• Ryan Pyle

Un regard sur la beauté.

(Temps de lecture: 2 - 4 minutes)

Stil uhrRyan Pyle est un aventurier, photographe et producteur de documentaires.Sa série télévisée "Extreme Treks" a fait connaître cet ambassadeur de la marque Glashütte Original bien au-delà de son Canada natal.

Je ne sais même plus comment ma passion pour les montres mécaniques a commencé. D'autres hommes en ont "hérité" de leur père, mais le mien n'en a jamais porté. Il était athlète olympique et enregistrait ses temps au tour avec une montre de sport numérique en plastique. Toujours est-il que mon père m'a fait faire du sport. S'il n'est pas à l'origine de mes goûts en matière de montres, il a néanmoins contribué à lancer ma carrière.

Pour ma part, j'ai toujours aimé les objets soigneusement fabriqués à la main. J'ai couvert la Chine pendant quelques années pour le "New York Times" et, lors de mes voyages à travers le pays, j'ai vu de nombreuses personnes qui produisaient selon des règles artisanales anciennes : Céramique, sculptures, meubles. Tout cela n'est certes pas aussi délicat que le montage d'une montre, mais cela suppose également un grand talent et une grande expérience - des compétences qui disparaissent peu à peu. C'est de là qu'est née l'idée de ma série "Meet the Makers". Je voulais montrer des artisans dont le savoir s'est transmis de génération en génération et qui ne doit pas se perdre. Lorsqu'une imprimante 3D peut réaliser en un clin d'œil et comme si de rien n'était une sculpture qui prendrait des jours à un sculpteur, ce danger devient presque palpable.

L'horlogerie est bien sûr du côté de la sécurité, ne serait-ce que parce que personne ne peut inventer aussi rapidement une machine capable de fabriquer une montre mécanique compliquée à partir de milliers de pièces. En outre, il y a suffisamment de gens qui, à l'époque du numérique, apprécient l'analogique, ce qui est esthétiquement attrayant.

En tant que photographe, je trouve d'abord la beauté dans la nature, dans un orage dramatique, un lever de soleil ou un ciel nocturne étoilé. Je collectionne de tels moments. Cela vaut d'ailleurs aussi pour la beauté du danger. Une tempête de sable, tout ce par quoi la nature nous menace, a sa propre esthétique. Mais je me réjouis aussi des voitures, de l'architecture et des montres-bracelets.

Vous voyez : d'une certaine manière, je vis dans deux mondes pour lesquels je m'équipe de manière très différente - également avec deux montres complètement différentes. En ce moment, il est difficile de voyager, mais en 2019, j'étais constamment en déplacement, d'un aéroport à l'autre, et je suis donc toujours passé à une autre heure locale sur la "Senator Cosmopolite" de Glashütte Original. J'ai plusieurs bureaux, mais l'heure locale est toujours réglée sur Dubaï, où je vis depuis des années.

Pour les reportages, je porte ma robuste "SeaQ Panoramadatum". Son entraînement mécanique n'a rien à voir avec la nostalgie. Toute ma vie d'aventurier et de journaliste tourne trop souvent autour des piles, car il nous arrive de passer 14 jours loin de toute prise électrique. Au poignet, j'ai besoin de quelque chose d'autonome et de résistant. Pour moi, il ne s'agit pas de dixièmes de seconde, mais d'une planification précise de la journée : départ, arrivée sur un sommet et retour au camp de base... Si quelque chose se passe mal dans le déroulement de la journée, c'est déjà un bon sentiment de porter un instrument fiable au bras.

Entre-temps, j'ai même pu visiter les ateliers de Glashütte Original. C'était ma première visite dans une manufacture horlogère. J'ai pu regarder par-dessus l'épaule des spécialistes qui déplacent et assemblent des pièces minuscules avec des pinces très fines, que je ne pouvais même pas voir à l'œil nu. Honnêtement, mon cerveau ne fonctionne pas comme ça. On m'a aussi fait essayer de placer une taille décorative sur une platine et de presser des chatons... Disons que je sais maintenant plus précisément où se situent mes capacités - et où elles ne se situent pas.

Les ateliers de Glashütte sont bien sûr modernes, hygiéniques et sans poussière. Mais il y a aussi des machines à l'ancienne avec un volant et une courroie de transmission. Et cela sent un peu comme dans de nombreux ateliers d'artisanat d'art. Beaucoup de choses ne sont manifestement pas modifiées, et ce sciemment. Cela fait partie des vertus que je trouve belles. Porter une pièce d'horlogerie fine, construite à partir de centaines de pièces et en plusieurs heures, est pour moi un privilège particulier. Une telle montre est peut-être même l'un des objets les plus expressifs. Elle reflète mieux que tout autre accessoire ce que l'on est et ce que l'on représente.

®

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux