• Gerd Hübner

Les navigateurs logiciels.

Print Friendly, PDF & Email

028 USERLANE Founders

Démarrage. Il y a environ un an et demi, Felix Eichler, Kajetan Uhlig et Hartmut Hahn (en haut à gauche) ont fondé la société Userlane à Munich. Son idée : un système de navigation qui guide les utilisateurs à travers n'importe quel logiciel. Depuis lors, ils ont été submergés par leur propre succès. Leur plus grand défi aujourd'hui est de maintenir le rythme rapide de la croissance.

Reste la question des risques. "Notre plus grand défi, dit Hahn, c'est le temps. Pour nous, la question clé est de savoir à quelle vitesse nous parvenons à convaincre les entreprises de passer des méthodes de formation traditionnelles telles que la vidéo ou la formation sur site aux nouvelles technologies telles que Userlane et de nous établir ainsi rapidement sur le marché.

Ne trouvez-vous pas fascinant que les conducteurs de Navis conduisent presque toujours vers la bonne destination, où qu'ils se trouvent ? demande Hartmut Hahn. "Et qu'ils sont très faciles à utiliser ? Ne serait-ce pas génial si un navigateur pouvait vous guider aussi facilement à travers n'importe quel logiciel ?"

En fait, tous les utilisateurs d'ordinateurs, qu'ils soient au travail ou à la maison, sont maintenant confrontés à de nouvelles applications presque tous les jours. Chaque fois, les utilisateurs doivent découvrir comment un programme fonctionne et ce qu'ils doivent faire pour y arriver.

Un système de navigation logiciel universel serait donc un grand soulagement.

C'est exactement ce que Felix Eichler, Kajetan Uhlig et Hartmut Hahn ont développé. Leur technologie "Userlane" permet aux entreprises de créer des visites interactives sur n'importe quel logiciel en ligne. Ces visites guidées interactives guident ensuite chaque utilisateur en direct à travers n'importe quel logiciel. Simple et intuitif à utiliser, il le guide vers sa destination. Comme l'appareil de navigation dans une voiture.

L'histoire d'Userlane commence aussi dans la voiture. Par une journée ensoleillée de l'été 2015 dans les Alpes autrichiennes. Dans une voiture. "Felix, Kajetan et moi, dit Hartmut Hahn, étions dans les montagnes et nous avions désespérément perdu. Notre salut était - bien sûr - notre système de navigation. D'une manière ou d'une autre, nous en sommes venus à parler du parallèle avec les applications logicielles. Ici aussi, les utilisateurs sont souvent soudainement perdus. Sauf qu'ils n'ont rien d'autre à faire qu'un appel à l'expert informatique."

La pensée ne les lâche jamais tous les trois. Ils se réunissent pour poursuivre leur idée ensemble.

Kajetan Uhlig, 32 ans, est un expert en design d'expérience utilisateur. Derrière cela se cache l'art de créer des expériences positives pour les utilisateurs grâce à une vision holistique. C'est d'une grande importance pour les produits de toutes sortes aujourd'hui. Cependant, elle est particulièrement importante dans le secteur en ligne. "Si vous négligez l'expérience utilisateur aujourd'hui, si les gens n'utilisent pas une application ou un produit avec joie, fascination ou enthousiasme, vous pouvez oublier votre idée," explique Hahn. "Générer cet enthousiasme chez les clients est la spécialité de Kajetan. Il a beaucoup d'expérience dans ce domaine et un oeil pour ce qui attire les utilisateurs."

Le deuxième du groupe est Felix Eichler. A 22 ans, il est le jeune du trio et l'"enfant prodige", comme l'appelle Hahn. A l'âge de 15 ans, il a commencé ses études en tant qu'étudiant très doué à la TU de Munich. L'informatique, bien sûr. Et il n'est pas surprenant qu'il soit responsable de la partie technique d'Userlane. Eichler est la tête derrière l'algorithme du système de navigation logiciel.

Et puis il y a Hartmut Hahn. Après plusieurs années dans le conseil en stratégie, le jeune homme de 36 ans a rejoint l'entreprise de médias Hubert Burda Media, où il a passé trois ans à la recherche d'entreprises en ligne intéressantes pour la maison d'édition. "J'ai donc évalué les entreprises pour voir si elles sont intéressantes pour nous. Et puis ils ont décidé si un investissement ou une prise de contrôle complète aiderait le groupe à aller de l'avant ou non."

L'expert en conception, l'informaticien et l'homme d'affaires ont trouvé Userlane.

S'ensuivent des séances de remue-méninges, l'élaboration d'une analyse de rentabilisation et la production d'esquisses et de prototypes. "Le facteur décisif est de pouvoir réellement tester si le produit sera reçu ", explique M. Hahn. "Aujourd'hui, il y a des idées de départ comme le sable au bord de la mer. Approcher les investisseurs comme un fondateur inexpérimenté, sans clients et simplement avec une présentation PowerPoint ne fonctionne que dans les cas les plus rares."

Hahn voulait montrer quelque chose de solide. Preuve qu'il y a une demande réelle. C'est pourquoi il commence à s'adresser aux entreprises de son réseau. "Nous leur avons demandé s'ils achèteraient un tel produit si nous l'avions prêt dans trois ou six mois. Certains étaient même prêts à signer un contrat immédiatement."

Maintenant, ils savent tous les trois que l'idée d'entreprise peut fonctionner. Nous cherchons des investisseurs. Le fait que le Main Incubator, filiale de la Commerzbank, le fonds de démarrage high-tech et l'entrepreneur Robert Kabs sont trois financiers bien connus qui se lancent très tôt comme business angels est probablement aussi dû au fait que Hahn était déjà assis de l'autre côté pendant ces discussions. Il sait ce qui compte.

"En plus de l'intérêt réel des clients et de la bonne équipe, deux critères principaux sont décisifs pour les investisseurs ", dit-il. "Quels sont les risques ? Et quel est le potentiel ? Je dis toujours : "Notre entreprise n'est pas sans risque, mais notre potentiel de marché n'est certainement pas sans risque.

En fait, les possibilités semblent énormes. "Nous avons deux options, explique Hartmut Hahn. "D'une part, nous pouvons approcher les entreprises directement avec notre solution, d'autre part, nous pouvons approcher les fournisseurs de logiciels pour attacher notre navigateur directement à leurs applications. Les deux voies semblent très attrayantes. "Avez-vous déjà pensé au nombre de voitures livrées aujourd'hui sans système de navigation ? Il n'y en a presque pas. Si nous transférons cela aux logiciels, il devient clair qu'en théorie, il n'y a pratiquement pas de limites à notre croissance."

Il ne semble pas irréaliste de faire participer les fournisseurs de logiciels. "Après tout, ils souhaitent que leur application soit aussi simple et sans problème que possible pour le client ", explique M. Hahn. "Parce que ce n'est qu'alors qu'une entreprise investira dans un logiciel à long terme." Jusqu'à présent, cependant, la plupart des applications nécessitent beaucoup d'explications. Une formation approfondie est nécessaire. "Mais ces derniers ne sont souvent pas durables, car pratiquement aucun employé ne peut se souvenir de tout ce qui y est transmis. Alors nous avons besoin de nous recycler."

Si une mise à jour du logiciel arrive, les problèmes recommencent. "Tout cela entraîne des coûts, se fait au détriment de l'efficacité et, dans de nombreux cas, conduit l'entreprise à résilier des contrats logiciels ", explique M. Hahn. Rien qu'en Allemagne, selon une étude menée par l'Université de Kassel en 2014, environ 5,6 milliards d'euros sont dépensés chaque année en formation avec un logiciel standard. Les visites interactives peuvent faire toute la différence. "En fait, nous avons constaté que le taux de désabonnement, c'est-à-dire le nombre d'annulations de contrats logiciels, diminue de manière significative grâce à l'utilisation d'Userlane. Les employés peuvent l'appeler à tout moment, les entreprises économisent environ 80 pour cent sur les coûts de formation et l'utilisation du logiciel correspondant devient plus attrayante".

Si Userlane pouvait prendre en charge l'ensemble du marché de la formation informatique, le potentiel de vente de l'entreprise en Allemagne seulement serait de plus d'un milliard d'euros, puisque les entreprises pourraient économiser 80 % de ces coûts avec le Navigator. Et tout cela avec un modèle économique parfaitement évolutif. Parce que peu importe que l'entreprise vende sa technologie cinq fois, 50 fois ou 500 fois. D'un point de vue purement technique, il n'y a pas de dépenses supplémentaires.

Jusqu'à présent, l'entreprise a en effet connu une croissance rapide. Aujourd'hui, un an et demi seulement après son lancement, Userlane travaille avec plus de 50 entreprises, dont Linde, Deutsche Telekom et Commerzbank, trois sociétés DAX. Le nombre d'employés est passé à 20. Les ventes mensuelles ont décuplé par rapport au début de l'année.

Pour maintenir le rythme, les fondateurs ont maintenant besoin de plus de capitaux pour accroître la notoriété et développer davantage le logiciel, ainsi que d'un plus grand nombre d'employés. "Surtout ces derniers ne sont pas faciles à trouver. Le marché est vide et tout le monde n'est pas fait pour travailler dans une start-up."

La recherche d'investisseurs pour un nouveau tour de financement est apparemment plus simple. "Entre-temps, nous n'en sommes plus à la toute première phase de démarrage, mais nous nous sommes établis dans une certaine mesure et avons prouvé que notre modèle d'affaires fonctionne. Les risques pour les nouveaux investisseurs ont donc diminué ", explique M. Hahn. Il est actuellement à la recherche de financiers issus de l'environnement de particuliers fortunés ou de family offices.

Cependant, les trois fondateurs, qui détiennent encore eux-mêmes plus des trois quarts de l'entreprise, portent une attention particulière à la distribution des actions. "Nous sélectionnons nos investisseurs de manière très sélective et nous nous assurons qu'ils partagent notre vision et adoptent une perspective entrepreneuriale ", déclare Hahn.

Une vente complète est donc "actuellement hors de question". Il est intéressant de noter qu'il y a déjà eu des offres d'achat, surtout des États-Unis. "La raison en est que les investisseurs ont pris conscience de notre présence par l'intermédiaire de notre seul concurrent, WalkMe, qui jusqu'à présent n'a été actif que sur le marché américain ", explique Hahn. Toutefois, il ne peut imaginer travailler avec un investisseur américain plus important que si l'entreprise elle-même franchissait le pas de l'autre côté de l'étang. "Mais on ne s'en inquiétera pas avant 2019."

Pour l'instant, l'objectif premier est de desservir les marchés allemand et européen. Et en même temps d'améliorer et de développer le logiciel. Felix Eichler est particulièrement demandé ici.

"Bien sûr, le logiciel n'est jamais vraiment fini. Il est toujours possible d'aborder de nouveaux marchés avec certaines extensions et de signaler de nouveaux cas d'utilisation avec des fonctionnalités telles que l'apprentissage machine". Si, par exemple, un utilisateur a fait quelques pas avec un logiciel et ne sait plus quoi faire, son système de navigation devrait automatiquement reconnaître le problème et offrir à l'employé une aide contextuelle en fonction de ce qu'il a fait jusqu'ici.

Bienvenue dans le monde de l'intelligence artificielle. "Vous voyez, dit Hartmut Hahn en riant, il y a encore beaucoup d'air là-haut pour nous à tous points de vue."

_______________________________

Avantages mesurables - les avantages du Software Navigator.

"Pour un employé d'une entreprise de taille moyenne, il ne suffit plus de connaître le fonctionnement de Microsoft Office ", explique Hartmut Hahn, co-fondateur d'Userlane. "Ils sont constamment confrontés à de nouveaux programmes ou à des mises à jour logicielles."

Le domaine commercial en est un exemple. Dans un premier temps, des tableaux Excel y ont été utilisés. Viennent ensuite les premiers systèmes locaux de relation client, ou CRM en abrégé. Nous passons maintenant à des solutions basées sur le cloud. Des bouleversements similaires peuvent être observés dans d'autres secteurs tels que les ressources humaines ou le marketing. De plus, les entreprises manufacturières innovent dans le cadre d'Industry 4.0, c'est pourquoi la commande des machines est aujourd'hui presque exclusivement basée sur des logiciels.

La plupart des entreprises réagissent par la formation. D'une part, cependant, cela entraîne des coûts considérables. D'autre part, si les employés ne se familiarisent pas avec le logiciel immédiatement après, beaucoup de choses seront à nouveau oubliées en un rien de temps. "Bien sûr, il y a aussi des manuels. Mais connaissez-vous quelqu'un qui regarde là-dedans ? demande le directeur général d'Userlane. Et la qualité des vidéos explicatives varie beaucoup. "Mais leur plus grand inconvénient est qu'ils ne sont pas interactifs ", explique M. Hahn.

Sa conclusion : "Quelle que soit la direction que prennent les entreprises, c'est toujours cher, et à un moment donné, une utilisation sous-optimale du logiciel se fait au détriment de l'efficacité de l'entreprise". C'est exactement ce qui est différent avec un système de navigation. Un informaticien de l'entreprise peut intégrer zum Beispiel dans n'importe quel logiciel. Il crée ensuite les tournées correspondantes pour les salariés. Et comme Userlane n'est pas une vidéo, mais ein Werkzeug, qui s'affiche directement dans le logiciel correspondant et explique les étapes correspondantes, les utilisateurs et les employés peuvent effectuer leurs tâches actuelles tout en continuant à connaître l'application. "De cette façon, une entreprise économise des coûts, l'implémentation de nouveaux logiciels est accélérée et l'efficacité de l'entreprise s'améliore ", explique Hartmut Hahn.

Hahn estime que les coûts d'une entreprise de taille moyenne se situent dans la fourchette inférieure à cinq chiffres par an. "En détail, cela dépend du nombre d'employés et des économies réalisées par l'entreprise par rapport à la formation par des formateurs externes."

La mise en œuvre et la création des tournées par le logiciel correspondant sont ensuite effectuées par le département spécialisé de la moyenne entreprise elle-même. "Ce n'est généralement pas un problème car aucune connaissance en programmation n'est requise et les employés d'une entreprise connaissent et comprennent beaucoup mieux que nous le logiciel utilisé et les processus sous-jacents.

Les moyennes entreprises qui disposent d'un système SAP basé sur le Web peuvent également se procurer le Userlane Navigator directement auprès du groupe de logiciels Walldorf, avec lequel la start-up basée à Munich a conclu un partenariat. Dans ce cas, le salarié SAP correspondant configure les tournées pour les salariés. En contrepartie, SAP reçoit une partie des revenus d'Userlane.

L'autre façon d'obtenir le logiciel Userlane est le Software-as-a-Service. Les clients n'achètent plus de licence pour l'utilisation illimitée de logiciels. Au lieu de cela, ils y souscrivent, généralement pour un an, avec des coûts basés sur le nombre approximatif d'employés qui y ont accès. Au bout d'un an, le client décide de prolonger ou non l'abonnement.

_______________________________

®

Auteur :  Gerd Hübner

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux