• Markus Kaim

Ce qui est certain, c'est l'insécurité.

008 Opinionleader Sicher ist nur die Unsicherheit Crise des réfugiés, IS, Ukraine, Brexit - nous vivons une période de crise géopolitique. Markus Kaim, Stiftung Wissenschaft und Politik, explique pourquoi ce sera toujours le cas à l'avenir.

Même les générations précédentes ne vivaient pas sur l'île des bienheureux. Et pourtant, il y a une différence remarquable entre hier et aujourd'hui. Les ordres établis avec lesquels nous étions politiquement socialisés sont devenus fragiles. Mais surtout, ces commandes introduites n'ont pas (encore) été remplacées par de nouveaux systèmes de commande. Nous vivons donc dans une sorte d'intérim.

Il y a dix ans, nous pensions tous encore que l'ordre mondial unilatéral avec la position dominante incontestée des Etats-Unis serait remplacé par un système multipolaire. Um les Etats-Unis, la Russie, la Chine et l'Europe se regrouperaient. Aujourd'hui, il est clair que nous sommes sur la voie d'un ordre non polaire dans lequel il n'y a pas de puissance dominante. Si, par contre, plus personne n'assure l'ordre, un vide stratégique est créé et comblé par d'autres joueurs. Nous devrions nous préparer à sept axes de développement :

01. retrait du USA aus du rôle de leader mondial.

Le président Obama a changé les priorités des États-Unis. Il s'agit maintenant de "construire la nation chez soi" - de reconstruire la nation. La politique étrangère américaine met l'accent sur ce que les États-Unis ne veulent plus : la guerre en Irak ou en Afghanistan. Die s'adresse principalement à l'Asie en réponse à la montée en puissance de la Chine. Cela va de pair avec une moindre implication en Europe et dans d'autres parties du monde. Cette situation ne changera pas, même après les élections présidentielles américaines. Aucun des candidats ne poursuit un programme de militantisme international. Bien au contraire.

02. Sur dem Weg sur les modèles d'ordre parallèle.

L'ordre de sécurité euro-atlantique repose sur le Consensus de Paris. Tous les Etats européens et tous les pays de l'OSCE se sont engagés à respecter certains principes des relations interétatiques - intégrité territoriale, absence de recours à la force, protection des droits de l'homme, démocratie. Avec l'annexion de la Crimée par la Russie, on peut se demander si cette ordonnance s'applique toujours. Ce qui est important pour nous, c'est que l'Allemagne n'est pas une puissance militaire. Seul im Rahmen peut influencer un ordre international fonctionnel. Plus cet ordre est remis en question, plus la position de l'Allemagne s'affaiblit.

03. les frontières des organisations internationales.

Der Einfluss de l'OTAN, de l'UE ou de l'ONU diminue en raison de l'évolution des priorités de ses membres. Cependant, comme il y a encore des crises et des conflits, des formats informels se forment. C'est le cas, par exemple, du groupe G5+1 au sein duquel l'accord sur le programme iranien a été négocié. Ou l'Allemagne "quatre étoiles",  Frankreich, l'Ukraine et la Russie, qui ont tenté de résoudre la crise ukrainienne. Cela n'a pas encore de conséquences prévisibles pour les organisations internationales de politique de sécurité établies.

04 La crise dans le processus d'intégration européenne.

Le récit européen avec lequel nous avons tous grandi - l'UE en tant que question de guerre et de paix - ne convainc plus personne aujourd'hui. Des tentatives ont été faites pour mettre en avant l'importance et le rôle de l'UE dans un monde globalisé. Mais cela n'a pas encore d'effet. D'autre part, la persévérance de l'État-nation est plus grande que prévu. Nous avons supposé que l'approfondissement de l'intégration européenne finirait par créer une sorte d'identité européenne. Qu'en fin de compte, la politique allemande ou française serait remplacée par des manifestations européennes. Mais dans la crise actuelle d'accumulation, les gens cherchent leur salut dans l'État-nation. La tendance fondamentale en Europe en ce moment est anti-intégrationniste et anti-mondialiste. Si vous voulez perdre une élection de manière écrasante, plaidez pour un approfondissement de l'UE.

Aujourd'hui, nous sommes plus éloignés que jamais de l'union politique. Tous les pays de l'UE ne font pas partie de la zone euro. Tout le monde ne participe pas à la politique étrangère et de sécurité commune. Cette tendance va s'accélérer et s'intensifier - avec ou sans Brexit.

À l'avenir, nous parlerons d'un modèle d'intégration européenne complètement différent. Le consensus minimal des 28 États membres de l'UE se situera dans la zone de libre-échange et la libre circulation des personnes. Selon le domaine politique, il y aura différents clubs. Le mieux que l'UE puisse faire est de maintenir son niveau de développement. Et bien sûr, l'avenir de l'euro sera alors ouvert.

L'émergence de nouveaux conflits déstabilisateurs.

Le sujet IS wird nous intéressera encore plus dans les années à venir que par le passé. Le IS est un hybride. C'est un quasi-état - avec un territoire d'état, un territoire d'état, un gouvernement d'état. Er exerce des fonctions quasi-gouvernementales, fournit de l'électricité et perçoit des taxes. Mais c'est aussi une organisation terroriste. La Société de l'Information remet ainsi en cause l'ordre en vigueur au Moyen-Orient depuis 100 ans. Nous ne savons pas quelle forme prendront la Syrie ou l'Irak. Et quelles en seront les conséquences sur l'ensemble de la structure géopolitique du Moyen-Orient. La seule chose que nous savons, c'est que ces problèmes ne peuvent être résolus rapidement.

06. La renaissance des armes nucléaires.

Les arsenaux nucléaires ne seront plus désarmés, mais modernisés. Le calme avec lequel les représentants du gouvernement russe ont récemment menacé d'utiliser des armes nucléaires a déjà acquis une nouvelle qualité.

Une crise du désarmement menace surtout deux régions : l'Iran et la Corée du Nord. Le programme nucléaire iranien n'est suspendu que pour dix à quinze ans. L'accord repose sur le fait que nous sommes parvenus à une transformation complète de la société iranienne au cours de cette période. Danach, l'idée était que l'Iran lui-même ne serait plus intéressé par les armes nucléaires. Que se passe-t-il si ce pari ne marche pas ? La Corée du Nord est totalement incontrôlable. Comment les autres acteurs vont-ils réagir - la Corée du Sud, par exemple ? Donald Trump recommande que la Corée du Sud s'équipe d'armes nucléaires. La Corée du Sud et le Japon ont également abordé cette question à plusieurs reprises. Dans le Golfe, cela s'applique à l'Arabie saoudite et à la Turquie. Dans le cas de l'Arabie saoudite, cela exacerberait le conflit bilatéral avec l'Iran.

//Herausforderung Migration. Herausforderung Migration.

Près de 60 millions de personnes dans le monde sont en fuite. C'est le chiffre le plus élevé depuis 1945, mais la grande majorité de ces réfugiés n'atteindra jamais l'Europe. Nous ne nous noierons donc pas dans un flot de réfugiés. Néanmoins, ce défi demeure même après la fermeture de la route des Balkans. Il n'existe pas de causalité unique pour la migration. Et elle est difficile à influencer. Nous disons toujours que les causes de fuite doivent être combattues là où elles surviennent. Mais s'il s'agit d'une répression politique en Erythrée ou d'un manque de perspectives économiques au Nigeria, que devrait faire le gouvernement fédéral à ce sujet ? La pression migratoire va se poursuivre. Tant qu'il existe des normes d'asile et de procédure différentes et une compréhension différente de la migration dans l'UE, la migration est également très difficile à gérer.

Conclusion : l'incertitude est la nouvelle normalité.

De plus en plus souvent, des crises simultanées, de types différents, apparaîtront en parallèle. Les temps de réaction sont donc très courts, car la prévention des crises fait défaut. Mon observation est que la scène politique berlinoise ne peut faire face qu'à une seule crise à la fois. La guerre civile syrienne dure depuis maintenant cinq ans. Fait-il de la politique depuis cinq ans ? La réponse est non, parce que d'autres crises s'y sont superposées - euro, crise de la dette, crise grecque, crise ukrainienne. Lorsque la prochaine crise arrivera, une autre crise échappera à l'attention du public. Mais continuez à brûler.

La mondialisation est perçue comme une menace dans de nombreux pays européens. Les forces anti-integrationalistes ont un énorme élan. Ils sont aussi les éléments centraux des courants politiques populistes. Lorsqu'à l'automne 2015, le gouvernement fédéral n'a plus été en mesure de donner l'impression que le problème des réfugiés était sous contrôle, les électeurs se sont éloignés. On peut douter qu'elle puisse les reconquérir. Depuis un certain temps déjà, une partie de la population est unie par son mécontentement à l'égard de l'État. Le débat sur la migration n'a fait qu'ouvrir les vannes. Cela impliquera des tendances protectionnistes et isolationnistes.

Nous devons être prêts à compter de moins en moins sur les pouvoirs d'ordre traditionnels. Quiconque planifie sérieusement la politique de sécurité dans les années à venir devra compter avant tout sur lui-même.

Est-ce que c'est mauvais ? Je pense que c'est aussi mauvais que nous le faisons. Bien sûr, le monde est terriblement complexe. Le facteur décisif sera de savoir si nous réussirons à créer les outils nécessaires pour relever les défis. Si vous voulez façonner le monde, vous devez vous tourner vers les problèmes, les percevoir et vous y intéresser. ®

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux