• Klaus Meitinger

L'année 2021 sera-t-elle une année de pointe ?

0802 BullenChers lecteurs,

Au cours du mois dernier, nous avons virtuellement visité une douzaine de perspectives annuelles de banques et de gestionnaires d'actifs. Le résultat est clair : cette année, les augures s'attendent à une reprise économique massive, à des taux d'inflation en hausse et à la poursuite d'une politique monétaire ultra-expansionniste. Qu'est-ce que cela signifie pour la stratégie d'investissement ?

Chaque année, au début de ses Perspectives annuelles 2021, Neuberger Berman demande au public quelle classe d'actifs sera la plus performante l'année suivante. Cette fois, la réponse était claire. 74 % - plus qu'à aucun moment au cours des cinq dernières années - ont choisi les actions.

Nous ne sommes pas surpris. Le scénario de base de tous les experts - une reprise économique avec des taux d'intérêt toujours extrêmement bas - est une recette pour de nouvelles hausses de prix. C'est pourquoi de nombreuses maisons augmentent maintenant leurs objectifs de prix pour le DAX de cette année dans la direction de 15 000 points.

Bien entendu, tous les experts ont également souligné les risques. Le plus souvent, il a été question d'un recul de l'économie lié à la hausse des chiffres d'infection, aux mutations et à la lenteur des vaccinations. "Mais même dans ce cas, la politique fournirait un tampon", reflète César Perez Ruiz, DSI de Pictet : "Parce qu'alors les gouvernements seraient encore plus favorables sur le plan fiscal et les banques centrales mettraient encore plus de pression sur le gaz".

Comme de nombreux investisseurs craignent que les valorisations soient déjà trop élevées et qu'elles devront bientôt être corrigées, cette question a également été abordée. En effet, de nombreux marchés boursiers, mesurés par les ratios cours/bénéfices, sont plus valorisés qu'ils ne l'ont été depuis la bulle Internet. Cependant, cette comparaison - selon les experts - ne doit pas être faite de manière isolée. "La principale différence entre hier et aujourd'hui est le niveau des taux d'intérêt. À l'époque, le rendement des obligations d'État américaines à dix ans était d'environ six pour cent, et celui des Bunds allemands d'environ cinq pour cent", explique Carsten Klude, économiste en chef de M.M.Warburg & Co. Aujourd'hui, en revanche, il est de un pour cent et de moins 0,5 pour cent. "Les évaluations sont élevées, mais pas extrêmes - et raisonnables étant donné la nouvelle ère des taux d'intérêt", conclut Michael Heise, HQ Trust.

"L'essentiel est maintenant que les revenus soient vraiment à la hauteur des attentes. Les entreprises doivent tenir leurs promesses", affirme clairement Georg von Wallwitz, Eyb et Wallwitz. Examinons donc de plus près les prévisions. La société américaine FactSet collecte des données auprès d'environ 600 banques, courtiers et lettres de bourse du monde entier sur plus de 17 000 entreprises de plus de 55 pays. Ces données sont publiées sous forme d'estimations dites consensuelles et reflètent assez bien ce que pense le "marché" et ce qui devrait donc être évalué approximativement dans les cours actuels des actions.

Au cours des deux prochaines années, la communauté des investisseurs s'attend à une forte augmentation des bénéfices. Les bénéfices - basés sur les principaux indices DAX, S&P 500 et Nikkei 25 - devraient être de 19 à 29 % plus élevés en 2022 qu'en 2019, et donc dépasser les niveaux records établis en 2018.

Sur la base de ces bénéfices estimés pour 2022 - et c'est ce sur quoi les investisseurs se concentreront au second semestre 2021 - le ratio cours/bénéfices du DAX est actuellement de 13,5, celui du S&P 500 de 19,7 et celui du Nikkei de 19,8. Ce n'est pas beaucoup, compte tenu des taux d'intérêt très bas, et cela laisserait de la place pour d'autres hausses - en particulier pour le DAX - en perspective. "Une partie considérable du mouvement à la hausse des marchés boursiers a en effet déjà été anticipée. Mais il y a encore de la place pour une hausse, car la tendance économique sera très positive", conclut Holger Schmieding, de la Bankhaus Berenberg.

La question cruciale est la suivante : les attentes très optimistes en matière de profit sont-elles vraiment réalistes ? Les professionnels sont confiants. "Les entreprises ont rapidement et radicalement réduit leur base de coûts et accéléré la transformation numérique. Maintenant, quand les revenus augmenteront, l'effet de levier sur les bénéfices sera énorme", explique Guilleaume Brisset de Clarton Associèes.

En termes de secteurs, les experts se concentrent désormais davantage sur les entreprises cycliques et les entreprises qui bénéficient de taux d'inflation plus élevés - industriels, matériaux, matières premières, biens de consommation. "Un très grand thème sera également les actions durables", ajoute Maximilian Kunkel, CIO d'UBS : "Chaque décennie a son acronyme. Dans les années 1990, c'était TMT, dans le BRIC de 00s, à partir de 2010 FANG. Dans la prochaine décennie, ce sera la SEG".

Les régions favorites sont l'Allemagne, l'Europe et surtout les marchés émergents d'Asie, dont la Chine. "Un point positif pour l'Asie émergente est qu'elle a bien résisté à la deuxième vague d'infection. L'écart de croissance avec les pays développés s'est creusé, les perspectives de bénéfices sont bonnes et les devises sont à des niveaux historiquement bas par rapport au dollar", énumère César Perez Ruiz.

Donald Amstad, d'Aberdeen Standard Investments, se charge des actions A de la Chine. Tout d'abord, dit-il, l'ascension de nombreux Chinois dans la classe moyenne est désormais irréversible. 570 millions d'euros avec un revenu annuel actuel compris entre 10 000 et 30 000 dollars sont en route. Et deuxièmement, la Chine a un besoin urgent d'une véritable culture de l'équité afin d'atténuer le problème des retraites d'une population vieillissante à moyen terme à l'aide des dividendes. Le pays continuera donc à ouvrir rapidement ses marchés de capitaux. L'importance des actions chinoises dans les principaux indices boursiers mondiaux va donc continuer à croître. "Aujourd'hui, les actions chinoises ont un poids de seulement 4,2 % dans l'indice MSCI AC World. Les États-Unis dominent avec 55,6 %. Ce ratio changera considérablement à l'avenir. Les investisseurs devraient donc investir en Chine dès maintenant", déclare M. Amstad

Tout cela semble assez prometteur. Si le scénario économique positif décrit dans la première partie de notre petite série devient réalité, une surprise est même possible.

Rejoignez-nous dans un petit jeu mental. Disons qu'au second semestre de l'année, le boom économique mondial synchronisé se produit effectivement et que les taux d'inflation dépassent les trois pour cent. Avec des taux directeurs qui restent néanmoins à zéro, l'"argent" perd un pouvoir d'achat massif pour la première fois depuis le début de l'expansion monétaire - trois pour cent en un an seulement.

Que feront alors ceux qui détiennent "l'argent" ?

Selon Stefan Riße, Acatis, les flux d'argent et d'obligations sur le marché mondial ont atteint environ deux billions de dollars chacun depuis 2016. En Allemagne, il y a actuellement 2 700 milliards d'euros de dépôts en espèces et à vue, et dans le reste de l'Europe, c'est certainement plusieurs billions de plus. Dans le monde entier, des obligations d'une valeur de 17 à 18 billions de dollars ne produisent que des rendements négatifs. Ainsi, dans l'ensemble, une grande partie du capital est affectée par l'érosion du pouvoir d'achat.

Mais la capitalisation boursière totale des marchés d'actions dans le monde n'est que de 100 000 milliards de dollars environ. Que se passerait-il si nous assistions réellement à la grande rotation de l'épargne vers les actions qui a souvent été prévue au cours de l'année prochaine ? À un moment où personne ne veut réellement vendre ses actions de valeur. Les évaluations devraient-elles alors éventuellement être payées de la même manière que pour les propriétés résidentielles dans des lieux de premier choix ?

Bien sûr, ce n'est qu'une idée pour le moment. Mais ce scénario n'est pas irréaliste. 2021 pourrait alors être une année très lucrative pour les stocks.

Cordialement,

Klaus Meitinger

Note : Malgré une sélection minutieuse des sources, aucune responsabilité ne peut être acceptée pour l'exactitude du contenu. Les informations fournies dans le patrimoine privé le sont à titre d'information et ne constituent pas une invitation à acheter ou à vendre des titres.

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux