• Michael Reiss

"Je crois en la ville."

Tendances immobilières. Dans le monde entier, le marché des maisons plus grandes dans les banlieues et les stations balnéaires est en plein essor. "Cela va se calmer à nouveau", déclare Michael Reiss, associé directeur de Sotheby's International Realty à Munich. "Je m'attends à ce que la grande ville fasse son retour."

"Pendant longtemps, les Hamptons ont été considérés comme la quintessence de la retraite pour les New-Yorkais fatigués - ce qui n'est pas très attrayant pour les citadins cool. Maintenant, les Hamptons sont complets", dit Michael Reiss.

La fuite des citadins aisés pendant la crise de Corona a laissé des traces sur les marchés immobiliers. "Des Rocheuses à la Côte d'Azur, des vignobles de Toscane aux résidences de vacances dans les stations de ski des Alpes - de nombreuses personnes fortunées ont récemment investi dans des résidences secondaires, la plupart dans leurs pays d'origine respectifs. Ils ont privilégié les grands complexes afin de créer de l'indépendance et de l'intimité ou pour pouvoir accueillir à nouveau des enfants adultes", explique M. Reiss.

Les régions qui étaient auparavant considérées comme des marchés réservés aux résidences secondaires sont plus demandées que jamais en tant qu'escapades supposées sûres pendant l'année du bureau à domicile. Compte tenu de l'offre limitée, les prix y sont également en forte hausse. En revanche, il y a une bouffée d'air frais dans les grandes villes. Les idées très ambitieuses des vendeurs ne peuvent plus être appliquées ou pas aussi rapidement.

"Cela va encore changer en perspective", soupçonne l'expert immobilier, "dans une situation très particulière, des besoins très particuliers ont été satisfaits au cours des douze derniers mois". On peut se demander si le niveau des prix des maisons de vacances et de toutes les zones rurales va perdurer sur une période de cinq ans. Lorsque la situation de pandémie se sera calmée, beaucoup réfléchiront à la question de savoir si eux et leurs enfants veulent vraiment vivre dans le pays. La demande de biens immobiliers reviendra alors dans les villes. C'est là qu'est la vie, que se trouvent les restaurants, les écoles, les universités, les possibilités de loisirs et les contacts sociaux. Un grand nombre de ceux qui s'isolent aujourd'hui apprécieront les courtes distances et rechercheront à nouveau l'interaction personnelle demain. C'est ce que seule la ville offre."

L'expert du marché voit donc dans les propriétés de la grande ville un plus grand potentiel de plus-value à long terme. "Les mois à venir devraient être un bon moment pour se positionner. Après tout, la question du logement ne va pas se relâcher." Au contraire : la demande d'espace continue d'augmenter, car de nombreux acheteurs potentiels souhaitent désormais disposer d'une pièce supplémentaire pour profiter du bureau à domicile, sans avoir à déplacer tout le centre de vie hors de la ville pour ce faire. "Car, bien sûr, la liberté retrouvée de pouvoir travailler de chez soi de temps en temps est un acquis précieux. C'est une chose dont personne ne voudrait se passer", explique M. Reiss. "Dans le secteur résidentiel haut de gamme, les propriétés disposant d'espaces de travail, de fitness et de bien-être supplémentaires seront recherchées. Une plus grande commodité grâce à la technologie - les maisons intelligentes - figure également en bonne place sur la liste des souhaits."

Le prochain défi pour le marché immobilier allemand, a-t-il dit, viendra après les élections fédérales. "Il s'agit de réduire la pression sur le marché du logement. Les récriminations mutuelles entre les politiciens et les acteurs du marché ne serviront à rien - les politiciens, le secteur immobilier, les locataires, les propriétaires et les investisseurs doivent chercher des solutions ensemble."

Pour l'expert, le plus grand danger est de pousser des dossiers tels que l'impôt sur la fortune et l'intervention sur le marché locatif. "Certains grands investisseurs disent que si cela arrive, nous ne ferons que de la construction commerciale", informe Michael Reiss et conclut : "Ironiquement, c'est un risque surtout pour ceux qui cherchent un logement. L'offre dans la ville n'augmentera pas alors, et les prix continueront à grimper." ®

Publication spéciale :

Munich | Sotheby's International Realty Michael Reiss ; 49 (89) 744 24 18 90

www.muenchen-sothebysrealty.com

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux