• Sonderveröffentlichung: Matador Partners Group AG

Retour vers le futur.

Matador 1183370197

Capital-investissement secondaire. Ceux qui ont investi dans des fonds secondaires pendant la crise financière il y a dix ans ont pu générer des rendements annuels élevés à deux chiffres. "Une telle opportunité de seconde(s) chance est maintenant à nouveau disponible", est convaincu Florian Dillinger, Matador Partners Group AG.

Florian Dillinger, fondateur et principal actionnaire de la société d'investissement Matador, demande si vous vous souvenez du film culte "Retour vers le futur" : "les protagonistes Marty McFly et Emmett L. Brown voyagent plusieurs fois dans le temps avec une machine à remonter le temps pour corriger des événements qui auraient eu des conséquences fatales sur leur propre avenir.

C'est du cinéma, bien sûr. Dans la vie réelle, cette possibilité existe rarement. L'une de ces opportunités est aujourd'hui.

"Je me souviens encore très bien de 2009. Au milieu de la crise financière, le marché du capital-investissement était en plein bouleversement. De nombreux investisseurs ont dû vendre et accepter des rabais importants sur la valeur de leurs investissements. Les acheteurs - principalement des fonds secondaires - ont ensuite généré 20 à 30 % par an au cours des cinq à six années suivantes", explique M. Dillinger. À l'époque, pratiquement aucun investisseur n'aurait saisi cette opportunité. "Maintenant, l'époque des chercheurs d'or revient."

Pour comprendre cette idée d'investissement, les investisseurs doivent se plonger un peu dans le monde passionnant de l'industrie du capital-investissement. "Les fonds de capital-investissement - les fonds dits primaires - reviennent sur six années de boom. À aucune autre époque, les gestionnaires de fonds de capital-investissement n'ont levé autant de capitaux auprès de leurs investisseurs", explique Detlef Mackewicz, consultant chez Matador. Fascinés par les rendements à deux chiffres du dernier cycle haussier, de plus en plus d'investisseurs ont investi des montants toujours plus élevés dans ce segment. Ils ont également eu de plus en plus recours à l'effet de levier des capitaux empruntés et ont contracté des obligations de paiement futures élevées avec les fonds.

Ils avaient à l'esprit une sorte de machine à mouvement perpétuel pour gagner de l'argent. Leurs fonds, selon le plan, généreraient régulièrement des revenus par le biais de ce que l'on appelle des "sorties" - des introductions en bourse de sociétés de portefeuille ou leur revente à d'autres fonds de capital-investissement. Ces gains reviendraient à l'investisseur. Et l'investisseur ne serait pas seulement en mesure de remplir ses obligations de paiement. Ils pourraient également souscrire à de nouveaux fonds. Dignité. Pourrait.

Maintenant, cette machine s'arrête. "Ces derniers jours, de nombreuses opérations de capital-investissement ont été reportées ou complètement annulées. Les acheteurs potentiels restent sur la touche, attendant de voir comment les prix d'achat et les conditions de financement évoluent", explique M. Dillinger.

Dans ce contexte, on peut supposer que certains investisseurs privés risquent maintenant d'avoir des difficultés à prendre les engagements de capitaux convenus. "Ils devront alors négocier avec les gestionnaires de fonds pour réduire leurs engagements en capital ou vendre une partie de leurs investissements en capital-investissement.

Dans le même temps, les grands investisseurs institutionnels - banques, compagnies d'assurance ou fonds de pension - sont confrontés à un phénomène presque oublié, l'effet dénominateur. "Ces dernières années, ils ont pleinement utilisé dans leurs portefeuilles le quota autorisé pour le capital-investissement. En raison de l'effondrement des marchés boursiers, leur part relative augmente par rapport aux autres classes d'actifs. Cela déséquilibre l'allocation cible, et les investisseurs institutionnels montrent soudain une surpondération du capital-investissement", explique M. Mackewicz. "Si les prix sur les marchés des valeurs mobilières ne se redressent pas de façon spectaculaire, ces investisseurs seront contraints de vendre des fonds de capital-investissement d'ici la fin de l'année afin de ramener les quotas dans le cadre autorisé par les régulateurs - quel que soit le prix", conclut M. Dillinger.

L'important, c'est que.. : Dans ces situations stressantes, il y a très peu de preneurs au sein du réseau des fonds de capital-investissement. "L'heure des fonds du marché secondaire est donc venue. Ils sont les seuls acheteurs importants et pourront négocier des rabais importants sur la valeur des investissements dans le fonds primaire", est convaincu Dillinger. Il dit qu'il y a déjà un avant-goût de cela. "Au début de l'année, les rabais étaient de l'ordre d'un chiffre. Aujourd'hui, l'indication est déjà de 30 % et plus, bien qu'il n'y ait pratiquement pas de transactions. Au final, en fonction de la qualité des fonds primaires, nous nous retrouverons avec 20 à 70 %".

Cette fourchette est si large parce que l'avenir économique des entreprises dans les fonds d'investissement privés est naturellement incertain. En cas de ralentissement économique, le risque est grand que les évaluations des fonds primaires soient trop optimistes. Si elles incluent un certain nombre d'entreprises qui pourraient être confrontées au risque d'insolvabilité, même une réduction de 80 % pourrait encore être trop faible.

Le risque le plus important est l'endettement. Selon les analyses de la société d'investissement Bain & Co, le secteur du capital-investissement a utilisé de plus en plus de capitaux d'emprunt dans ses transactions au cours des dernières années. Les chiffres clés couramment utilisés, tels que la dette par rapport au résultat avant intérêts, impôts et amortissements, sont maintenant à des niveaux records et donc nettement plus élevés qu'en 2007 - l'année d'explosion avant la crise financière. La question qui se pose maintenant est de savoir comment les entreprises fortement endettées vont pouvoir traverser l'inévitable récession profonde. "Le succès d'un investissement dépend donc de la capacité du gestionnaire secondaire", souligne M. Dillinger. Le gestionnaire secondaire doit non seulement avoir de très bons contacts dans le secteur pour obtenir les meilleures affaires au bon moment. Il doit surtout être capable d'évaluer correctement la valeur des investissements dans le fonds primaire. "Cela nécessite un niveau d'expertise élevé. Différents rabais sont appropriés, selon le financement, le secteur, le pays d'origine ou le moment de l'investissement", explique M. Dillinger.

"Lors de la sélection des fonds auxquels Matador confie des capitaux, il est aujourd'hui encore plus important qu'auparavant de vérifier si les gestionnaires en question poursuivent une stratégie de prix disciplinée et si, lors de la sélection de nouveaux fonds, aucun compromis n'est fait en termes de qualité des entreprises et de prix d'achat", explique M. Mackewicz.

Un autre critère important dans la sélection des nouveaux fonds secondaires est leur statut d'investissement en plus des qualifications du gestionnaire. "Les meilleures chances sont offertes par les fonds qui commencent tout juste à investir ou qui n'ont investi qu'une petite partie du capital engagé", explique l'expert. "Ces jeunes fonds peuvent tirer le meilleur parti des opportunités et seront donc les grands gagnants".

Matador est très bien placé pour en tirer profit, dit-il. "Nous ne sommes actuellement investis qu'à hauteur de 40 % de notre capital. 20 % sont disponibles pour les fonds qui ont déjà été souscrits. Dans les prochaines semaines, ils vont appeler des capitaux pour investir dans des fonds primaires en cas de rabais. Et avec les 40 % restants, nous souscrirons à plus de fonds et chercherons de plus en plus à effectuer des transactions secondaires directes. Notre objectif est d'être pleinement investis d'ici la fin 2021", explique M. Dillinger.

Matador vient d'ajouter l'un de ces gagnants potentiels à son portefeuille avec le fonds secondaire eQ PE SF III. "Nous avons longtemps préféré les fonds de capital-investissement qui investissent dans les petites entreprises. Dans ce segment, la concurrence entre les investisseurs est beaucoup moins intense. Les transactions individuelles sont effectuées sur une base de prix modérés et moins de capitaux d'emprunt sont utilisés", explique M. Mackewicz. Il y aurait également un plus grand potentiel d'améliorations opérationnelles. "Dans la plupart des cas, ces entreprises entrent en contact pour la première fois avec le capital-investissement, alors que les entreprises qui ont déjà été détenues par des sociétés de capital-investissement à une ou plusieurs reprises ont largement épuisé leur potentiel d'optimisation".

Comme Dillinger et Mackewicz s'efforcent de diversifier largement leurs investissements, ils ont récemment regardé en dehors des marchés américains et européens classiques. "Au cours de ce processus, nous avons pris connaissance des spécialistes secondaires du gestionnaire d'actifs finlandais eQ Asset Management et nous l'avons ensuite examiné de près".

Le groupe eQ est une société cotée à la bourse finlandaise qui se concentre sur la gestion d'actifs et le financement des entreprises. Au troisième trimestre 2019, les actifs sous gestion du groupe s'élevaient à 7,2 milliards d'euros. "Cela fait d'eQ Asset Management l'un des plus grands gestionnaires d'actifs indépendants de Finlande", déclare M. Mackewicz.

Pour leur nouveau fonds secondaire eQ PE SF III, les gestionnaires de fonds visent un rendement net cible de 14 à 17 % - calculé sur le capital investi par les investisseurs. La direction du fonds prévoit d'acheter des parts de fonds dans lesquels eQ est déjà investi. Elle entend ainsi tirer parti de l'avantage d'information qu'elle a tiré de sa coopération historique avec les gestionnaires de fonds concernés.

"C'est très intéressant pour nous, car cela nous permet de diversifier notre portefeuille au niveau régional", explique Florian Dillinger et conclut : "Tous les gestionnaires de fonds secondaires auront une fenêtre d'opportunité extrêmement lucrative pendant un ou deux ans pour acheter des fonds de capital-investissement à faible coût. Si nous nous penchons ensuite sur cette période en 2025, nous constaterons que de nombreux gestionnaires de fonds de capital-investissement ont bien fait traverser cette crise à leurs entreprises malgré tous les dangers. Pour nous, investisseurs, la règle est donc la suivante : si nous n'achetons pas maintenant, quand le ferons-nous ?

Matador - acheter quand les canons tonnent

"Nous sommes très bien placés pour profiter des opportunités qui se présenteront sur le marché du capital-investissement dans les prochains mois", est convaincu Florian Dillinger. Actuellement, 20 millions sur un total de bilan de 50 millions d'euros ont été investis. "Nous avons procédé l'année dernière à une restructuration massive dans des domaines qui résisteront relativement bien à la crise économique à venir : les infrastructures, la technologie médicale, les sciences de la vie et les technologies de l'information. Nous avons également investi nos liquidités de manière très prudente et vendu des titres plus risqués en temps voulu. Par conséquent, nous ne sommes guère touchés par les turbulences du marché dans ce secteur", explique M. Dillinger.

Bien sûr, admet le pro, les changements d'évaluation des investissements des fonds existants exerceraient probablement une certaine pression sur le portefeuille à l'avenir. "À moyen terme, cependant, cela devrait être plus que compensé par les nouveaux investissements des fonds, désormais très, très prometteurs. Les fonds peuvent prélever onze millions sur nous à cette fin".

Dillinger a l'intention d'investir les 20 millions restants successivement dans des fonds secondaires nouvellement lancés ou dans une ou deux transactions directes sur le marché secondaire. "Donc, globalement, cette crise arrive à un moment favorable pour nous", conclut le professionnel.

Cette situation est apparemment perçue de la même manière sur les marchés des capitaux. En effet, l'action Matador, cotée en bourse, est restée très stable dans les turbulences de ces dernières semaines.

Dillinger aimerait lever des fonds d'investissement supplémentaires dans les mois à venir par le biais de petites augmentations de capital. "L'environnement du marché est tout simplement trop bon pour nous à l'heure actuelle - nous ne devons pas le laisser passer inaperçu. Un investisseur avait déjà souscrit trois millions à la fin du mois d'avril. À l'avenir, nous nous adresserons de plus en plus à d'autres parties intéressées du réseau".

Les bases de l'investissement en capital-investissement.

Toute personne qui souscrit à un fonds de capital-investissement ne prend initialement qu'un engagement en capital. Si les gestionnaires de fonds trouvent une cible d'investissement intéressante, un appel de capitaux est lancé et les investisseurs doivent payer. "C'est pourquoi il est d'abord important de limiter le montant de votre propre engagement afin que les appels de fonds puissent être remboursés en toute sécurité", explique Detlef Mackewicz.

Deuxièmement, les investisseurs doivent non seulement diversifier largement leurs placements entre les secteurs et les régions, mais aussi entre les années d'investissement. "Il faut généralement quatre ans avant qu'un fonds de capital-investissement ne soit entièrement investi. Le timing n'a donc aucun sens. Personne ne sait comment l'économie va évoluer dans les quatre prochaines années", explique le professionnel. Parce que les prix baissent fü̈r Firmenkä̈ufe en temps de crise, les fonds de capital-investissement, bien sûr, qui se lancent dans des activités d'investissement en période de difficultés économiques, obtiennent souvent des résultats très satisfaisants. "Troisièmement, il est donc important de mettre en place un programme de capital-investissement à long terme. Ensuite, les différences de performance de l'individu Jahrgä̈nge tendent à s'égaliser".

L'investissement dans des fonds de capital-investissement secondaires est une sorte de raccourci pour constituer un portefeuille de capital-investissement. En effet, leurs gestionnaires se spécialisent dans l'achat de fonds de capital-investissement déjà existants avec la plus grande décote possible par rapport à la valeur nette des investissements. "Les investisseurs peuvent ainsi accéder à un portefeuille diversifié de fonds de différents millésimes, régions et styles à faible coût et immédiatement", explique Florian Dillinger.

Comme ce marché n'est ouvert qu'aux investisseurs privés très riches, compte tenu des montants d'investissement minimums de plusieurs millions d'euros, Dillinger a fondé la société d'investissement Matador. L'action (ICH0042797206) est cotée aux bourses de Berne et de Francfort. Grâce à ce véhicule, un portefeuille de capital-investissement secondaire largement diversifié, sans restrictions minimales d'investissement, est désormais accessible à tous les investisseurs intéressés. "Nous détenons actuellement des investissements dans 15 fonds de capital-investissement qui comptent au total 1100 entreprises et nous allons maintenant élargir considérablement notre portefeuille pendant la crise économique", conclut Florian Dillinger.

®

Publication spéciale :

Matador Partners Group Inc.

Grundacher 5; CH-6060 Sarnen

41 (41) 662 10 62

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux