• Klaus Meitinger

Revue - Il s'est passé beaucoup de choses...

Rueckblick aufmacherDes adeptes parfaits.

Dans le numéro 01/18, le magazine Private Wealth a traité de l'idée d'investissement des "fonds de recherche". Dans ce modèle, d'excellents diplômés universitaires essaient de trouver une entreprise de taille moyenne bien établie et confrontée à un problème de succession qu'ils peuvent acheter - afin de continuer à la diriger eux-mêmes. Les investisseurs soutiennent ce processus, en s'assurant une participation dans les entreprises intéressantes si la recherche est fructueuse.

La seule raison pour laquelle cette idée brillante n'a pas vraiment décollé jusqu'à présent est le manque de diplômés ayant du cran. Aujourd'hui, deux chercheurs - Alexander Hansen et Christopher King - tentent leur chance. "Avoir l'esprit d'entreprise.Pouvoir faire ce dont nous sommes convaincus sans structures rigides et en assumer la responsabilité - c'est ainsi que nous imaginons l'avenir." Les PME sont donc une cible naturelle, dit-il : "L'orientation à long terme, le lien particulier avec les employés, les racines profondes dans la communauté - tout cela nous a toujours enthousiasmés."

Il y a plus qu'assez de sociétés cibles potentielles en Allemagne. Selon une étude de la KfW, 62 % des propriétaires dans le secteur des PME ont plus de 50 ans. "Nous offrons à tous ceux qui n'ont pas d'enfants une deuxième meilleure option pour transmettre leur entreprise, car nous adoptons une approche similaire à celle d'un successeur au sein de la famille. Nous voulons poursuivre l'œuvre de toute une vie sur le long terme et selon les principes du fondateur. Nous offrons un prix équitable. Et nous sommes très flexibles. L'entrepreneur peut partir.Ou travaillez avec nous encore plus longtemps. Nous en serions en fait très heureux." Hansen et King énumèrent les avantages de leur modèle.

Les conditions pour qu'ils y parviennent sont bonnes. Les deux ont un savoir-faire numérique. Ils ont des compétences complémentaires - Hansen apporte son expertise en matière de finance et de comptabilité, King a acquis une expérience opérationnelle dans un environnement d'entreprise internationale. Et ils ont réussi à attirer le gratin de la scène européenne des fonds de recherche en tant qu'investisseurs et membres du conseil consultatif. Il ne manque plus que la bonne entreprise.

Grand retour.

Depuis 2010, la fortune privée a permis à Harpreet Singh, fondateur de la société de biotechnologie Immatics, de poursuivre son objectif de vaincre le cancer. La méthode : il recherche à la surface des cellules cancéreuses des structures par lesquelles les cellules immunitaires de l'organisme les reconnaissent, afin de pouvoir ensuite les combattre.

Après quelques revers, Singh semble maintenant être de retour sur les rails. À l'été 2020, l'entreprise est entrée en bourse via un SPAC.Avec plus de 250 millions de dollars de liquidités, Immatics dispose désormais d'un capital suffisant pour poursuivre ses développements.

Et ils semblent prometteurs. En février 2021, la société a publié de très bonnes données cliniques. Il semble que Singh puisse désormais distinguer plus précisément les tissus tumoraux des tissus normaux. Si la plupart des lymphocytes T se retournent alors contre les tumeurs, ce serait une percée. Les investisseurs ne doivent pas perdre de vue l'action.

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux