• Andreas Rickert

Maintenir la cohésion de la société.

Une lettre de... Andreas Rickert. Le fondateur de Phineo est préoccupé par l'existence du secteur à but non lucratif et explique comment le fonds de secours Corona peut être utilisé pour aider.

Le 8 mars, l'Allemagne a été mise en quarantaine. Déjà à la fin du mois, j'ai reçu les premiers appels à l'aide d'organisations caritatives. Leurs plus gros problèmes étaient d'ordre financier : ils n'avaient pas de réserves, n'étaient pas autorisés à organiser des manifestations. Comme en temps normal, c'était toujours une bonne source pour collecter des dons, il y avait maintenant un manque de revenus. Mais ils étaient aussi très déprimés par le programme. Ils ne pouvaient pas travailler : avec les jeunes, les toxicomanes, les personnes handicapées. Contrairement à ce qui se passe dans de nombreuses entreprises, cela n'a pas pu être enregistré numériquement. Parce que le secteur à but non lucratif ne dispose pas encore d'une infrastructure numérique - et pas d'argent pour en construire une non plus.

Au début, j'étais très enthousiaste quant à la rapidité et à l'ampleur des programmes d'aide du gouvernement. Malheureusement, les institutions caritatives n'ont pas été incluses. Cela représente environ 600 000 institutions en Allemagne qui ont tout simplement été oubliées. Les responsables ne savaient-ils pas à quel point ce domaine est important ? Il stabilise les gens - le fait de donner et de recevoir. En particulier en temps de crise et d'après-crise, elle est un facteur significatif, un ciment social important. Ma plus grande inquiétude était que ces organisations se séparent. Maintenant, dans le deuxième verrouillage, il est devenu encore plus grand.

Il y a dix ans, j'ai fondé Phineo - parce que je crois aux partenariats et parce que les gens veulent être efficaces avec leurs bonnes idées et leur pouvoir créatif. Je suis également profondément convaincu que nous avons besoin d'un mouvement citoyen fort. Denn Nous ne pouvons résoudre les grands problèmes du monde qu'ensemble.

Aujourd'hui, 70 personnes à Phineo sont engagées dans le secteur non lucratif. Notre approche a toujours été de rendre diesen  plus transparent et plus efficace. C'est important car la jeune génération des familles riches pense différemment lorsqu'il s'agit d'engagement social. Sie veut l'intégrer dans leur esprit d'entreprise global. Elle veut être stratégiquement active pour le bien commun. Elle veut mettre l'argent en commun, avoir des processus allégés, mesurer l'impact - c'est nouveau, et nous l'aidons à le faire.

Pendant la phase aiguë de la corona, nous nous sommes demandé ce que nous pouvions faire pour stabiliser les installations menacées. Trois exigences sont rapidement apparues. Tout d'abord, nous devions agir rapidement. C'est pourquoi nous nous sommes adressés à des donateurs privés. Deuxièmement, nous avons cherché à avoir des discussions intensives avec les politiciens. D'une part, le résultat a été positif, parce que nous avons essentiellement rencontré la compréhension de tous ceux à qui nous avons parlé. Mais d'un autre côté, personne ne se sentait vraiment responsable. Les engagements financiers n'ont pas été pris depuis longtemps. Au moins, nous avons réussi à faire en sorte que les services sociaux soient soutenus et que des prêts soient accordés aux entrepreneurs sociaux s'ils sont en bonne position.

Mais comme cela ne couvre pas le secteur à but non lucratif, nous avons mis en place un fonds de secours Corona. Nous avons approché notre réseau et demandé que l'argent soit distribué là où il était le plus nécessaire.

Nous sommes stricts dans l'allocation des fonds. Par exemple, le déséquilibre financier de l'institution caritative doit être exclusivement lié à Corona. Et bien sûr, il doit fonctionner efficacement. Pour l'évaluer, nous nous appuyons sur les nombreuses années d'analyse cinématique. En outre, nous nous concentrons sur les petites et moyennes organisations, pour lesquelles même de petites sommes entre 10.000 et 40.000 euros assurent leur survie.

Nous avons déjà collecté plus de 700 000 euros. Comme toujours, les personnes fortunées s'y engagent. Mais pour de nombreux entrepreneurs, il n'est pas facile de faire un don, car ils se battent en même temps pour l'existence de leur entreprise. C'est pourquoi, pour la première fois dans l'histoire de Phineo, nous avons ouvert notre engagement aux donateurs privés et aux petits budgets. Joignez-vous à nous en signe de solidarité sociale. Nous avons plus que jamais besoin de vous aujourd'hui (www.corona-hilfsfonds.org). ®