Private-Wealth [fr-FR]

  • Klaus Meitinger

L'année 2021 sera-t-elle une année de pointe ?

0802 BullenChers lecteurs,

Au cours du mois dernier, nous avons virtuellement visité une douzaine de perspectives annuelles de banques et de gestionnaires d'actifs. Le résultat est clair : cette année, les augures s'attendent à une reprise économique massive, à des taux d'inflation en hausse et à la poursuite d'une politique monétaire ultra-expansionniste. Qu'est-ce que cela signifie pour la stratégie d'investissement ?

Chaque année, au début de ses Perspectives annuelles 2021, Neuberger Berman demande au public quelle classe d'actifs sera la plus performante l'année suivante. Cette fois, la réponse était claire. 74 % - plus qu'à aucun moment au cours des cinq dernières années - ont choisi les actions.

Lire la suite

  • Klaus Meitinger

L'inflation revient-elle ?

Inflation AdobeStock 71088009 smallChers lecteurs,

Au cours du mois dernier, nous avons virtuellement visité une douzaine de perspectives annuelles de banques et de gestionnaires d'actifs. Le résultat est clair : cette année, les prévisionnistes s'attendent à une reprise économique massive. Cela soulève une question intrigante : les taux d'inflation vont-ils également augmenter ? Et cela obligera-t-il les banques centrales à freiner plus tôt que prévu?

Lire la suite

  • Klaus Meitinger

Un boom économique en 2021 ?

iStock 1265159212 03022021Chers lecteurs,

Au cours du mois dernier, nous avons virtuellement visité une douzaine de perspectives annuelles de banques et de gestionnaires d'actifs. La quintessence est claire : pour l'année à venir, les prévisionnistes s'attendent à une reprise économique massive.

Lire la suite

  • Klaus Meitinger

Le sismographe reste détendu.

Kapitalmarkt Seismograf 2Chers lecteurs,

Les déceptions liées à la lenteur des livraisons de vaccins et, surtout, les craintes de faillite des fonds spéculatifs avaient mis la pression sur les marchés boursiers à la fin de la semaine dernière. Comme annoncé, Oliver Schlick, qui en tant que directeur général de Secaro GmbH distille des recommandations d'investissement à partir des calculs du sismographe du marché des capitaux, a analysé comment les différentes variables du sismographe ont réagi à cela. La question était la suivante : les turbulences de ces derniers jours doivent-elles être prises au sérieux ou non ?

Lire la suite

  • Klaus Meitinger

Poursuite du développement de l'indicateur du marché boursier des valeurs privées.

ifo index Jan2021Chers lecteurs,

Selon l'horloge conjoncturelle de l'ifo, l'économie allemande revient en territoire de récession (graphique 1 ci-dessous). Le climat des affaires de l'ifo a de nouveau chuté en janvier, et les attentes des entreprises dans l'industrie ont également baissé après une reprise en décembre. En conséquence, le feu de signalisation économique de l'ifo est passé au "rouge" (graphique 2). Toutefois, compte tenu du nouveau relâchement de l'économie, cela n'est pas surprenant.

Pour l'indicateur du marché boursier des valeurs privées, ce n'est pas (encore) une catastrophe. Seul un triplement de la baisse équivaudrait à un signal de vente.

Ce qui est important, c'est que personne ne se serait attendu à une tendance négative durable pour le moment. Ces deux dernières semaines, nous avons assisté à un grand nombre de conférences en ligne au cours desquelles les banques ont présenté leurs perspectives annuelles pour 2021. Nous présenterons un résumé dans les prochains jours. Pour commencer, le consensus nous a rarement semblé aussi clair que cette année. Tous les stratèges partent du principe qu'il y aura un boom économique à partir du deuxième trimestre 2021, ou au plus tard à partir du deuxième semestre 2021. Les arguments sont convaincants : les vaccinations dissipent le spectre de la covariectomie. Comme les économies réalisées ces derniers mois sont très importantes, cet argent est consommé en toute hâte dès que la situation de l'infection se calme. Le soutien budgétaire reste énorme et continue à stimuler la croissance. Enfin, le moteur de l'investissement sera également mis en route.

Le problème : étant donné que tous les acteurs du marché semblent assumer cette image positive, même de légers doutes à ce sujet entraînent la nécessité de corrections sur les marchés des capitaux. Les fluctuations massives de ces derniers jours le soulignent avec force.

Nous ne nous contentons donc pas de suivre de près les nouvelles concernant les vaccinations, les mutants et les attentes économiques. Nous surveillons également de très près le sismographe de la capitale.

Comme vous le savez, le sismographe estime régulièrement la probabilité de trois états du marché dans le mois à venir. Vert" signifie qu'un marché calme avec une tendance positive est attendu. Les investisseurs peuvent investir en toute tranquillité. Le "jaune" indique un marché turbulent avec une attente positive - investir, c'est bien, mais soyez prêt à affronter des périodes de volatilité. Et le "rouge" signale un marché turbulent avec des attentes négatives. Le conseil est alors de ne pas investir.

ifo Ampel Jan2021Depuis la fin avril 2020, la probabilité d'un marché positivement turbulent (en jaune) a clairement dominé les événements. L'approche en avait tiré une recommandation claire de surpondérer les actions et a maintenu ce positionnement offensif depuis lors. En début de semaine, la probabilité verte d'un calme et d'une hausse des marchés est repassée au-dessus de 30 % au détriment du "jaune". La probabilité de turbulence négative était faible. "La recommandation du modèle est donc actuellement : nettement surpondérée", informe Oliver Schlick, qui, en tant que directeur de Secaro GmbH, est chargé de lier les probabilités aux recommandations d'investissement.

Il sera maintenant intéressant de voir comment le sismographe réagit aux fluctuations actuelles du marché. Nous prévoyons de faire un rapport à ce sujet mardi.

Conclusion :

Comme l'indicateur économique Ifo n'est pas encore négatif, mais que la valorisation sur les marchés des actions est désormais très ambitieuse, le corridor de l'allocation des capitaux propres conseillé par l'indicateur des marchés boursiers des valeurs privées continue à se situer entre 60 et 90 % des capitaux alloués aux investissements en actions. Comme le sismographe suggère qu'une surpondération est souhaitable, l'indicateur du marché boursier des valeurs privées continue de fixer la répartition des actions à 80 %.

Nous avons souligné ici il y a un mois que la seule chose qui fait obstacle à une allocation d'actions encore plus élevée à l'heure actuelle est l'évaluation des marchés. Nous estimons que la juste valeur du DAX est d'environ 12500 points. Selon cette estimation, le DAX n'est que modérément surévalué, mais les segments de stocks plus petits (MDAX, SDAX) sont clairement surévalués. Dans cette constellation, le modèle prévoit un quota maximum de 90 % du capital destiné aux prises de participation.

Pour vous en tant qu'investisseur, ce qui suit est important : le calcul de la juste valeur du DAX est basé sur des données depuis 1954 et suppose, entre autres, un retour à moyen terme des taux de croissance des bénéfices des entreprises et des taux d'intérêt à leurs moyennes à long terme.

Dans ce contexte, les variations des taux d'intérêt ne jouent pratiquement aucun rôle dans le calcul de la juste valeur. La raison en est que si les taux d'intérêt sont bas en période de faible croissance, il en va de même pour les taux de croissance de l'économie et des entreprises en moyenne. En période de forte croissance, les taux d'intérêt augmentent, mais en même temps, les bénéfices augmentent plus rapidement. Ainsi, la relation entre le taux de croissance des bénéfices et les taux d'intérêt reste à peu près la même, et la juste valeur du marché boursier à long terme change peu.

Et si cette hypothèse n'était plus valable à l'avenir ?

Aujourd'hui, les banques centrales ont largement dépassé les forces du marché dans le domaine des taux d'intérêt. Compte tenu du niveau élevé de la dette publique mondiale, qui continuera d'augmenter à l'avenir, de nombreux experts estiment que l'"ère du taux d'intérêt zéro" devra se poursuivre pendant très longtemps - et ce, largement indépendamment de l'économie et du taux d'augmentation des prix (veuillez lire la couverture du cycle de Lerbach dans le présent numéro).

Ce serait un tout nouveau régime. Car il serait alors possible qu'au cours de la prochaine décennie, alors que les bénéfices des entreprises recommenceront à augmenter à des taux moyens, les taux directeurs restent encore proches de zéro.

Dans ce cas, la relation entre les deux facteurs changerait et les investissements en capital devraient être complètement réévalués. Si, par exemple, on supposait que l'"ère du taux d'intérêt zéro" se poursuivrait encore pendant dix ans et que les bénéfices augmenteraient néanmoins conformément à la tendance de ces dernières années, la juste valeur du DAX dans notre modèle augmenterait de 30 à 40 %. Le principal indice allemand serait alors nettement sous-évalué, les plus petits indices n'étant que modérément surévalués.

Dans l'ensemble, l'indicateur du marché boursier des valeurs privées conseillerait dans ce cas une répartition des capitaux propres dans le corridor entre 90 et 120 pour cent du capital destiné aux investissements en capital. Et comme le sismographe considère qu'une surpondération est prudente, l'indicateur du marché boursier prévoit une répartition des actions de 110 %.

Nous savons, bien sûr, que la proposition la plus chère sur le marché des capitaux est : cette fois, tout est différent. C'est pourquoi nous sommes réticents à calibrer l'indicateur du marché boursier des valeurs privées uniquement en fonction de ce nouveau régime. Cependant, nous constatons que ce nouveau monde sans intérêt semble de plus en plus ancré dans l'esprit des acteurs du marché. Nous vous présenterons donc deux propositions de répartition des indicateurs boursiers pour différents régimes à partir de ce mois.

Pour ceux qui croient au "vieux" monde, nous maintiendrons notre allocation actuelle de 90 %. Pour ceux qui sont convaincus que l'"ère du taux d'intérêt zéro" des grandes banques centrales se poursuivra pendant encore dix ans, le modèle suggère une allocation de fonds propres de 110 %.

Votre

Klaus Meitinger

Note : Malgré une sélection minutieuse des sources, aucune responsabilité ne peut être acceptée pour l'exactitude du contenu. Les informations fournies dans le patrimoine privé le sont uniquement à titre d'information et ne constituent pas une invitation à acheter ou à vendre des titres.

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux