

www.columbiathreadneedle.de

Philipp Kowollik

Tél. 069/29 72 99 77

Philipp.Kowollik@

columbiathreadneedle.com

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux