• Dr. Günter Kast

L'Aviateur.

Aventure. Bob Bates est venu d'Australie en Papouasie-Nouvelle-Guinée au milieu des années 1960 en tant que jeune ingénieur. Il tomba amoureux de ce pays inaccessible et sauvage et se mit à ouvrir la forêt tropicale avec des terrains d'aviation et des lodges. Aujourd'hui, Bates est le plus grand et le plus célèbre voyagiste du pays. Même à 77 ans, il grimpe encore lui-même dans le cockpit de ses pilotes de brousse.

Bob Bates se tient sur la terrasse du Rondon Ridge Lodge, l'une des plus jeunes de ses auberges, et regarde le Mont Hagen dans les hautes terres de Papouasie Nouvelle Guinée. La capitale provinciale des Western Highlands tire son nom de l'officiel colonial allemand Curt von Hagen. Entre 1884 et 1914, l'Empire Wilhelmine avait finalement donné un intermezzo colonial dans la partie nord-est de la troisième plus grande île du monde. "Les hautes terres étaient encore presque entièrement blanches sur la carte, explique Bates. Et il ajoute en souriant : "En principe, c'était encore le cas quand j'ai touché le sol ici, au milieu des années 60."

Né à Newcastle, Nouvelle-Galles du Sud, au nord de Sydney, Bates est venu comme ingénieur dans la partie est de l'île, qui était administrée par l'Australie comme un territoire sous tutelle. La partie occidentale, l'ancienne Inde néerlandaise, a été annexée par l'Indonésie en 1962 et forme aujourd'hui ses provinces Papouasie et Papouasie Barat. Il y aurait eu le cas le plus célèbre de cannibalisme de l'époque, pour lequel toute l'île était alors tristement célèbre pendant longtemps. Michael Rockefeller, issu de ce qui était alors la deuxième famille la plus riche des États-Unis, avait disparu sans laisser de traces lors d'une expédition sur la côte sud en 1961. Certains soupçonnent qu'il est tombé entre les mains de la tribu Asmat, qui étaient craintes pour leur chasse de tête. Mais la vie était aussi dangereuse dans la partie orientale. Les médias ne cessent de publier des articles sur les sacrifices humains. Les femmes accusées de sorcellerie sont cruellement torturées et assassinées. Les batailles mortelles entre clans rivaux sont à l'ordre du jour. Port Moresby, la capitale de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, est toujours considérée comme l'une des villes les plus dangereuses de la planète.

Comment l'idée de fonder une agence de voyages ici a-t-elle germé ? "Au début, je n'ai planifié que des routes, des ponts et des cliniques de brousse au nom du gouvernement australien ", dit Bates. Mais très vite, il fut fasciné par ce pays haut en couleurs avec ses 1000 tribus qui parlent 800 langues différentes. Ils se réunissent en costumes colorés et en peinture de guerre pour des réunions et des danses, appelés Sing-Sings. Ils portent une coiffe de plumes d'oiseaux du paradis, qui ne sont originaires que de Papouasie-Nouvelle-Guinée. "Le pays est l'un des derniers paradis naturels : des forêts tropicales intactes où poussent des orchidées rares et où vivent des centaines d'espèces de papillons, un véritable trésor.

Ce qu'il aimait, pensait-il, pouvait inspirer les autres. Au début des années 1970, il quitte son poste permanent chez les Australiens et achète son premier avion, un Cessna 182 : " Les routes, si elles existaient, étaient des pistes boueuses trempées pendant la saison des pluies. Il a fallu des jours pour parcourir quelques centaines de kilomètres."

Avec ses quatre places, Bates continue à voler pour les "Aussies" au-dessus de l'île, parce que partout maintenant des pistes rustiques ont été créées, tantôt sur l'herbe, tantôt sur le sol argileux. Parallèlement, il crée une agence de voyages. Avec des véhicules à quatre roues motrices, il propose des tours aventureux à travers les hauts plateaux, loue des hôtels simples. "J'ai vite compris, cependant, que cela ne marcherait pas. Il n'y avait pratiquement aucune infrastructure. Les soi-disant hôtels étaient plutôt des casernes. J'avais d'abord besoin de mes propres quartiers."

Peu après que les Australiens eurent libéré le pays en 1975, Bates construisit sa première loge, le Karawari, sur la rivière Sepik. Il n'y a pas de route dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres. Le cordon ombilical vers le monde extérieur est la rivière elle-même. Ou la piste d'atterrissage au milieu de la jungle que Bates a dégagée. Ceux qui voyagent ici avec eux-mêmes ou avec un de leurs pilotes du mont Hagen vont faire trembler le petit avion à hélice au-dessus d'une forêt tropicale dense et fumante d'où émergent des montagnes de calcaire comme les dents des géants primitifs. Entre les deux, des rivières brunes serpentent à travers le tapis vert comme de gros serpents. "Pour un pilote passionné, il n'y a pas de plus beau pays au monde ", est convaincu Bates, qui a maintenant plus de 10000 heures de vol sur son dos.

Au début, il vole ici sans GPS. Le contrôle de la circulation aérienne fonctionne mal, les cartes sont inexactes, les nuages orageux qui s'empilent haut sont la norme. Néanmoins, il est épargné des accidents majeurs. Une fois qu'un moteur tombe en panne, il est heureusement en route avec une machine bimoteur. Quand quelques mois plus tard, le moteur de son seul moteur s'arrête, il a de la chance. Au milieu de la jungle dense, il trouve une zone herbeuse sans arbres et peut y faire un atterrissage d'urgence. "Je pourrais facilement me passer de ce genre de frisson. Après tout, je suis plus un maniaque du contrôle qu'un casse-cou. Sur une échelle de 1 à 10, j'évaluerais mon appétit pour le risque à 2, 3 au plus."

Les touristes apprécient son caractère et sa fiabilité, ainsi que le confort que Bates Trans Niugini Tours (TNT) offre. Ils viennent volontiers au bout du monde : les Américains constituent désormais le plus grand groupe de clients devant les Allemands, suivis par les Britanniques et les autres Européens. "L'autonomie est la clé, explique Bates. "Vous ne devez jamais dépendre de personne ici. Nous avons trois avions, des bateaux, des bus et des voitures à traction intégrale." En 1985, il fit construire l'Ambua Lodge dans la province de Hela, qui est considérée comme le Far West du pays déjà difficile. Le réalisateur britannique David Attenborough tournera plus tard son documentaire "Attenborough in Paradise", un oiseau de paradis exceptionnel. Entre-temps, la loge a été plusieurs fois récompensée comme l'une des meilleures adresses au monde pour les ornithologues.

En 1989, il a même osé proposer des croisières fluviales sur le Sepik avec le "Sepik Spirit", construit exactement selon ses souhaits - dans une région où la chasse de tête était une pratique quotidienne 30 ans auparavant. En 1991, il achète et rénove le Malolo Plantation Lodge sur la côte près de Madang. Le Bensbach Lodge près de la frontière avec l'Indonésie complète son portefeuille depuis 2003. En 2006, il a fait construire le Rondon Ridge Lodge au-dessus du mont Hagen, en 2013, celui du lac Murray. "Mais maintenant, c'est fini, je n'ai plus de projets", résume Bates, qui vit lui-même dans une maison au toit plat de conception puriste dans les bois au-dessus de Rondon Ridge Lodge.

Malgré tous ses efforts d'expansion, l'entrepreneur n'oublie jamais qu'il évolue dans un environnement à haut risque. Cependant, cela a moins à voir avec le cannibalisme qu'avec l'exploitation et le capitalisme prédateur. Un gigantesque projet de gaz liquide d'ExxonMobil cause actuellement des problèmes dans la province d'Hela. Les politiciens régionaux corrompus essaient de couper une grosse part du gâteau. Et les gens ordinaires ont peur de repartir à vide. Ils se rassemblent dans des manifestations qui sombrent souvent dans le chaos et la violence.

Il est donc essentiel que Bob Bates fasse preuve d'un instinct sûr. Il sait très bien qu'il doit tirer la population locale à ses côtés en lui donnant des emplois dans les lodges, en achetant ses récoltes, en soutenant les équipements municipaux tels que les écoles ou les postes de santé, et en vendant les sculptures des tribus en souvenir aux touristes.

Aujourd'hui, entre 3000 et 4000 invités par an voyagent à travers le pays avec TNT seul. C'est beaucoup, puisque seulement 21000 visiteurs viennent ici chaque année. De partout dans le monde, n'oubliez pas. Les clients de Bates restent en moyenne de cinq à dix nuits. Cela lui rapporte dix millions de dollars US de ventes annuelles et fait de lui le plus grand opérateur touristique de Papouasie-Nouvelle-Guinée, comme le peuple papou appelle son pays. Selon les saisons, il compte de 200 à 250 employés, dont le plus grand nombre possible de locaux. Il n'a pas besoin d'espérer le soutien de l'Etat : "Le ministère du Tourisme n'aide pas, mais il n'intervient pas non plus."

En tant qu'ambassadeur de son pays, par exemple à l'International Tourism Exchange à Berlin, Bates doit apparaître lui-même. Il explique ensuite patiemment que les conflits tribaux sont généralement inoffensifs pour les visiteurs, mais nuisent bien sûr à leur image. Ce crime n'est qu'un problème dans les villes, mais dans les médias occidentaux, en particulier en Australie, il est exagéré et rapporté de façon unilatérale. Que la coupe à blanc des forêts pluviales prive le tourisme de son avenir, parce qu'aucun parc national n'a été désigné dans tout le pays à ce jour et que les compagnies minières et les bûcherons auraient donc un travail facile. Que les prix dans le pays sont si élevés parce que presque tout doit être importé.

En abordant ouvertement les problèmes, l'entrepreneur intelligent oriente pas à pas son public vers son "Unique Selling Point". Voyager avec lui coûte cher - l'hébergement assez simple de Bates est aussi cher que les lodges de safari en Afrique avec des prix quotidiens entre 700 et 800 dollars US par personne - mais aussi sûr. Il n'a jamais loué d'avions à d'autres compagnies, mais il les a toujours achetés lui-même.

Les avions sont bien entretenus et pilotés par des professionnels, pour la plupart des pilotes de brousse australiens expérimentés. Il a négocié des contrats avec les tribus : Ils se produisent dans leurs costumes traditionnels pour une somme que Bates paie. Mais ses invités ne sont pas approchés pour chaque photo pour de l'argent et peuvent prendre leurs photos en paix.

Aujourd'hui âgé de 77 ans, Bob Bates, patron de la compagnie aérienne, voyagiste et ambassadeur du tourisme en union personnelle, est fier du travail de sa vie. Il ne s'est jamais laissé vaincre : ni par les conditions politiques difficiles, ni par le paludisme qui l'a frappé plusieurs fois, ni par les cambrioleurs qui ont volé la télévision et la montre d'un précieux pilote dans sa maison. La seule chose qu'il n'a manifestement pas réussi à gérer, c'est la succession. Ses deux fils vivent en Australie et n'ont aucun intérêt à venir en PNG de façon permanente. Bates veut donc transférer TNT à temps à une fondation qu'il veut créer.

Alors, l'aventurier espère qu'il aura encore plus de loisirs pour voler, toujours sa grande passion. Bob Bates vole depuis 45 ans. Et n'a pas l'intention d'arrêter.

Devant lui se dresse un grand globe, orné de lignes rouges. Ils montrent les itinéraires des safaris en vol qu'il a déjà effectués avec son Cessna 180 (portée : 1200 kilomètres) : tout le Pacifique Sud, autour du monde, Amérique du Sud, Zimbabwe, Croatie. En Russie, il n'avait plus d'essence, près des Marquises, il s'était déjà retrouvé dans des orages violents.

Bientôt, il veut repartir - deux mois en Amérique du Sud avec un de ses "Mates", comme disent les Australiens. "Voyons qui a le temps." Et si personne n'arrive, il reste à la maison : "Je préfère voler dans les hautes terres de PNG."

_________________

Aventure en Papouasie Nouvelle Guinée.

Arrival Singapore Airlines (www.singaporeair.com) propose des vols quotidiens au départ de Francfort et Munich et trois fois par semaine de Düsseldorf à Singapour. A partir de là avec Air Niugini (www.airniugini.com.pg) jusqu'à Port Moresby // Organisateur Voyages complets avec Trans Niugini Tours de Bob Bates en PNG organisés par les spécialistes de Pacific Travel House depuis Munich : www.pacific-travel-house.com ; E-Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. // Media et liens Itinéraires des vols de Bob Bates : www.pngtours.com/tours/Bobsflights.htm Site web de Trans Niugini Tours : www.pngtours.com Christian Kracht : "Imperium", Fischer Verlag Rosso Knoller : "Lesereise Papua-Neuguinea - Im Land der dunklen Geister", Picus Verlag Peter Voss : "Lesereine

_________________

®

Auteur : Dr. Günter Kast

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux