• Klaus Meitinger

Dangers ? Où sont les dangers ?

050 Besser gehts nicht

Les marchés boursiers. L'économie mondiale est en plein essor. Les bénéfices des entreprises sont en plein essor. Les taux d'intérêt sont bas. Et les marchés boursiers célèbrent des records. Il est évident que les investisseurs vivent actuellement dans le meilleur des mondes. Ça peut rester comme ça ? Ou y a-t-il des dangers cachés ? L'expérience montre que lorsque les superlatifs sont à l'ordre du jour, il est grand temps de parler des risques.

Un conte de fées d'été. En 2007, l'ambiance était meilleure que jamais. De 2003 à 2006, le produit social mondial a augmenté en moyenne de 4,9 % par an. Et dans ses perspectives, le Fonds monétaire international (FMI) promettait une brillante continuation. En 2007 et 2008, une croissance réelle de 4,9 % devrait à nouveau être possible. Six années consécutives de croissance avec des taux de 5 %. Et toujours pas d'inflation. Ça n'a jamais été fait avant. Les banques centrales avaient manifestement défait le cycle économique. Des gains des cours boursiers à l'intérieur d'une fourchette à trois chiffres semblaient tout à fait appropriés. Après tout, les investisseurs vivaient dans le meilleur des mondes. Six mois plus tard, le conte de fées était terminé.

Un peu plus de dix ans après le légendaire été 2007, le superlatif règne à nouveau.

Le climat de l'économie mondiale calculé par l'institut de l'ifo de Munich a récemment atteint son plus haut niveau depuis le deuxième trimestre 2011. Aux Etats-Unis, l'économie fonctionne depuis neuf ans. Ce n'est qu'une seule fois au cours des 100 dernières années qu'une reprise a duré plus longtemps. Le climat dans l'ensemble de la zone euro s'améliore sensiblement. Et le climat économique de l'ifo en Allemagne atteint même un nouveau record historique. Il n'y a eu un tel mouvement de hausse synchrone sur auf Quartalsbasis que quatre fois depuis 1980, écrit la maison bancaire M.M. Warburg, par exemple. C'est l'heure du boom.

Dans le même temps, les taux d'inflation restent inférieurs au seuil de 2 % fixé par les banques centrales. Sie ne voient donc aucune raison de mettre fin à leur politique monétaire expansionniste. Une fois de plus, les investisseurs sur les marchés boursiers vivent dans le meilleur des mondes, pour lequel il existe même un acronyme approprié : NICE - Non-Inflationary Continuous Expansion.

Correspondant à "nice" a été le revenu à den Aktienmärkten. A long terme, ils devraient en fait générer en moyenne entre sept et huit pour cent par an, car les bénéfices et les dividendes augmenteront également à ce rythme sur le long terme. Cependant, le bilan depuis la fin de la crise financière au printemps 2009 montre des gains de l'ordre de 250 à 530 %, selon les indices. Les investisseurs ont donc gagné beaucoup plus que ce à quoi ils auraient effectivement droit, par rapport à la moyenne à long terme.

Maintenant, la comparaison avec les creux peut être quelque peu injuste. Il est donc également intéressant de les comparer aux prix élevés de 2007, qui, peu de temps après, ont été qualifiés d'exagérés.

Aujourd'hui, le DAX est 75 pour cent au-dessus de ce niveau, le S&P 500 déjà 85 pour cent, le MDAX 170 pour cent, le TecDAX et l'indice technologique américain Nasdaq 100 même un fier 200 Prozent au-dessus. Un rendement boursier "normal" de 7 % par an ferait grimper les indices de zehn Jahren de 95 %. Le DAX et le S&P 500 sont donc presque aussi "chers" aujourd'hui qu'ils l'étaient il y a dix ans. Et les autres indices ont entre-temps laissé loin derrière eux le niveau exagéré de 2007.

"Nous vivons un cycle boursier classique - reprise, boom, euphorie - conclut Hans-Peter Schupp, CEO de la manufacture de fonds Fidecum, et après huit ans de marché haussier, nous sommes définitivement dans sa phase finale.

Le légendaire historien économique Charles P. Kindleberger a décrit comment ce cycle se déroule idéalement avant 40 Jahren. Tout commence par un retournement de situation qui améliore soudainement les attentes sur von Investoren . Ce pourrait être la fin d'une guerre ou d'une crise économique et financière. Dans la phase suivante, une nouvelle réflexion s'engage, promue par les technologies, les innovations ou simplement plus de liquidité. L'argent est maintenant gagné de nouveau sur le marché boursier. Dans la troisième phase, le boom, obtient une histoire convaincante approbation très large - "l'Internet a tout changé", "les prix de l'immobilier ne peut pas baisser", "les actions sont alternatives", "l'avenir de l'économie mondiale ist NICE".

La hausse des prix confirme la plausibilité de l'idée. Si tout le monde en est convaincu, la phase d'euphorie commence. Maintenant, nous agissons avec un risque plus élevé et auf Kredit. merkt Kindleberger affirme qu'il n'y a rien de plus perturbant pour le bien-être et le jugement que de voir un ami s'enrichir. Tout le monde veut être là. Der la folie collective commence.

La quatrième phase, la crise, commence lorsqu'un nombre critique d'investisseurs ont des doutes sur les évaluations qu'ils ont réalisées et commencent à vendre. Malgré de bonnes nouvelles, le cours des actions n'augmente plus. La peur remplace la cupidité, soudain de plus en plus d'investisseurs poussent sur Richtung Ausgang. Doch ça va être sacrément serré. Die cours automne. Der Einsatz von Fremdkapital brise le cou de certains et met les créanciers - généralement les banques - dans l'urgence. Le nombre de faillites augmente, des boucs émissaires sont recherchés et trouvés, des fraudeurs découverts. Les cotations dépassent les cours à la baisse. Ein le nouveau cycle commence. "Ainsi il sortira aussi cette fois encore, ist Schupp convaincu. "Pour moi, la question cruciale est donc de savoir où nous en sommes exactement en ce moment."

Quoi qu'il en soit, l'histoire de base est déjà très répandue. Parce qu'il n'y a pas d'alternative aux actions, de nombreux investisseurs ont restructuré leur portefeuille. Et le fait que le NICE, la reprise soutenue combinée à une inflation faible et à des taux d'intérêt très bas, justifie une valorisation plus élevée des actions est également conforme à l'opinion majoritaire.

Dans les mois à venir, ce récit pourrait recevoir d'autres confirmations. "Surtout en Europe, les bénéfices des entreprises commencent à peine à augmenter plus fortement ", analyse Schupp, " en même temps, nous ne voyons pas encore d'augmentation significative des taux d'inflation. C'est pourquoi les banques centrales retirent  Fuß du gaz très, très lentement, voire pas du tout."

Dans l'intervalle, cependant, on peut aussi reconnaître les schémas comportementaux qui caractérisaient les phases antérieures de l'euphorie. Investisseurs kaufen Bitcoin, tout simplement parce que le prix augmente - sans savoir comment tout cela fonctionne en détail. Les actions des sociétés qui ajoutent les termes Blockchain ou Bitcoin à leur objet social augmentent sensiblement. Ähnliches avait eu lieu en 1999 avec l'abréviation ".net". "Tout compte fait, je dirais : nous sommes quelque part entre le boom et l'euphorie", conclut Schupp.

C'était souvent la phase la plus excitante pour les investisseurs. Souvent, les prix du dernier chapitre du cycle sont à nouveau catapultés massivement à la hausse. Cela exige beaucoup du conseiller. "La marge d'erreur dans l'évaluation des marchés se réduit de plus en plus, pèse Schupp : "Mais tout vendre maintenant n'est pas non plus une bonne idée."

Schupp conseille d'observer attentivement si quelque chose change dans le récit dominant. L'économie est actuellement le cadet de nos soucis. Sämtliche les indicateurs avancés traditionnels signalent une accélération de la reprise.

Elle pourrait donc devenir plus critique en termes d'inflation. "Les marchés du travail aux États-Unis et en Allemagne sont déjà tendus. En termes d'utilisation de la capacité à l'échelle mondiale, nous entrons maintenant dans des régions où l'on s'attendait à des hausses de salaires et de prix dans le passé ", explique M. Schupp.

Faire quoi ? "A la fin d'un cycle boursier, il était toujours judicieux de réduire lentement la position boursière à un stade précoce. Après tout, nous avons gagné beaucoup plus que la moyenne - pourquoi ne pas réduire nos quotas d'actions maintenant, puis les réduire progressivement à mesure que les prix augmentent ", conseille l'expert. Les ersten Kandidaten sont les actions défensives, à dividende élevé, dont les valorisations ont fortement augmenté." ""Les papiers apparemment sûrs sont les plus risqués. Beaucoup d'investisseurs y sont investis et ne veulent pas d'actions du tout. Tu seras le premier à avoir froid aux yeux."

______________________________

Raisonnable ou fou ? Warum les marchés boursiers sont si appréciés aujourd'hui.

Isra Vision est une entreprise très prospère. Grâce à des technologies innovantes dans le domaine de l'inspection de surface des matériaux en bande et des applications 3D, le chiffre d'affaires et le bénéfice par action ont augmenté d'environ 70 % depuis 2012. Et le cours de l'action ? Dans le dernier fünf Jahren, il a non seulement augmenté d'un pourcentage similaire - mais de 22 à 158 euros. Une augmentation de 618 pour cent.

Bien sûr, c'est un exemple particulièrement spectaculaire. Es illustre très bien pourquoi les marchés boursiers de letzten Jahren ont tant augmenté - les investisseurs ont accepté une évaluation beaucoup plus élevée (dans le cas d'Isra Vision, le ratio cours-bénéfice a même quadruplé). Besonders, cette tendance a été prononcée aux Etats-Unis, im Technologiesektor et aussi dans les actions défensives à dividendes élevés, qui ont été découvertes en remplacement d'obligations.

Comment se fait-il que les rendements sont payés une fois avec le neuf fois et peu de temps après avec le 36 fois ?

En théorie, le cours des actions correspond à la valeur actualisée des flux de revenus futurs attendus. Ceci, à son tour, dépend principalement du facteur d'actualisation utilisé. Avec la baisse des taux d'intérêt, la valeur actuelle augmente de façon spectaculaire. Et cela se traduit par des ratios cours-bénéfices plus élevés.

Dans la pratique, Jeremy Grantham analyse vom US-Investmenthaus GMO, le niveau des ratios cours/bénéfices dépend également de l'état actuel des investisseurs. Diesen "Feelgood factor" détermine trois variables : la marge bénéficiaire, le taux d'inflation et la stabilité de la croissance économique (pas son niveau absolu). Plus les marges sont élevées, plus le taux d'inflation est bas et stable et moins la croissance économique est volatile, plus le ratio cours-bénéfice est élevé.

En fait, selon les calculs de Grantham, l'évolution des ratios cours/bénéfices sur le marché boursier américain au cours des 92 dernières années est en corrélation très forte avec le "facteur bien-être". Ceci explique la valorisation actuelle élevée aux Etats-Unis. Die Les marges sont à des niveaux records aux Etats-Unis, le taux d'inflation est bas et stable. Und les fluctuations beim Wirtschaftswachstum sont aussi minimes que rares. Selon Grantham, les ratios cours/bénéfices élevés et les cours élevés des actions ne sont donc pas une surprise. Ein Rückgang n'est prévisible qu'en cas de réduction durable des marges et/ou d'augmentation durable des taux d'inflation.

L'analyse de Terry Riley, stratégiste en chef de la boutique d'investissement F&V Capital Management (graphique ci-dessous), montre également une forte corrélation entre le ratio C/B et la tendance de l'inflation. "De nombreux investisseurs estiment que les actions offrent une protection contre l'inflation. En fait, les marchés boursiers détestent l'inflation. Plus le taux de hausse des prix est faible, plus le ratio cours/bénéfice est élevé ", explique l'analyste américain, " c'est pourquoi l'indice boursier américain S&P 500 n'est pas trop élevé aujourd'hui, mais évalué à sa juste valeur. Ceci s'applique également à toutes les autres bourses.

Conséquence :  Die Une note élevée est tout à fait compréhensible compte tenu de la situation économique actuelle. Tout va bien tant que l'économie continue de tourner, que l'inflation est sous contrôle et que les taux d'intérêt restent donc bas. Si cela change à un moment donné, les investisseurs auront un problème. "Mais je ne vois aucun risque en 2018, dit Terry Riley, mais peut-être qu'en 2019 les cartes seront à nouveau mélangées.

______________________________

®

Auteur:  Klaus Meitinger

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux