• Cornelia Knust

C'est ce qui rend la chose possible.

Claude Maurer 1Succession. Le concepteur d'éclairage munichois Ingo Maurer a laissé à la postérité non seulement son art mais aussi son entreprise. Aussi désorganisé qu'on pouvait s'y attendre de la part de ce type d'artiste. La fille Claude Maurer a besoin d'une nouvelle stratégie de gestion pour maintenir l'entreprise en vie.

La lampe ressemble à une explosion. Comme si quelqu'un avait crié "Freeze" au point culminant d'un enterrement de vie de jeune fille. Qui a eu l'idée de développer une telle sculpture en porcelaine comme source de lumière pour le salon ? Quelqu'un de sérieusement fou et créatif. Qui parvient alors à vendre ce produit encore et encore pendant des années à un prix élevé ? Un entrepreneur quelque peu chaotique mais brillant. Ingo Maurer (1932-2019) était les deux. "Porca Miseria !", c'est ce qu'un fêtard de Milan, perplexe, se serait exclamé devant cette lampe - un juron, autant qu'un "misérable gâchis". Maurer a trouvé que le nom correspondait.

Claude Maurer, 54 ans, touche les tessons, qui sont collés avec des entretoises métalliques et doivent encore être insérés dans le corps de la lampe. Il se trouve dans un ancien hall de production de l'avionneur Dornier à Munich-Neuaubing - aujourd'hui un parc d'affaires. Ici, la société Ingo Maurer loue depuis 15 ans des espaces dispersés et produit 150 lumières différentes avec quelques dizaines de personnes - dans cette salle, exclusivement la "Porca Miseria !

Claude Maurer est la fille d'Ingo Maurer. Elle est issue de son premier mariage avec Dorothea Becker, également designer. La fille Claude ne semble pas être folle de génie et ne se dit pas particulièrement créative. Pas un concepteur d'éclairage, mais une japonaise et mère de trois grands enfants. Cependant, elle travaille dans l'entreprise depuis 2005 et est membre du conseil d'administration depuis 2011. Aujourd'hui, avec sa sœur aînée de deux ans, Sarah, héritière de la société et des licences du célèbre père, décédé à l'hôpital en octobre dernier. Et : déterminés à protéger et à préserver ce patrimoine.

Claude Maurer 2

Mais comment préserver un cosmos chatoyant de créativité quand le soleil s'y est éteint ? Que se passe-t-il si l'entrepreneur qui part laisse l'œuvre de sa vie largement désorganisée ? Quel est le degré de leadership nécessaire à un tel moment et quel est le degré d'humilité devant la troupe de personnes créatives qui gardent les balles en l'air ?

Car ce que Ingo Maurer, fils d'un pêcheur du lac de Constance, typographe de formation et autodidacte, a construit depuis 1965 n'est pas seulement un héritage artistique, mais aussi une œuvre d'art : communauté créative, marque et fabrication. Dans les années soixante, une inspiration solitaire et ivre dans une chambre d'hôtel vénitienne a suffi pour créer une "ampoule", une ampoule surdimensionnée comme lampe qui est devenue un best-seller. Plus tard, dans les années 80, des lampes à basse tension suspendues à des fils tendus ont sauvé une véritable petite entreprise de la crise. Aujourd'hui, la Pinakothek der Moderne de Munich déblaie des salles entières pour présenter l'artiste lumière Ingo Maurer (l'exposition se poursuit jusqu'à la mi-octobre 2020). Et les habitants de la ville sont ravis de sa mise en scène de la station de métro Münchner Freiheit. Ou se promener dans le Residenztheater sous un nuage d'argent scintillant de sa main. Mais un peu moins de 50 employés, de nombreux clients et fournisseurs seraient particulièrement heureux si l'entreprise restait en vie. "La succession était un sujet difficile pour mon père", explique Claude Maurer. "Il y a pensé très longtemps, même à l'âge de 60 ans. Mais il n'aimait pas planifier des choses comme ça". Lorsque sa deuxième femme Jenny Lau, de 13 ans sa cadette, est morte d'un cancer en 2014, il n'a pas eu le temps de planifier sa propre succession car les tâches de Lau - "le côté commercial" - ont dû être redistribuées. Puis le fondateur lui-même a perdu ses forces : "En 2017/18, il a commencé à s'affaiblir", dit la fille. "Les projets ont été retardés, les décisions n'ont plus été prises aussi rapidement".

Le père avait déjà reçu la visite de Burkhard Bensmann en 2013, aujourd'hui âgé de 61 ans, et le consultant en gestion a mené des entretiens pour son livre "Comment les entrepreneurs créatifs s'organisent avec succès". Bensmann y décrit avec enthousiasme le designer charismatique et le lieu de l'interview, le showroom des Maurer à la Kaiserstraße 47 dans la meilleure partie de Munich-Schwabing. Et note les mécanismes de maîtrise de soi du maître : "Pour Ingo Maurer, le sentiment d'insécurité est un point de départ essentiel pour son travail de conception ; il définit la sécurité comme "quelque chose de mortel", souligne qu'il aime le risque.

Le rêveur professionnel qui possède une résidence secondaire à New York, mais qui a en fait le béguin pour le désert et son "silence merveilleusement bruyant", n'est pas un adepte des listes de choses à faire ou des courriels. Un tel poison aurait pu interrompre le flux d'idées, détruire les conditions de la créativité, empêcher la libération souhaitée de dopamine, soupçonne Bensmann.

Ce refus a fonctionné parce que tout autour se trouvaient des gens qui le connaissaient, le comprenaient et le complétaient. Des gens comme Claude, sa fille. Elle avait renoncé à l'interprétation à 40 ans, avait déménagé de Cologne à Munich, avait voulu travailler avec lui, avait voulu savoir "ce qu'il y a ici". Ingo Maurer voulait qu'elle joue un rôle de premier plan dans la succession, mais en groupe, car il voyait la nécessité d'impliquer toute l'équipe. Cependant, si Bensmann a bien entendu à l'époque, la poursuite de l'œuvre de sa vie n'était pas si importante pour Ingo Maurer : "Je suis fasciné par la fugacité. Si j'ai de la chance, il y a quelques vagues plus tard où les gens disent : "C'est ce qu'il a fait".

Claude Maurer ne semble pas satisfait des vagues. Selon elle, la sœur est également très intéressée par l'entreprise, tout comme son beau-frère Sebastian Untermöhlen, qui travaille depuis longtemps avec l'entreprise. Mais même si les frères et sœurs sont d'accord : Le partage moitié-moitié des héritiers change des choses fondamentales, par exemple en proportion du risque. Là où le père vivait sans compromis sa liberté artistique, selon la devise "mon idée, ma société, mon capital", il faut maintenant s'entendre sur les budgets, par exemple lorsque des artistes sont invités à créer.

Claude Maurer 4

"Nous sommes actuellement en train de restructurer l'entreprise, également avec des consultants", déclare Claude Maurer, actuellement seul directeur général. Un conseil consultatif a également été discuté. Et sur la nécessité d'un nouveau directeur général. "Nous sommes en train de tâter le terrain en ce moment, non seulement parce que nous avons besoin de main-d'œuvre, mais aussi parce que - malgré une excellente équipe de concepteurs et de chefs de projet - nous voyons une nouvelle perspective comme une impulsion passionnante et une énergie supplémentaire.

Pendant longtemps, elle a été "une fille pour tout", dit Maurer sans prétention. Son travail était le plus difficile du niveau : les détails misérables, l'assurance qualité, la gestion des employés, la satisfaction des clients. Elle se sentait comme la maîtresse du processus.

Au vu de la réglementation européenne sur les ampoules électriques de 2009, le père s'était déchaîné et avait demandé que l'ampoule soit plutôt déclarée patrimoine culturel mondial. Le règlement a apparemment été mis en œuvre dans l'entreprise - Claude. Aujourd'hui, elle déclare : "La conversion au LED est terminée". Au lieu de penser en watts, pensez maintenant en termes de Kelvin, lumen, lux et indice de rendu des couleurs.

Elle a également essayé d'expliquer à son père que les lampes ne se vendaient plus par le biais d'épais catalogues imprimés, mais qu'une présence sur Instagram et Pinterest devenait de plus en plus importante. Que les architectes d'intérieur attendent un contact personnel, un travail en réseau, la prise en compte de leurs besoins spécifiques. Que la situation concurrentielle soit différente aujourd'hui de ce qu'elle était dans les années 80, lorsque les drôles d'idées de produits de son père lui ont été arrachées des mains et que son attitude "Les gens viennent me voir de toute façon" était peut-être encore justifiée.

Claude Maurer explique la situation : "Nous devons aider les architectes à comprendre les produits afin qu'ils puissent également inspirer leurs clients. Pour ce faire, nous ne devons pas présenter les luminaires de manière trop stylisée, mais dans des environnements réels et vivants. Nous devons fournir des histoires à ce sujet".

Tout ce qui concernait les ordinateurs et les écrans était étranger à son père. Déléguer n'était pas non plus son point fort : "Il voulait être impliqué dans tous les projets". La décision la plus radicale, cependant, a été prise vers les années 2000 : "Mon père et sa deuxième femme n'avaient aucun intérêt à ce que l'entreprise se développe. Une erreur ? "Une décision", dit calmement Claude.

Ces dernières années, l'activité a décliné. L'héritière estime le chiffre d'affaires annuel actuel à environ huit millions d'euros, l'Allemagne étant le marché le plus important, suivie par les autres pays européens et les États-Unis. Elle ne veut rien dire à propos du retour. La société ne possède pas de biens immobiliers propres, mais n'a pas non plus de dettes bancaires. La dernière déclaration financière annuelle publiée date du printemps 2018 : pour l'année précédente, un bénéfice de 1,7 million d'euros a été enregistré au bilan.

Le troisième directeur général signataire était Marc-Oliver Schneider, un ingénieur qui est arrivé de la technologie des cuisines de cantine de Küppersbusch en 2018 mais qui a quitté l'entreprise à nouveau en août 2019. "Nous avions besoin de quelqu'un pour s'occuper des ventes", dit Claude Maurer à la demande. "La grande leçon que j'en tire est que la taille de l'entreprise dans laquelle une personne travaille est décisive, et que de nombreux aspects de la personnalité respective doivent s'y adapter". Schneider lui-même ne fera pas de commentaires sur cette demande.

Le nouveau patron se déplace donc toujours seul et sans plan fixe dans ces ateliers aux allures improvisées et ces entrepôts à hauts rayonnages. "Consolider d'abord" est la devise. Produire moins de variantes, renforcer encore la boutique en ligne, qui ne représente actuellement qu'un bon trois pour cent des ventes. Et de croître à nouveau à moyen terme. Même en accordant des licences, pourquoi pas ? Par le biais de la participation industrielle ou financière, cela est également envisageable, tout comme l'est théoriquement l'actionnariat salarié.

En ce qui concerne le secret de la réussite de cette entreprise de plus de 50 ans, la fille formule avec assurance : non seulement un bon design, mais aussi beaucoup d'émotion et surtout de l'humour - un humour décalé et provocateur - associé à de solides compétences manuelles. L'un de ses points forts est également la zone de projet, c'est-à-dire le bureau de planification, qui a déjà beaucoup montré, de l'éclairage des stations de métro de Munich à l'aménagement de tout un hôtel de luxe en Géorgie. Ce n'est pas seulement la "sculpture", la source de lumière elle-même, qui est le sujet, mais aussi les surfaces auxquelles cette lumière correspond, c'est-à-dire les murs, les sols, les meubles, les tissus. Une grande partie de cette activité pourrait être poursuivie sans l'apport créatif du père.

Claude Maurer 3

"Nous allons protéger la marque Ingo Maurer, ne pas la diluer, ne rien faire qui ne corresponde pas, mais nous allons continuer à la développer", déclare Claude. Elle pense qu'elle est la bonne personne pour ce travail, car : "J'ai toujours fait partie de ce travail.

L'ADN du travail paternel, les aspects que personne d'autre ne connaît, la vue d'ensemble, les expériences sont rassemblés en elle. Après la mort de son père, elle a reçu de nombreuses confirmations externes selon lesquelles elle allait non seulement exercer l'option d'actionnaire, mais aussi gérer l'entreprise dans un avenir prévisible. Mais elle veut rester authentique, comme ce qu'elle fait, être autorisée à se poser des questions et à impliquer les employés : Comment voulez-vous travailler ?

En matière de gestion, Claude Maurer a un style différent de celui de son père. "Il aimait provoquer et se plaisait à toujours avoir une scène. Je n'ai pas besoin de cela et je suis plus pragmatique. Mais au bon moment, il a également décidé". D'ailleurs, le rythme semble être différent. "Il nous a toujours précédés à grands pas", avait écrit l'état-major dans la nécrologie de son grand patriarche. Ce n'était pas seulement une métaphore, mais aussi un sens littéral, car Ingo Maurer faisait toujours de grands pas rapides, explique la fille. Elle-même se déplace lentement, parle calmement, se retire des pièces lorsque d'autres y ont des affaires, ne revendique aucune position particulière.

Claude Maurer expérimente actuellement des décisions de groupe, des processus de maîtrise de soi, la responsabilité individuelle et la coopération. La préparation du "Salone del Mobile" de Milan de cette année, qui avait été initialement reportée au mois de juin en raison de la crise de la Corona et qui a depuis été complètement annulée, était un test, a-t-il dit. Les employés avaient élaboré différents scénarios, défini des groupes et décidé librement à qui ils voulaient participer. "Cela a non seulement produit des idées très surprenantes, mais aussi un bon sentiment pour tout le monde", dit Maurer.

Même avant cela, Ingo Maurer GmbH n'avait pas de cartes de visite portant l'empreinte de la fonction au sein de l'entreprise, pas même avec les huit designers internes, auxquels d'autres personnes externes doivent maintenant se joindre. "Nous travaillons ici de manière flottante", dit Claude. "Certains s'en sortent bien, d'autres veulent plus de structure."

Le consultant Bensmann, qui n'a pas de mandat ici mais seulement une opinion privée, trouve l'approche de Claude concluante. "Si vous suivez une personne de haut vol comme elle, vous ne pouvez diriger une entreprise que par derrière, comme une œuvre d'art totale, dans le rôle de l'appréciateur et de celui qui rend cela possible". ®

Auteur:  Cornelia Knust

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux