• Sonderveröffentlichung: Robeco Deutschland

Magnifique nouveau monde financier.

062 Robeco 852000444FinTech. De nombreuses industries ont déjà été bouleversées par la numérisation. Patrick Lemmens et Jeroen van Oerle sont convaincus que c'est maintenant au tour de l'industrie financière de faire appel à Robeco. Ils identifient les gagnants et les perdants.

L'avenir est arrivé depuis longtemps dans les cuisines de Bangkok. De plus en plus de gens paient avec leur smartphone au lieu d'argent comptant. Selon les estimations du gestionnaire de fortune Robeco, le nombre de transactions sans numéraire effectuées avec des cartes de crédit, des smartphones ou en ligne augmente de onze pour cent par an dans le monde. Cash, concluent Patrick Lemmens et Jeroen van Oerle, gestionnaire de portefeuille de Robeco, devient de plus en plus une exception.

"Cependant, la croissance massive des systèmes de paiement mobile n'est qu'une facette de la numérisation de l'industrie financière. La révolution FinTech est l'une des plus grandes tendances de notre temps, explique Lemmens et van Oerle, un changement perturbateur durable qui bouleverse le statu quo et dont les effets se feront sentir pendant des années ".

Aujourd'hui, pour la première fois, cela donne déjà à environ deux milliards de personnes la possibilité d'ouvrir leur propre compte bancaire et de prendre en main leur situation financière. De nouvelles options, telles que les virements mobiles et les transactions sur titres ou le chat avec l'employé de banque à tout moment, sont de plus en plus utilisées par les clients. Et à l'avenir, l'intelligence artificielle est susceptible de créer des opportunités entièrement nouvelles dans la gestion de fortune et l'analyse commerciale. Les applications Big Data garantissent que la gestion des actifs innove ou que de nombreux processus métier de l'assurance sont automatisés à l'avenir. Et la technologie du grand livre distribué derrière la chaîne de blocs est susceptible d'accélérer et de réduire le coût des transactions financières.

Les marchés émergents, en particulier, offrent un énorme potentiel. "En Asie, par exemple, le secteur financier a déjà mis en place un système de paiement mobile entièrement intégré, un vaste écosystème auquel tout le monde peut participer ", explique van Oerle. "Et puis il y a l'important potentiel de clients potentiels, qui ouvre un énorme potentiel de croissance pour l'industrie financière grâce aux nouvelles technologies."

"L'utilisation des nouvelles technologies ouvre non seulement de toutes nouvelles opportunités d'affaires, mais elle rend également de nombreux processus plus efficaces et améliorera ainsi la rentabilité de l'" ancienne " industrie financière ", estiment les deux experts. Il faut donc s'attendre à une tendance croissante à la coopération entre les jeunes FinTechs et les établissements de crédit établis. "Alors que les premiers gagnent une clientèle plus large, les fournisseurs de services financiers traditionnels bénéficient d'un accès à des technologies innovantes ", explique M. Lemmens.

Pour les gérants de fonds Robeco, cela ouvre un large éventail d'opportunités d'investissement intéressantes. "Aujourd'hui, l'univers FinTech compte déjà plus de 200 entreprises d'une valeur marchande moyenne de douze milliards de dollars. En outre, il y aura beaucoup d'autres introductions en bourse passionnantes de start-ups à l'avenir ", explique M. Lemmens.

Afin d'identifier les favoris du changement dynamique pour leur fonds Robeco Global FinTech Equities, lancé fin 2017, les gestionnaires de fonds distinguent trois domaines. Les " gagnants établis " comprennent des entreprises comme VISA. "Au fil des ans, elles ont acquis une position forte sur le marché, sont stables et affichent des taux de croissance à deux chiffres ", explique M. van Oerle.

Il y a aussi ce qu'on appelle les " facilitateurs " - des entreprises comme SS&C ou Temenos - dont les chemins de croissance sont bien prévisibles et dont les banques et les prestataires de services financiers aident à développer et à mettre en œuvre les nouvelles technologies. Et puis il y a les "challengers" - de jeunes entreprises en pleine croissance comme Square, Green Dot ou Wirecard, qui ont le potentiel pour devenir les gagnants de demain. "Bien que les taux de croissance du chiffre d'affaires et des bénéfices y soient très élevés, les valorisations des actions sont également très ambitieuses ", explique Lemmens et conclut : " L'art de composer un portefeuille FinTech réussi consiste désormais à combiner ces domaines dans un premier temps de telle sorte que les opportunités et les risques soient dans une relation équilibrée ".

La deuxième étape est la sélection des entreprises les plus prometteuses. "Nous accordons une grande attention aux données fondamentales telles que l'évaluation, l'élan ou les révisions des bénéfices et la gestion responsable ", déclare van Oerle. Outre la capacité d'évaluer les ratios financiers, un grand savoir-faire technique est également nécessaire. "Nous examinons de près la force d'innovation et la technologie des entreprises afin d'évaluer les moteurs de croissance et donc les marges de profit à escompter à l'avenir ", explique Lemmens : " Si celles-ci sont sous-estimées par le marché, alors nous investissons.

Toutefois, un investissement dans ce domaine n'est pas sans risque. Parce qu'il y a trois facteurs importants d'incertitude - le système réglementaire, la fraude avec les dommages d'image correspondants ou les cyberattaques dans lesquelles des données sensibles des clients sont volées. "Le fait est que de tels événements sont pratiquement imprévisibles. Ils causeront toujours de l'irritation et des fluctuations de prix plus fortes, mais ne changeront pas la tendance à long terme", analyse van Oerle.

Dans leur portefeuille, ils relèvent ce défi avec une large diversification (ci-dessous), une approche à long terme et une discipline claire dans les décisions d'achat et de vente. "Nous investissons dans les meilleures valeurs des trois secteurs. Et ils augmenteront progressivement leurs positions si nos analyses fondamentales se confirment. Mais nous vendons tout aussi régulièrement lorsque le potentiel de prix a été épuisé ou lorsque notre évaluation a changé."

"Aujourd'hui, nous avons l'occasion unique de bénéficier du renouveau radical de l'ensemble du secteur financier. Au cours des cinq prochaines années, nous verrons des innovations qui surpasseront tous les bouleversements que nous avons connus jusqu'à présent ", concluent Patrick Lemmens et Jeroen van Oerle : " Cela ne signifie pas que le cours des actions FinTech va augmenter en ligne. Mais quand les investisseurs regardent en arrière aujourd'hui, dans cinq ans, ils devraient être positivement surpris." ®

________________________________

// Comment investir dans FinTech.

Robeco Global FinTech Equities (ISIN : LU1700711077) investit dans des sociétés qui génèrent au moins 25% de leurs revenus ou bénéfices grâce à FinTech. "Globalement, explique Patrick Lemmens, gérant du fonds, nous aurons généralement 40 à 70 titres dans notre portefeuille, avec une pondération maximale de cinq pour cent en fonction de notre évaluation, qui tient également compte de notre analyse quantitative. Si le cours d'une action monte en flèche et prend ainsi trop de poids, sa position est régulièrement ajustée. Actuellement, près de 70 % du portefeuille est composé d'actions américaines, 21 % d'actions européennes et 10 % d'actions asiatiques. "Cependant, nous partons du principe qu'il y aura de nombreuses opportunités en Asie en particulier dans les années à venir, c'est pourquoi cette part devrait augmenter ", explique Jeroen van Oerle, qui gère le fonds en collaboration avec Patrick Lemmens. Le fonds a été lancé en décembre 2017 et a depuis augmenté de 21,5 %, tandis que son indice de référence, le MSCI World, est passé à 8,3 % (au 30 septembre 2018).

________________________________

Publication spéciale :

Robeco Allemagne

www.robeco.de

Taunusanlage 17, 60325 Francfort, Allemagne

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux