Nouveau départ au Brésil.

Print Friendly, PDF & Email

042 LIDE 1 103744142Réseau. "L'espoir d'un renouveau néolibéral de l'économie brésilienne est lié au nouveau président Jair Bolsonaro, déclare Christian Hirmer, président de LIDE Allemagne : "Les défis sont grands et la mise en œuvre des réformes nécessaires sera décisive pour l'avenir du pays. La grande question est maintenant :  Kann Bolsonaro fournit aussi ?"

La victoire électorale de l'ancien parachutiste Jair Bolsonaro, 63 ans, est le résultat de la colère, de la fatigue et d'un profond désir de changement. Colère devant le fait qu'environ 40 pour cent de tous les politiciens du Congrès et du Sénat de la capitale Brasília ont été et sont toujours accusés de corruption. Fatigué des taux de criminalité élevés - en 2017, 63 880 personnes sont mortes dans la criminalité au Brésil. Un homme fort au sommet devrait permettre une vie publique normale et la prospérité économique à l'avenir.

Jair Bolsonaro, représentant du Parti social libéral (PSL), représente l'espoir que les problèmes du pays seront résolus. Et bien que le nouveau président ait divisé le pays en raison de sa proximité avec l'armée, de son attitude nationaliste et de ses slogans populistes de droite im Wahlkampf, le vote des marchés financiers a été sans équivoque. Depuis la fin du mois de septembre, il était clair que Bolsonaro gagnerait probablement l'élection (richesse privée rapportée dans la section en ligne), les prix ont augmenté. L'indice boursier Bovespa a atteint un nouveau plus haut pour l'année, le Währung Real s'est apprécié de plus de dix pour cent par rapport au dollar et les taux d'intérêt obligataires ont baissé de 2,5 points de pourcentage. Selon l'échéance des titres, cela s'est également traduit par des gains élevés à deux chiffres.

"C'est beaucoup d'éloges à l'avance, qui ont d'ailleurs moins à voir avec la personne de Bolsonaro qu'avec la compétence de son consultant Paulo Guedes", déclare Fabiana Oscari-Bergs, Brésilienne et directrice de LIDE Allemagne.

Paulo Guedes est titulaire d'un doctorat de l'Université néo-libérale de Chicago et est un expert très respecté en matière bancaire et boursière. Il s'agit d'agir comme une sorte de "super ministre" dans le nouveau ministère super économique nouvellement prévu et d'assurer une économie forte au Brésil. Afin de lui donner tous les pouvoirs nécessaires, le ministère de l'Industrie a été intégré au ministère des Finances.

"La priorité numéro un est la réforme du système des retraites ", a déclaré M. Guedes avant les élections, " la deuxième priorité est la réduction de la dette publique. Nous allons aller de l'avant avec la privatisation et réduire nos paiements d'intérêts." Il a également à son programme des mesures visant à réduire les dépenses gouvernementales et les réductions d'impôt. "Christian Hirmer, président de von LIDE L'Allemagne, se souvient : " Tout cela est bien sûr de la musique à l'oreille des investisseurs et des entrepreneurs, et pour la première fois de son histoire, le Brésil a l'occasion de tester une forme radicale d'économie de marché. Ça va être excitant."

042 LIDE 2 107399676

"La réforme des retraites en particulier n'a que trop tardé ", ajoute Oscari-Bergs. Environ 60 p. 100 du budget fédéral est actuellement utilisé pour le paiement des pensions. En raison du nombre croissant de retraités, les coûts augmenteraient considérablement à l'avenir. "Si rien n'est fait, les dépenses de retraite devraient atteindre 70 pour cent du budget fédéral d'ici 2030. Das serait économiquement inacceptable."

Mais le président du réseau d'affaires germano-brésilien aime aussi d'autres projets. "Le plan visant à établir l'indépendance de la banque centrale renforcera la confiance dans une politique monétaire axée sur la stabilité."

Hirmer considère également la nomination prochaine de Sergio Moro au poste de ministre de la Justice comme une évolution positive. Il a été juge d'instruction dans l'enquête sur l'affaire "Lava Jato" - le plus grand scandale de corruption en Amérique latine. Et l'année dernière, il a condamné l'ancien président Luis Inácio Lula da Silva à une peine d'emprisonnement en première instance pour corruption. "Il est très important pour la société et les investisseurs que la confiance dans l'indépendance du pouvoir judiciaire et l'intégrité des politiciens soit renforcée ", explique Fabiana Oscari-Bergs et conclut : " Si toutes ces réformes étaient mises en œuvre rapidement, le Brésil deviendrait encore plus attractif pour les investisseurs allemands dans l'avenir.

Der Konjunktiv "would" est fixé à ce stade avec prudence. Car pour réaliser son agenda de ministre suprême, Bolsonaro doit forger des alliances, conquérir des groupes d'intérêts forts et priver d'autres qui bénéficient actuellement de subventions et d'une économie protégée.

"Ce ne sera pas facile", soupçonne Oscari-Bergs. Enfin, le pouvoir législatif au sein de la Confédération est ce qu'on appelle le Congrès national, qui est très fragmenté avec 28 partis. Il se compose de la Chambre des députés et du Sénat. Les 513 députés sont élus pour quatre ans, les 81 sénateurs pour huit ans.

Traditionnellement, les présidents du Brésil entretiennent des relations conflictuelles avec le Congrès. "Cela pourrait être particulièrement difficile pour Bolsonaro parce que son parti ne détient que dix pour cent des sièges au Congrès ", informe Fabiana Oscari-Bergs. La formation d'alliances et de coalitions risque d'être rendue plus difficile par le fait que Bolsonaro a vivement critiqué le système politique. Dans le passé, l'un des moyens d'obtenir l'approbation était d'attribuer des postes ministériels à d'autres parties. Cependant, Bolsonaro a promis de réduire de moitié le nombre de ministères à 15. Même l'inclusion prévue de cinq généraux de l'armée dans son cabinet ne devrait pas faciliter le processus.

L'horloge tourne maintenant. "L'expérience montre qu'un nouveau président a les meilleures chances de parvenir à un accord avec les députés au cours des 100 premiers jours de son mandat. A ce stade, les parties sont toujours prêtes à faire des compromis afin de rendre possible un travail conjoint. Il s'agira donc maintenant de faire démarrer rapidement les projets importants. Bolsonaro le sait, dit Oscari-Bergs.

Les préparatifs en vue de la passation des pouvoirs sont en cours. L'avenir doit montrer si Jair Bolsonaro peut alors répondre aux attentes élevées.

"En tant que réseau d'entrepreneurs, nous soutiendrons certainement les efforts de réforme ", affirme Christian Hirmer, qui suggère qu'il pourrait même attendre un peu plus d'une autre élection au Brésil. "Parallèlement au président, les gouverneurs des 26 États ont également été élus. João Doria - le fondateur de notre réseau d'entrepreneurs LIDE (à gauche) - a remporté la course à São Paulo, l'État le plus peuplé et le plus important économiquement au monde. Cette approche nous aidera à mieux représenter les intérêts des entrepreneurs allemands dans leurs engagements au Brésil à l'avenir." ®

___________________________________

"Nous sommes le lobby des entrepreneurs."

João Agripino da Costa Doria Júnior devient le 37e gouverneur de l'État de São Paulo. Le 1er janvier 2019, cet homme politique de 61 ans, fondateur du réseau LIDE, prendra ses nouvelles fonctions. De janvier 2017 à avril 2018, il était déjà maire de la plus grande ville du Brésil avec plus de onze millions d'habitants. Politiquement, l'entrepreneur est proche du nouveau président Jair Bolsonaro. Comme lui, João Doria prône une action décisive contre les criminels et soutient le projet de Bolsonaro visant à prévenir la corruption dans le pays et à promouvoir la privatisation.

João Doria est membre du Parti social-démocrate PSDB au Brésil. Issu d'une famille d'entrepreneurs expropriée par l'armée en 1964, il a étudié la psychologie à Paris et dans le Sussex et a connu le succès comme journaliste et entrepreneur dès son plus jeune âge. En 1992, il fonde le Grupo Doria, composé de six sociétés. Elle est principalement active dans les domaines de la communication, de la télévision, de l'événementiel et du marketing. Doria édite également 16 publications, dont des magazines lifestyle. Les plus grands événements d'entreprise au Brésil sont organisés par les sociétés du Grupo Doria.

Il y a près de 15 ans, João Doria a créé le réseau mondial d'entrepreneurs de LIDE au plus haut niveau de management. Le journaliste de formation a travaillé comme présentateur dans divers programmes de télévision dès son plus jeune âge et a appris à connaître de nombreux hommes politiques et personnalités entrepreneuriales dans ce rôle. Afin de les mettre en réseau, il a invité ses anciens interlocuteurs à dîner chez lui en 2003. Il y a quelques années, il a fondé avec Christian Hirmer la première succursale allemande de LIDE à Munich.

L'objectif du réseau est de réunir des entreprises allemandes et latino-américaines, en particulier des entreprises brésiliennes. Le réseau établit des contacts hautement qualifiés et spécifiques à l'industrie qui servent à l'échange d'informations et ouvrent des portes qui, autrement, resteraient fermées même avec le plus grand effort diplomatique. Les 2000 membres peuvent travailler en réseau dans le monde entier et profiter des quelque 200 événements LIDE de grande qualité. C'est ainsi qu'eux-mêmes, leur entreprise et leurs préoccupations se font connaître dans les lieux pertinents. LIDE ne se considère pas seulement comme un réseau d'intérêts financiers, mais aussi comme un réseau qui, par son engagement dans les domaines économique, écologique, éducatif et social, montre comment une coexistence responsable et durable des cultures peut fonctionner.

Vous recherchez une entrée sur le marché efficace, rapide et réussie ou les bons partenaires pour de nouvelles idées et de nouveaux projets commerciaux en Amérique latine ? Alors LIDE est l'interlocuteur qu'il vous faut.

___________________________________

Publication spéciale :

LIDE Germany GmbH

Cardinal Paulhaber Str. 10/04 OG

80333 Munich, Allemagne

Téléphone : +49 (0) 89 2420402-90

www.lidedeutschland.com

Pin It

Adresse de publication

Private Wealth GmbH & Co. KG
Südliche Auffahrtsallee 29
80639 München

Nous contacter

  • Tel.:
    +49 (0) 89 2554 3917
  • Fax:
    +49 (0) 89 2554 2971
  • Email:
    iCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Médias sociaux

         

   email