Le débat sur la justice.

Print Friendly, PDF & Email

L'Allemagne est en plein boom. Les bénéfices, les salaires et les revenus des entreprises sont en hausse. Néanmoins, les manchettes négatives dominent. Seuls les riches profiteraient de la reprise. C'était injuste et il fallait changer cela.

En moyenne, selon DIW Berlin, le revenu net total des ménages a augmenté après inflation de 1991 à 2014, la croissance du revenu moyen dépassant 8 %. Ces gens sont aussi mieux aujourd'hui. Cependant, le plus des dix pour cent ayant le revenu le plus élevé était de 27 pour cent. Est-ce injuste ? Ou y a-t-il des raisons compréhensibles à cela ? le revenu a toujours beaucoup à voir avec les qualifications. Avec la volonté de prendre des risques. Et avec engagement. Dans les pages qui suivent, nous vous présentons des entrepreneurs qui ont risqué leur épargne et qui vivent presque exclusivement pour leur entreprise : n'est-il pas normal que leurs revenus augmentent nettement plus que ceux de leurs employés en cas de succès, et que l'aspect risque soit souvent négligé dans le cas des revenus du capital et du développement du patrimoine ? De nombreux citoyens allemands hésitent à prendre des risques liés aux actions. S'ils n'avaient investi que 100 euros par mois dans le DAX depuis 1991, cela serait devenu 95000 euros. Est-il injuste que les actifs des personnes qui investissent dans l'esprit d'entreprise croissent plus fortement que ceux qui investissent sans risque ?

Cependant, la situation des dix pour cent les plus bas est difficile. Entre 1991 et 2014, ils ont subi des pertes de revenu réel de 8 %, principalement en raison de l'expansion du secteur des bas salaires. Ce problème peut difficilement être résolu avec encore plus de redistribution ; il s'agit plutôt d'une question de qualification. Plus d'égalité des chances. Et de cibler les priorités de la politique sociale précisément sur ceux qui en ont vraiment besoin. Dans l'ensemble, notre communauté n'est pas devenue plus antisociale. Au contraire, le total de l'ensemble des prestations sociales a augmenté de près de 20 % par rapport au produit national au cours de cette période, passant de 25,0 % à 29,1 %.

Vous voyez, la justice n'est pas si facile. Ce serait une bonne politique dans le boom actuel que de constituer des réserves dans les systèmes sociaux compte tenu de la bombe à retardement démographique, mais au lieu de cela, les militants distribuent des cadeaux à leur clientèle sous le couvert d'une plus grande justice. La facture est exigible dans dix ans. Mais ensuite, ces politiciens apprécient leur - juste ? - Pension.

Sincèrement,

unterschrift-kmKlaus Meitinger
Rédacteur en chef

unterschrift-eckesMoritz Eckes
Éditeur

Pin It

Adresse de publication

Private Wealth GmbH & Co. KG
Montenstrasse 9
80639 München

Nous contacter

  • Tel.:
    +49 (0) 89 2554 3917
  • Fax:
    +49 (0) 89 2554 2971
  • Email:
    iCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Médias sociaux

         

   email