Le temps et l'esprit.

Print Friendly, PDF & Email

Sylvaindominique edit

Art. Le premier Musée de la Réalité Virtuelle a été fondé en 2016 par le couple parisien Sylvain et Dominique Levy. Elle gère l'une des collections privées d'art contemporain chinois les plus avant-gardistes de France, révolutionnant l'histoire de la réception de l'art. Son histoire reflète la grande aventure de la famille Levy.

Le bâtiment du musée se trouve au milieu d'un paysage à couper le souffle. D'immenses salles à arcades flanquent une cour intérieure inconsidérée. Les gens qui ont une petite apparence se promènent dans les couloirs et regardent les œuvres d'art sélectionnées dans la collection. L'ambiance semble très détendue. Et ce n'est pas surprenant. Parce que le musée n'existe que dans le monde virtuel.

"Quand Dominique et moi avons décidé de collectionner du contemporain, nous avons aussi réfléchi à la façon dont une telle collection devrait être présentée de la manière la plus significative. Nous voulions choisir une méthode qui s'adapte au présent ", explique Sylvain Levy. A l'heure où les applications sont aussi importantes que les objets et où la vitesse est importante, il est essentiel de s'ouvrir au monde numérique. "Cela nous donne aussi l'opportunité d'ouvrir notre collection à un public plus large."

Levy1

Dominique et Sylvain Levy collectionnent depuis les années 80. Ils s'intéressent d'abord à l'art moderne occidental. Puis pour les antiquités. Lorsqu'ils se rendent à Shanghai en 2005, ils sont fascinés par l'énergie vibratoire de la ville. "L'art est le miroir de la société. Nous recherchions la même énergie dans l'art contemporain chinois que celle que nous avons connue à Shanghai. C'était le début de notre grande aventure."

Depuis plus de deux décennies, ils se consacrent exclusivement au traitement et à l'exposition d'art contemporain chinois sous le label dslcollection. La collection comprend des œuvres de l'exposition d'avant-garde de 1989 telles que Ai Weiwei ou Zeng Fanzhi ainsi que des expositions de la dernière génération, notamment Ding Yi, Cui Xiuwen, Jiang Zhi, Lin Tianmiao, Qiu Zhijie, Xu Zhen, Zheng Guogu et Zhou Tiehai.

Nombre d'entre eux ont joué un rôle important dans le développement de l'art contemporain en Chine. Dans certaines œuvres, l'influence de l'art occidental est également perceptible. L'œuvre de Hu Jiemieing "Floß der Medusa" (2002), par exemple, établit un parallèle entre le déclin social décrit dans la célèbre "Medusa" de Théodore Géricault (1819) et la révolution culturelle chinoise. L'artiste crée la transition vers le présent en représentant une société colorée, en partie nue et surtout orientée vers la consommation, qu'il oppose aux figures en noir et blanc, vêtues d'uniformes Mao traditionnels.

Levy3

Levy2

D'autres artistes commentent l'écart social engendré par la croissance économique rapide. L'installation "Confortable" de l'artiste Xu Zhen, de Shanghai, transforme par exemple un minibus appartenant à des ouvriers chinois en une gigantesque machine à laver. Il est le symbole de la vie quotidienne des personnes qui n'ont pas le privilège de vivre au rythme effréné de la vie dans les villes glamour.

Ce qui est acheté est exigeant, stimulant et unique pour les collectionneurs expérimentés. Sans se concentrer sur un médium ou un groupe d'artistes en particulier, ils collectionnent la peinture, la vidéo, la photographie et la sculpture ainsi que les installations remplissant l'espace ou les dernières productions dans le domaine de l'art numérique.

Le plus grand défi est d'acquérir régulièrement la meilleure qualité de travail de chaque artiste. C'est pourquoi les redevances se sont concentrées très tôt sur l'achat d'œuvres de grand format. "Il y a tout simplement moins de concurrents, explique Sylvain Levy.

En principe, les deux poursuivent une approche entrepreneuriale. La collection est limitée à un maximum de 350 œuvres. Si une œuvre est ajoutée, une autre est vendue. En règle générale, le taux de manutention est de dix pour cent par an. De cette façon, la collection reste en mouvement et reflète le rythme rapide du développement de la Chine. Il n'y a aucun motif économique derrière cette stratégie. Bien au contraire. "Collectionner est une façon élégante de brûler une fortune. Le financement provient des fruits de mon activité professionnelle dans le secteur de l'immobilier ", explique Sylvain Levy.

En conséquence, selon Dominique Levy, cette stratégie devrait donner une âme à la collection. La sélection doit être faite avec soin, chaque achat est très personnel, est comme un mot qui est placé de sorte que la somme au fil du temps fait une histoire : l'histoire du couple Levy collectionneur.

Au fur et à mesure que la collection s'enrichit, la question se pose de savoir comment la diffuser et la rendre accessible à un public mondial à autant de niveaux que possible. Un musée est hors de question. "Toute personne qui gère un musée devient une institution et doit se soumettre à certaines règles et obligations lors de la collecte. Mais nous voulions recueillir ce qui nous semblait juste à un moment donné. Et nous voulions être fiers de nos erreurs. Après tout, c'est notre aventure personnelle."

Bref, les redevances veulent agir sans restriction et atteindre autant de générations que possible. Au lieu d'attendre un public, ils entrent sur de nouveaux rivages et vont là où se trouvent les visiteurs : sur Internet.

"La diversité culturelle, la mobilité technologique et personnelle sont en train de changer notre monde ", déclare Sylvain Levy. L'utilisation des dernières technologies pour publier la collection est donc une évidence pour le couple. Depuis 2005, ils utilisent les possibilités techniques les plus diverses et présentent leur collection sur Internet, via des applications iPad, des e-books gratuits ou des applications 3D.

Ils sont actifs dans le monde 3D en ligne de Second Life et partagent leur musée de réalité virtuelle sur Internet depuis 2016, qui permet au public mondial d'accéder à leurs œuvres d'art. De plus, le monde est informé de manière multilingue par tous les canaux de médias sociaux tels que Facebook, LinkedIn ou Instagram. La dslcollection est donc le meilleur exemple de la manière dont une société de consommation orientée écran peut atteindre des groupes cibles nouveaux et plus jeunes dans le monde entier.

Certaines œuvres de la collection dsl sont plus grandes que nature et difficiles à transporter. A l'instar de l'idée du musée portable de Marcel Duchamp, ces œuvres d'art sont présentées dans le Musée de la Réalité Virtuelle. Les collectionneurs ont commandé le design au studio de design parisien Monochrome. Elle est spécialisée dans les expériences 3D temps réel dans le domaine de la réalité virtuelle. La condition n'était pas de créer un cube blanc classique, mais d'utiliser les avantages de la RV, afin qu'un musée basé sur l'immersion et l'interactivité puisse être créé sans restrictions physiques.

Monochrome a ensuite créé un bâtiment muséal que l'on peut voir à pied et en vol. La construction du complexe n'a pris que trois mois et, selon Sylvain Levy, n'a pas coûté très cher. Grâce à la téléportation, le spectateur et l'œuvre d'art entrent dans une nouvelle relation. Les visiteurs peuvent se déplacer librement à l'intérieur du musée, sans restriction de temps et d'espace, et explorer les œuvres sélectionnées à courte distance en 3D - comme la sculpture de Jia Ali de 15 mètres sur 6.

L'environnement s'adapte à la perspective de l'observateur. Chaque œuvre d'art devient un élément central de réception. Selon les prélèvements, la RV offre aux personnes âgées la possibilité de voir des expositions à New York, Paris ou Shanghai. Et la jeune génération est à nouveau formée à l'art par le biais de la composante gamification.

Parce qu'une chose doit toujours être prise en compte : Les habitudes des jeunes visiteurs sont extrêmement contrôlées numériquement.

Aujourd'hui, le visiteur du musée n'est plus un observateur traditionnel, mais un consommateur d'art interactif.

Selon une étude de Culture Track, les visiteurs se concentrent sur l'œuvre d'art pendant seulement 15 secondes, tandis que l'expérience qui l'entoure gagne de plus en plus de temps et d'importance grâce à la photographie mise en scène et au partage ultérieur avec la communauté sur les médias sociaux tels que Instagram. L'œuvre d'art concernée acquiert ainsi également une perception externe beaucoup plus large. C'est une autre raison pour laquelle la diffusion numérique de l'art telle que promue par les Levys est absolument contemporaine.

Bien sûr, aucune collection n'est jamais complète. La prochaine étape logique pour Dominique et Sylvain Levy, par exemple, pourrait être d'intégrer le thème de l'intelligence artificielle. Après tout, la Chine investit plus dans ce domaine que tout autre pays.

Sylvain Levy sait que cette technologie affectera aussi l'humanité. Néanmoins, il préfère continuer à investir dans le concept de réalité augmentée. "La réalité virtuelle est aussi un grand médium pour les artistes."

Sous la direction de Daniel Birnbaum, ancien directeur du Moderna Museet de Stockholm, la société de production Acute Art offre aux artistes contemporains l'accès aux technologies de pointe qui leur permettent de traduire leurs visions créatives en nouveaux médias numériques - y compris en réalités virtuelles, étendues et mixtes.

L'entreprise a été fondée en 2017 par le collectionneur suédois Gerard De Geer et son fils Jacob. Acute Art a déjà développé un certain nombre de collaborations ambitieuses avec des artistes tels que Jeff Koons, Anish Kapoor et Yu Hong au cours de sa courte existence. Marina Abramovic, artiste de performance, présentera sa première œuvre VR Acute Art à la 58e Biennale de Venise. D'autres sociétés de production comme Khora Virtual Reality créent des espaces virtuels pour les musées. Et la dslcollection a récemment commandé deux œuvres à Miao Ying et Shezad Dawood.

"La collection peut donner à une personne ordinaire une vie extraordinaire. Les artistes qui reflètent l'esprit du temps permettent aussi aux collectionneurs de faire partie d'un monde en mutation ", concluent Dominique et Sylvain Levy. Les deux se sont positionnés - "un peu dans le passé et dans le présent et avec la tête aussi un peu dans le futur". ®

–––––––––––––––––––––––––

Art et numérisation.

Certes, la mise en œuvre numérique ne pourra jamais remplacer la rencontre physique par une œuvre d'art. Des exemples récents sur le marché de l'art - comme la vente en ligne sensationnelle d'une œuvre d'Albert Oehlen à Gagosian ou les ventes Instagram à la Galerie Lévy Gorvy - montrent cependant que les nouvelles technologies peuvent jouer un rôle important dans la vente d'œuvres d'art. Les musées et les institutions s'appuient également de plus en plus sur les qualités audiovisuelles et les réalités élargies pour atteindre les gens au-delà des frontières et des régions.

Au cours des dix dernières années, la dslcollection a joué un rôle de pionnier dans ce domaine. Pour eux, la diffusion numérique est un complément alternatif à l'expérience réelle de l'art. En 2017, la célèbre collection Kremer de Cologne a également ouvert son premier musée privé de réalité virtuelle.

Les visiteurs peuvent admirer de près, dans une atmosphère muséale, les œuvres d'anciens maîtres tels que Rembrandt van Rijn et Frans Hals, collectionnées depuis plus de deux décennies.

Le Musée des Beaux-Arts VR, développé sous la forme d'un jeu vidéo, présente également des œuvres d'art célèbres qui, dans des circonstances "normales", ne peuvent être vues que pendant un long voyage. Après tout, les expositions qui y sont présentées sont réparties dans dix pays. Grâce aux technologies virtuelles, les amateurs d'art peuvent désormais interagir avec ces œuvres d'une toute nouvelle manière.

Autre avantage : aucun responsable de musée ne désigne auf Öffnungszeiten et ne dit au visiteur de se tenir à l'écart des œuvres d'art.

Ces musées valent bien une visite virtuelle :

http://www.dslcollection.org

http://www.thekremercollection.com

http://zeitreise.staedelmuseum.de

https://store.steampowered.com/app/

515020/The_VR_Museum_of_Fine_Art/

https://www.tate.org.uk/whats-on/tate-modern/exhibition/modigliani/modigliani-vr-ochre-atelier

https://www.hackingtheheist.com

–––––––––––––––––––––––––

Auteur :   Dr.  Annette Doms

Photos : Avec l'aimable autorisation de DSL Collection et des artistes

Pin It

Adresse de publication

Private Wealth GmbH & Co. KG
Südliche Auffahrtsallee 29
80639 München

Nous contacter

  • Tel.:
    +49 (0) 89 2554 3917
  • Fax:
    +49 (0) 89 2554 2971
  • Email:
    iCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Médias sociaux

         

   email