• Klaus Meitinger

Repenser les investissements en matière de taux d'intérêt.

(Temps de lecture: 4 - 8 minutes)

Lerbach DSF1819Revenu. Les placements sûrs à taux d'intérêt ne seront pas rentables avant plusieurs années. Pour les investisseurs à la recherche de rendements adéquats avec un risque raisonnable, une large diversification à travers une gamme d'investissements alternatifs est la solution.

"Nous devrons maintenant vivre avec des taux d'intérêt extrêmement bas pendant beaucoup plus longtemps que prévu", estime Kai Röhrl, de Robeco. Par conséquent, les obligations d'État sûres resteront probablement un point d'ancrage dans le portefeuille pendant longtemps. Nous devons donc trouver des alternatives pour cette partie du portefeuille. Et c'est là qu'il faut de plus en plus de créativité".

C'est le cas de l'atelier sur les revenus. "Les bunds n'ont pas seulement fourni des rendements courants intéressants au cours des dernières décennies. Ils étaient également liquides, leur valeur fluctuait à peine et ils ont donc apporté une contribution précieuse à la diversification du portefeuille", Thomas Neukirch, HQ Trust, ouvre le débat et déclare : "Il n'y a pas une seule classe d'actifs qui offre encore tout cela aujourd'hui. Au contraire, les investisseurs doivent toujours accepter un désavantage ou un autre. "Par exemple, si vous voulez des rendements et des liquidités suffisantes, vous devez vivre avec des fluctuations de valeur plus importantes et une corrélation plus forte avec la composante en actions", note Ulrich Voss, Tresono. "Ou bien ils peuvent se passer de la négociabilité en faveur de von Rendite et accepter qu'ils ne puissent pas avoir leur argent à tout moment", ajoute Thomas Neukirch.

Il faut donc repenser aujourd'hui l'ensemble de la zone d'intérêt du portefeuille, conclut Röhrl:  "Il s'agit de combiner des titres liquides à intérêt fixe, des stratégies illiquides, des investissements alternatifs, des biens immobiliers et des spécialités de manière à créer un bloc qui - selon la situation et l'appétit pour le risque personnel - offre encore une diversification et un rapport risque/rendement raisonnable même dans un monde à taux zéro.

// 01 Titres à revenu fixe liquides.

"Si vous voulez générer des rendements, vous devez prendre de plus grands risques avec les obligations", explique Michael Gollits, von der Heydt, "et cela signifie soit réduire la solvabilité du débiteur, soit accepter les fluctuations monétaires. "Pour ceux qui en sont conscients, les obligations d'État des marchés émergents offrent une alternative intéressante. Selon leur notation de crédit, ils offrent trois à cinq points de pourcentage de plus que les obligations du gouvernement allemand", explique Gottfried Urban, Urban & Kollegen, et poursuit : "Nous le faisons principalement avec des obligations en devises fortes émises en euros ou en dollars, et seulement dans une faible mesure avec des obligations dans la monnaie locale respective. Les rendements y sont beaucoup plus élevés, mais le risque est également beaucoup plus élevé.

"Dans les obligations d'entreprises - une autre variété populaire - les rendements convergent déjà fortement. Les investisseurs trouvent un rapport raisonnable au risque avec les débiteurs dont la solvabilité se situe à la limite entre la catégorie investissement et le rendement élevé", estime Urban (lesen Sie voir aussi page 78). Ulrich Voss considère également que les prêts seniors, les prêts d'entreprise garantis par des gestionnaires actifs et expérimentés et les obligations indexées sur l'inflation (TIPS) sont intéressants : "Les premiers offrent des taux d'intérêt entre 3,2 et 4,2 %. Et ces derniers me convainquent parce qu'ils diversifient le portefeuille". Après tout, le plus grand risque d'investir dans des obligations est que les taux d'inflation et donc les rendements augmentent. Parce qu'alors leurs prix baissent. "Dans les TIPS, le taux de coupon et de remboursement augmente avec le taux d'inflation. Ils sont donc immunisés contre l'inflation", explique Ulrich Voss.

"Nous examinons également le secteur asiatique des titres à haut rendement", explique M. Gollits en combinant les deux idées d'investissement. "Il existe des entreprises de grande qualité dont les obligations sont largement diversifiées et dont le rendement se situe entre 5,5 et 6 % par an. Et même si je dépense ensuite un autre point de pourcentage en couverture de change, ce n'est pas beaucoup moins que ce à quoi on peut s'attendre sur le marché boursier à long terme. Je trouve cela lucratif".

"Mais la clé de toutes ces idées n'est pas de prendre des risques individuels, mais de les diffuser largement via des fonds actifs ou des ETF", précise Gottfried Urban.

// 02 Investissements alternatifs.

Une possibilité d'investissement intéressante est la microfinance. "Ce sont des mini-crédits qui sont accordés aux petits entrepreneurs - principalement dans les pays en développement et émergents. Il s'agit d'une classe d'actifs complètement différente, car elle n'est guère soumise aux risques liés aux taux d'intérêt et le succès dépend de la qualité de la vérification de la solvabilité", explique M. Urban.

Une autre alternative peut être les obligations catastrophes, dites "cat bonds". "Deren Charme" est que les prix évoluent indépendamment de l'économie ou des marchés boursiers. Das Le rendement des investissements dépend uniquement du montant des dommages causés par les catastrophes naturelles assurées", explique M. Urban. "Il est juste difficile de maîtriser le côté risque. Deshalb Je conseille une large diversification. Ce qui est convaincant, c'est que les primes d'assurance y augmentent. "Ces titres devraient avoir un rendement de deux à quatre pour cent et, en raison de la tendance aux queues grasses, devraient non seulement être diversifiés mais aussi investis avec un horizon de placement à long terme", ajoute M. Neukirch.

Les professionnels n'ignorent pas non plus le secteur des fonds spéculatifs, qui a été très malmené par le passé. "Beaucoup n'ont pas gardé ce que les investisseurs attendaient d'eux - des rendements stables et indépendants des tendances du marché", analyse M. Neukirch, "mais d'un point de vue organisationnel, ils peuvent fournir des rendements non corrélés. Die Le seul art consiste à trouver des gestionnaires compétents. Ils peuvent également faire partie de la solution".

// 03. l'immobilier.

"Compte tenu de la pandémie de Corona, les investissements dans l'immobilier nécessitent une analyse stricte des lieux et des types d'utilisation", conseille M. Gollits. "Je pense déjà que la demande d'espaces de bureaux va diminuer à l'avenir compte tenu de la tendance zum Homeoffice. Dans le même temps, les commerces de détail, y compris ceux situés dans les centres-villes, pourraient être mis sous pression". "Ils souffrent de l'utilisation accrue du commerce en ligne", explique M. Voss. "Il y a également un risque que les ventes se déplacent si davantage de personnes travaillent désormais à domicile et moins se rendent dans les centres-villes", ergänzt Urban.

D'autre part, Ulrich Voss voit clairement les centres logistiques comme les gagnants. "En raison de l'essor du commerce en ligne, ils sont les bénéficiaires du développement actuel".

Cependant, on ne s'attend guère à des effets sur le marché du logement. "Nous ne nous attendons pas à ce que les prix et les loyers baissent, surtout dans les zones centrales. Sie devrait continuer à se développer de manière stable", déclare M. Neukirch.

Le logement et la logistique devraient donc être au centre des investissements directs im Vordergrund. "Et ceux qui s'appuient sur des fonds doivent d'abord vérifier où se situe leur objectif d'investissement", explique M. Neukirch. "Des rendements locatifs nets raisonnables ne peuvent toutefois, compte tenu de l'augmentation des prix, être obtenus que par un financement par l'emprunt à un niveau élevé - certes à des conditions extrêmement favorables", ajoute M. Gollits, "le risque lié à l'endettement doit être pris en compte dans tous les investissements immobiliers".

"Les actions immobilières peuvent également être intéressantes", ajoute M. Voss. "Ils offrent des distributions stables et sont maintenant presque une sorte de substitut d'intérêt." Une autre façon d'investir dans le marché immobilier est le capital mezzanine. "Ce sont des hybrides de dettes et de capitaux propres. Les investisseurs ont généralement des droits de contrôle et d'information, mais ils renoncent à la possibilité d'intervenir dans l'entreprise en exploitation. Die Les échéances sont généralement comprises entre huit et 48 mois", informe M. Gollits, mais prévient également : "Il s'agit d'une entreprise professionnelle. La solvabilité du développeur de projet respectif est déterminante. Die les investisseurs doivent y regarder de très près".

// Les investissements alternatifs illiquides.

Parmi ceux-ci, les professionnels résument les investissements non cotés in Beteiligungsstrukturen, qui ne peuvent généralement pas être vendus sur le long terme de dix à zwölf Jahren. "Les opportunités comprennent les investissements dans les infrastructures - routes, mâts de téléphonie mobile, lignes de fibre optique, fermes de serveurs - tout ce qui génère des revenus réguliers", explique Michael Gollits. Le défi : "Ici non plus, il n'y a rien de gratuit. Si les rendements réguliers sont inférieurs à trois pour cent, je préfère ne pas le faire, car le rendement et le risque ne sont pas en équilibre", déclare Ulrich Voss.

Une autre alternative illiquide est la dette privée, également appelée prêt privé. Il s'agit de prêts directs à des entreprises, pour la plupart de taille moyenne, ou pour le financement de projets immobiliers et d'infrastructures. "C'est passionnant car les investisseurs peuvent encore recevoir des primes de rendement de 2,5 à 5 % ici, selon la structure", explique M. Gollits. "Mais comme cette classe d'actifs est très complexe et que les risques de crédit sont déterminants, les investisseurs ne devraient investir que dans des fonds largement diversifiés", conseille M. Neukirch.

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux