Numéro de juin 2014 : Bubble, Bubble.

Print Friendly, PDF & Email

Mesdames et Messieurs
, Chers lecteurs,

La Banque centrale européenne va probablement mettre les gaz dans les semaines à venir en termes de politique monétaire. Parce que la croissance dans l'ensemble de la zone euro est trop faible, le taux d'inflation trop bas et le taux de change de l'euro trop élevé, Mario Draghi pense à une nouvelle baisse des taux d'intérêt et/ou à l'achat d'obligations. Les analystes de Morgan Stanley ont déjà calculé ce qu'un programme d'achat d'un billion d'euros, par exemple, apporterait. Leur résultat : des taux d'intérêt encore plus bas, une croissance supérieure de 0,4 point de pourcentage, une dépréciation de l'euro de 4 % et une hausse de 10 % du cours des actions. Super ! Ou est-ce que c'est le cas ?

Nous nous souvenons encore bien du début de la crise de l'euro. La plupart des économistes de l'époque voyaient la raison principale du problème dans la mauvaise interprétation de la politique monétaire. "Il y a dix ans, un taux d'intérêt uniforme ne convenait pas à tous les pays de la zone euro. A cette époque, la faiblesse de l'économie allemande avait un besoin urgent de taux d'intérêt bas. Pour l'Irlande, l'Espagne, la France et la Grèce, en revanche, elles étaient beaucoup trop faibles et ont déclenché un boom économique intérieur. L'activité dans le secteur de la construction a repris, l'emploi, les salaires, les revenus et les avantages sociaux du gouvernement ont augmenté et la consommation a prospéré. Les propriétaires d'actions et de biens immobiliers ont bénéficié d'une forte croissance de leurs actifs, ce qui les a incités à réaliser de nouveaux investissements financés par le crédit. Mais à un moment donné, il est devenu évident que les prix payés étaient trop élevés et que les rendements escomptés ne pouvaient être atteints. C'est tout, alors.

Aujourd'hui, c'est exactement l'inverse qui se produit. "Il n'y a pas lieu d'adopter une politique monétaire " unique ". Cette fois, l'Allemagne elle-même aurait besoin de taux d'intérêt plus élevés. Parce que cela ne correspond pas au reste de l'Europe, la prochaine bulle est en train de se créer ici. Si la crise ukrainienne ne s'aggrave pas, cela peut durer encore longtemps. Mais ça finira inévitablement comme toute bulle d'air.

Une période difficile commence maintenant pour les investisseurs. Faire quoi ? On s'y tient ? Ou observez de la ligne de touche comment les prix peuvent augmenter de manière significative ? Le Lerbacher Runde conseille de continuer à danser, "mais un peu plus près de la sortie". Nous essaierons de vous avertir à l'aide d'indicateurs éprouvés avant que cela ne devienne trop dangereux. D'ici là, la meilleure idée est de résister au moins à la tentation des faibles taux d'intérêt sur la dette. Parce qu'en cas d'urgence, la dette est fatale. Et même un financement bon marché très cher.

Sincèrement,

unterschrift-kmKlaus Meitinger
Rédacteur en chef

unterschrift-eckesMoritz Eckes
Éditeur

Pin It

Adresse de publication

Private Wealth GmbH & Co. KG
Montenstrasse 9
80639 München

Nous contacter

  • Tel.:
    +49 (0) 89 2554 3917
  • Fax:
    +49 (0) 89 2554 2971
  • Email:
    iCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Médias sociaux

         

   email