Tout le monde doit pouvoir participer.

Print Friendly, PDF & Email

Une lettre du professeur Marcel Fratzscher. Le chef du DIW estime que le débat actuel sur la justice est malavisé et appelle à une économie sociale de marché inclusive.

"Time for Justice" était la devise de la campagne électorale de Martin Schulz. Dans un pays où 70 % de la population estime que les inégalités sont trop fortes, ce slogan risque de prendre feu. Je pense toujours que: Wir a besoin d'un débat qui va au-delà de la justice.

La justice est quelque chose de subjectif. Lorsque les partis parlent de "justice", ils se préoccupent généralement des intérêts de leurs propres électeurs. Ils tentent de mobiliser les électeurs potentiels pour eux-mêmes en leur offrant des cadeaux électoraux - par des promesses qui sont généralement déçues à long terme.

Une nouvelle polarisation de la société est ainsi programmée. La controverse sur les réductions ou les augmentations d'impôts crée des clivages entre les riches et les pauvres. Dans le débat sur les pensions et la prévoyance privée, les personnes âgées et les jeunes se font face. Le débat sur le partage du conjoint et les allocations familiales divise la société tout autant que le débat sur la revendication et la promotion des migrants. Et le différend sur les salaires et la fiscalité polarise les travailleurs et les entrepreneurs.

L'Allemagne n'a pas de problème fondamental avec un État-providence trop petit ou une charge fiscale trop inégale. Au contraire, pratiquement aucun autre pays au monde n'a un État providence aussi fort et efficace que l'Allemagne.

Néanmoins, l'inégalité des chances, des revenus et des richesses en Allemagne a atteint un niveau nuisible. Elle réduit la productivité, la croissance, la santé et l'innovation - et, en fin de compte, la prospérité de tous. S'en occuper serait la bonne approche ;

Nous, les Allemands, sommes fiers, à juste titre, de notre économie sociale de marché. Son succès s'explique par le fait qu'elle ne considérait pas la force de l'État-providence, le degré élevé de responsabilité individuelle et le fonctionnement des marchés comme une contradiction, mais comme des conditions préalables à la prospérité et à la cohésion sociale. Aujourd'hui, l'Allemagne est plus éloignée que jamais de cet idéal. De plus en plus de personnes perdent leur indépendance économique et deviennent dépendantes de l'État. Un ménage sur trois en Allemagne de l'Est reçoit maintenant la moitié ou plus de ses revenus de l'Etat. Et la mobilité sociale est faible - ceux qui naissent dans une famille socialement faible et sans instruction ont beaucoup plus de mal que par le passé à obtenir une bonne éducation et une bonne formation et à progresser.

Nous avons donc besoin d'un nouveau contrat social qui concilie l'économie sociale et l'économie de marché non seulement pour un petit nombre, mais pour le plus grand nombre possible - une économie sociale de marché inclusive. Et pas de débat d'envie.

Une telle économie sociale de marché inclusive crée la prospérité pour tous. Les personnes qui reçoivent une bonne éducation, développent leurs talents et utilisent leurs compétences, qui sont encouragées sur le marché du travail et socialement sûres, ne s'aident pas seulement elles-mêmes, elles contribuent également à l'économie et à la société au profit de tous. Les entreprises bénéficient de travailleurs mieux qualifiés et bien rémunérés, tout comme les employés eux-mêmes. Et l'État peut prélever moins d'impôts et mieux remplir son rôle de sécurité sociale si un plus grand nombre de personnes (peuvent) prendre leurs responsabilités personnelles et ne sont plus dépendantes des prestations sociales.

Pour y parvenir, cinq choses doivent se produire. Une offensive en matière d'éducation doit améliorer la qualité de l'éducation de la petite enfance en particulier, mais aussi du système scolaire et l'ouvrir à davantage d'enfants. La politique familiale doit créer des opportunités pour les femmes, les parents isolés et les personnes socialement plus faibles. La politique du marché du travail doit tenir davantage compte des questions oubliées des réformes passées - les chômeurs de longue durée, les personnes ayant des problèmes de santé, les immigrants. Une réforme fiscale fondamentale doit abolir les privilèges et garantir ainsi plus de marché et de concurrence. Et les systèmes sociaux doivent être beaucoup plus axés sur les personnes qui ont besoin d'aide.

"Time for justice" est une belle devise de campagne. Mais l'Allemagne n'a pas besoin d'une belle devise, pas de cadeaux électoraux et pas de concurrence pour la meilleure définition de la justice. Elle exige un retour aux forces des sept dernières décennies : l'appropriation, un État providence fort et une économie de marché viable. ®

Pin It

Adresse de publication

Private Wealth GmbH & Co. KG
Südliche Auffahrtsallee 29
80639 München

Nous contacter

  • Tel.:
    +49 (0) 89 2554 3917
  • Fax:
    +49 (0) 89 2554 2971
  • Email:
    iCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Médias sociaux

         

   email