• Hanns J. Neubert

Tout au banc d'essai.

(Temps de lecture: 3 - 6 minutes)

Risiko shutterstock 275012546Risques climatiques. Le changement climatique provoqué par l'homme entraîne partout dans le monde de fortes pluies, des inondations, des tempêtes de plus en plus violentes et des vagues de chaleur. Il est grand temps que les entreprises se préparent elles aussi.

Soudain, plus rien ne fonctionnait. Lorsque l'approvisionnement en énergie s'est temporairement effondré dans la vallée de l'Ahr et qu'il n'était plus possible de passer des appels téléphoniques pour organiser l'aide mutuelle, le terme abstrait de "risques systémiques" a pris une signification concrète. Les canalisations d'eaux usées et les bassins de stockage ne pouvaient plus retenir les masses de pluie. Les ponts, les tunnels et les ouvrages construits trop près des rives renforçaient la force destructrice des courants.

"Les risques systémiques sont des dangers physiques qui vont bien au-delà des risques réglementaires et de marché auxquels les entreprises sont normalement confrontées", explique Ortwin Renn, directeur de l'Institut de recherche transformative sur la durabilité (IASS) à Potsdam. Un exemple typique, selon le scientifique, est l'effondrement d'unités techniques ou infrastructurelles importantes à un endroit donné, qui se propage comme un effet domino et menace également des institutions sociales vitales éloignées, comme les systèmes de santé ou l'approvisionnement en énergie.

Il est indéniable que ces dangers prendront de plus en plus d'importance dans le futur. La base de données européenne sur les intempéries (ESWD) a enregistré 1268 annonces d'intempéries pour le seul mois de juillet de cette année en Allemagne - à l'ouest et à l'est, de fortes pluies, au sud, de gros grêlons, et même trois tornades. Pour l'Autriche, il y a eu 241 annonces et pour la Suisse 83. Chacun de ces événements aurait pu dégénérer en catastrophe.

Le nombre d'intempéries en soi ne veut pas dire grand-chose. C'est plutôt leur intensité qui augmente, comme le confirment de nombreuses études scientifiques. Les vagues de chaleur peuvent certes être plus fréquentes, mais les phases de précipitations sont plus rares. Mais elles apportent alors beaucoup plus de pluie. Si l'on constate une augmentation des tempêtes dans le nord de l'Allemagne, elles ne sont pas forcément plus fréquentes ailleurs, mais elles sont d'autant plus destructrices.

Plus de 200 personnes sont mortes lors de fortes pluies en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. De nombreuses petites entreprises et entreprises artisanales se retrouvent depuis sans rien. Et les grandes entreprises ont également été touchées. Les masses d'eau se sont ainsi déversées dans la mine de lignite à ciel ouvert d'Inden, qui alimente la centrale électrique de Weisweiler. L'exploitant RWE a certes pu arrêter à temps les nombreuses centrales hydroélectriques dans l'Eifel, sur la Moselle, la Sarre et la Ruhr. Néanmoins, les pertes s'élèveront à "un montant moyen de plusieurs dizaines de millions", selon le porte-parole de RWE Guido Steffen.

Ce n'est pas un cas isolé. A Stolberg, une usine d'Aurubis, où sont fabriqués des bandes et des fils de cuivre et d'alliages de cuivre pour le marché mondial, a dû être évacuée. En raison de l'inondation complète du site et des halls de production le 16 juillet, Aurubis a déclaré "Force Majeure" - l'entreprise ne pouvait plus remplir ses obligations de livraison.

Ortwin Renn attire l'attention depuis de nombreuses années sur ces risques systémiques précis. Mais la prise de conscience n'augmente que lentement dans l'économie. Dans une enquête menée par le cabinet de conseil Deloitte auprès de 1168 directeurs financiers européens sur la prise de conscience du changement climatique dans leur entreprise, la plupart d'entre eux étaient certes conscients que quelque chose devait être fait. Mais ce qu'ils considéraient alors comme des mesures de protection n'avait en général que des effets à court terme et surtout rentables. Presque aucun des chefs d'entreprise interrogés n'a montré une réelle compréhension du changement climatique.

"Il est grand temps que les entreprises voient beaucoup plus clairement les interconnexions systémiques et intègrent des thèmes comme la protection du climat, l'adaptation au climat et la biodiversité comme éléments de leur propre stratégie d'entreprise", constate Renn.

Le chercheur en durabilité reconnaît certes que l'économie a été et est encore très efficace dans la maîtrise des risques conventionnels, par exemple dans la protection du travail, le trafic automobile, les produits chimiques toxiques ou les denrées alimentaires. Mais les ressources en temps et en argent devraient désormais être réajustées. "Elles seraient désormais mieux investies dans les risques systémiques que dans les risques conventionnels", estime Renn. "Après une explosion dans une usine, des milliers de nouvelles réglementations apparaissent immédiatement et sont appliquées. Mais là où ça fait vraiment mal, elles font défaut".

Les dommages causés par la catastrophe de juillet s'élèveront probablement à 30 milliards d'euros. "Un dixième de cette somme aurait suffi pour créer des zones inondables et des polders en amont des régions menacées par les inondations", estime Renn. Les intempéries ne se seraient alors pas transformées en une catastrophe aussi destructrice et mortelle.

---------------------

Vérifier les risques climatiques - les points de contact.

Il existe désormais de nombreuses possibilités de s'informer sur Internet sur les risques climatiques tels que les intempéries, les inondations, l'impact des vagues de chaleur et même les zones dangereuses. La plupart d'entre elles nécessitent toutefois des connaissances techniques, géographiques et parfois même mathématiques et physiques de base. Ces ressources sont généralement destinées aux experts et aux planificateurs des administrations et des assurances.

Dans le cadre de la stratégie allemande d'adaptation au changement climatique (DAS), le gouvernement fédéral a entre-temps mis en place le portail allemand de prévention climatique (KLiVO) (www.klivoportal.de). Il s'agit du premier point de contact pour les citoyens, les propriétaires et les acheteurs de maisons, mais aussi pour les entrepreneurs. Le portail propose de nombreux guides, outils, données climatiques et portails web complémentaires qui peuvent être trouvés sur mesure grâce à un masque de recherche.

Le "passeport inondation" du Hochwasser-Kompetenz-Centrum (www.hochwasser-pass.com), facile à comprendre, en fait partie. Il répertorie des experts régionaux contrôlés qui peuvent conseiller sur les mesures à prendre. Ce service s'adresse avant tout aux propriétaires et à ceux qui prévoient de construire ou d'acheter une maison ou qui travaillent dans le secteur immobilier.

Les communes et les Länder peuvent obtenir un aperçu de la vulnérabilité des sites grâce au passeport inondation, afin de planifier et de mettre en œuvre des mesures de protection ciblées.

Le Climate Service Center Germany (GERICS) propose des produits et services prototypes spécialement conçus pour les entreprises. Les décideurs politiques, économiques et sociaux doivent ainsi être soutenus dans leur adaptation au changement climatique. Cela comprend des conseils sur les conséquences économiques et politiques du changement climatique ainsi que sur la protection du climat. L'établissement fait partie du centre Helmholtz Hereon. Plus d'informations sur : www.climate-service-center.de.

---------------------

®

Auteur : Hanns J. Neubert