• Yvonne Döbler

Éviter l'insolvabilité - un guide pour les chefs d'entreprise en situation de crise.

iStock Inso1004929340Allocation de chômage partiel, aide fiscale à la liquidité, aide financière - le gouvernement fédéral ou l'UE ne se contente pas de fournir de l'argent aux entrepreneurs dans le besoin. Un concept global devrait permettre d'éviter que des entreprises réellement saines ne soient obligées de déposer leur bilan. Cinq points sont particulièrement importants ici !

01// L'argent du Fonds de stabilisation économique, les prêts de la KfW, les reports d'impôts ou les garanties de l'État réduisent les graves problèmes de liquidités

Les formulaires de demande et les conditions sont disponibles à l'adresse suivante : kfw.de/corona

02// L'obligation de déposer une demande d'insolvabilité est assouplie

Le problème :

Les dirigeants de certaines formes juridiques (notamment GmbH, AG, GmbH & Co. KG) doivent déposer une demande d'insolvabilité au plus tard dans les trois semaines suivant la survenance de l'insolvabilité ou du surendettement (article 15a InsO). La période de trois semaines commence avec la survenance de l'insolvabilité ou du surendettement objectif - en tout cas si le gestionnaire aurait pu reconnaître l'insolvabilité ou le surendettement avec la diligence requise.

La solution :

L'obligation de déposer une demande d'insolvabilité selon les anciens critères connus est suspendue par la loi sur la suspension de l'insolvabilité COVID-19 (COVInsAG) jusqu'au 30 septembre 2020 si (1) l'incapacité de payer est due aux conséquences de la pandémie COVID-19 et (2) s'il existe des perspectives d'éliminer l'incapacité de payer d'ici le 30 septembre 2020. Le législateur a prévu à cet effet une règle de présomption généreuse pour les gestionnaires. Si la société était insolvable au 31 décembre 2019, ces deux conditions sont présumées demander la suspension de l'obligation de déposer une demande d'insolvabilité. Le surendettement comme deuxième motif d'insolvabilité est temporairement suspendu en totalité jusqu'au 30 septembre 2020.

Cela garantit que l'aide d'État en matière de liquidités parvient effectivement aux entreprises sans que les dirigeants ne violent leurs obligations de déposer une demande d'insolvabilité, car le traitement des demandes d'indemnités de chômage partiel, de l'argent du Fonds de stabilisation économique, des garanties fédérales et du prêt aux entrepreneurs de la KfW prend un certain temps. . Il en va de même pour les mesures gouvernementales qui allègent le passif de l'état de liquidité, comme les reports d'impôts ou la réduction des paiements anticipés d'impôts", explique le Dr Christian Brünkmans, avocat et associé du cabinet Flick Gocke Schaumburg à Bonn.

L'idée est que les entreprises ayant un modèle d'entreprise stable et dont l'insolvabilité est causée par la pandémie COVID 19 ne devraient pas avoir à déposer leur bilan.

Un conseil de l'avocat :

Les entreprises qui sont déjà insolvables ou le deviendront dans un avenir prévisible devraient, par mesure de précaution, examiner et documenter la causalité des effets de la pandémie COVID 19, tels qu'une baisse des ventes due à des fermetures d'entreprises, des pertes de production, des mesures de quarantaine, etc. En outre, un plan de liquidité valide doit être préparé qui montre que la solvabilité peut être rétablie d'ici le 30 septembre 2020 - si nécessaire en tenant compte des mesures d'aide du gouvernement.

03// La responsabilité des gestionnaires pour les paiements en cas d'insolvabilité à l'échéance pendant la période de suspension est limitée.

Le problème :

"Normalement, les dirigeants sont personnellement responsables des paiements qu'ils effectuent même si l'entreprise est prête à l'insolvabilité - c'est-à-dire qu'elle est insolvable ou surendettée", explique le Dr Matthias Merkelbach, avocat et associé du cabinet Flick Gocke Schaumburg à Bonn. En règle générale, une incapacité de paiement existe toujours lorsque l'écart entre les actifs liquides et les passifs exigibles est supérieur à dix pour cent. Exception à la responsabilité personnelle : le paiement correspond à la diligence d'un chef d'entreprise prudent.

La solution :

Dans la mesure où l'obligation de déposer une demande d'insolvabilité est suspendue, les paiements qui sont effectués dans le cours normal des affaires sont considérés comme compatibles avec la diligence d'un gestionnaire prudent et consciencieux et n'entraînent pas de responsabilité du gestionnaire de ce fait (§2 al. 1 n° 1 COVInsAG).

Conseil de l'avocat : Néanmoins, le gérant doit toujours vérifier si les paiements sont nécessaires. En cas de doute, "conduire à vue".

04// Suspension de la subordination pour les prêts d'actionnaires accordés pendant la période de suspension.

Le problème : "
Si les actionnaires accordent des prêts pour améliorer la liquidité, ceux-ci sont traités comme subordonnés en cas d'insolvabilité. C'est pourquoi de nombreux actionnaires hésitent à accorder un nouveau prêt à l'entreprise dans les phases critiques", explique le Dr Christian Brünkmans.

La solution : Le
législateur a résolu trois réévaluations majeures des prêts d'actionnaires par la COVInsAG

- Si des prêts d'actionnaires sont accordés pendant la période de suspension (actuellement du 1er mars au 30 septembre 2020) et remboursés avant le 30 septembre 2023, cela ne peut être contesté en vertu de la loi sur l'insolvabilité.

- Si la procédure d'insolvabilité est demandée avant le 30 septembre 2023, les prêts d'actionnaires accordés pendant la période de suspension ne seront pas considérés comme subordonnés conformément à l'article 39 (1) n° 5 InsO, mais seront considérés comme de simples créances d'insolvabilité (article 38 InsO).

Mais : on peut se demander si ce privilège s'applique également aux prêts d'actionnaires accordés pendant la période de suspension pour les entreprises qui ne sont pas prêtes à l'insolvabilité selon le §2 al. 2 COVInsAG. "Il n'est pas clair si la condition préalable est au moins des difficultés économiques", dit Christian Brünkmans.

05// Sécuriser les liquidités par le droit de refus de performance à court terme

Le problème :

Les obligations continues - telles que les contrats d'assurance ou les contrats de fourniture d'énergie - représentent des dépenses mensuelles qui constituent une charge particulière pour les entreprises dans la crise de la Corona.

La solution :

Pour les consommateurs et les petits entrepreneurs, un droit de refus d'exécution a été introduit pour les contrats conclus avant le 8 mars 2020. Si l'entrepreneur peut démontrer de manière crédible qu'il n'est pas possible de fournir le service sans mettre en danger la base économique de son entreprise et que cette mise en danger est due à la pandémie COVID 19, il peut refuser l'exécution du contrat du 1er avril 2020 au 30 juin 2020.

En outre, un "bloc de résiliation" a été introduit pour toutes les entreprises - et pas seulement pour les consommateurs et les petites entreprises - en ce qui concerne les loyers et les baux. Si les locataires ou les preneurs à bail refusent de payer pendant la période du 1er avril 2020 au 30 juin 2020, les propriétaires et les bailleurs ne peuvent pas résilier le contrat si l'inexécution est due aux effets de la pandémie COVID 19 et si ce lien peut être démontré de manière crédible.

Les droits de résiliation du bailleur pour d'autres raisons ne sont pas affectés.

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux