• Klaus Meitinger

"Les prix des actions vont continuer à augmenter."

PW 04052021 Borsenglas

Bien que les cotations de la plupart des indices boursiers soient proches de leurs niveaux records, deux tiers des membres du Cercle de Compétence Lerbach parient sur une hausse des prix dans les six prochains mois également. Ils ont de bons arguments pour cela.

"En fait," réfléchit Gottfried Urban, Urban et ses collègues, "il n'y a pratiquement rien à dire contre les actions en ce moment. Après tout, la combinaison d'une politique monétaire ultra-libre couplée à un boom économique et à une inflation légèrement plus élevée aux États-Unis et, dans une certaine mesure, en Europe, est presque une situation idéale." "De plus, l'afflux de liquidités auquel nous assistons actuellement est sans précédent dans l'histoire.C'est et cela restera un moteur essentiel sur les marchés des capitaux", précise Jörg Rahn, de Wirtgen Invest. "À mon avis, les actions sont tout simplement sans alternative en période de répression financière continue et de taux d'intérêt réels négatifs", ajoute l'expert en investissement Stefan Hollidt.

Selon lui, il est déjà apparu clairement ces derniers mois ce que cela signifie lorsque de nombreux acteurs du marché passent des comptes d'épargne ou des obligations aux actions. Le fait que les fonds d'actions du monde entier aient reçu plus de capitaux au cours des cinq derniers mois qu'au cours de l'ensemble des douze dernières années a sans aucun doute stimulé les prix. "Néanmoins, l'excédent d'argent reste énorme. C'est pourquoi il n'y aura jamais que de brefs reculs sur le marché boursier, qui seront exploités par ceux qui n'ont pas encore investi", explique M. Urban. En fait, cet afflux record n'a été que de 576 milliards de dollars. Rien que sur les comptes d'épargne allemands, il y a encore près de 2 900 milliards d'euros. Et près de cinq mille milliards de dollars supplémentaires seraient investis dans des fonds du marché monétaire américain. "Il y a simplement encore beaucoup d'investisseurs sur la touche, inquiets de manquer la reprise", résume Joachim Meyer.

Il ajoute que l'énorme soutien de la politique monétaire et fiscale signifie inévitablement que l'environnement économique restera très positif au cours des six prochains mois. "Rien qu'aux États-Unis, le soutien gouvernemental depuis août 2020 s'élève à 5 300 milliards de dollars. Si l'on ajoute maintenant les achats de titres par la Fed et les investissements prévus dans les infrastructures, nous en sommes à plus de dix mille milliards de dollars", calcule Carsten Mumm, Donner Reuschel. Cela équivaut à environ la moitié du produit national américain généré en 2020.

"L'économie chinoise est également en plein essor et, à partir de là, la croissance en Asie du Sud-Est devrait également s'accélérer", ajoute Stefan Ebner, de Focus Asset Management. "Enfin, nous ne devons pas négliger la demande refoulée par les fermetures qui devraient se dérouler à mesure que la campagne de vaccination progresse. Cela déclenchera un véritable boom de la consommation", ajoute Alexander Ruis, de SK Family Office.

"Je m'attends donc à ce que nous assistions à une reprise mondiale très dynamique avec des taux de croissance supérieurs à la moyenne cette année et l'année prochaine", conclut M. Mumm. En effet, au début du mois d'avril, le Fonds monétaire international a relevé son estimation de la croissance mondiale pour cette année à six pour cent, soit le niveau le plus élevé depuis 1980.

"Du point de vue d'un investisseur, ce qui est très important, c'est que nous ne sommes qu'au début d'un cycle économique de longue durée dans le processus", dit M. Rahn. "Nous n'avons donc pas à craindre que la tendance des bénéfices des entreprises se brise dans un avenir proche. Les actions devraient donc continuer à afficher des performances positives pendant très longtemps", ajoute Arne Sand, Sand & Schott.

Les experts ne partagent pas la grande inquiétude de nombreux investisseurs qui estiment que ces perspectives se reflètent depuis longtemps dans les cotations actuelles. "À mon avis, la dynamique de cette reprise est encore sous-estimée", déclare Robert Greil, Merck Finck, et conclut : "De très nombreuses surprises positives sont encore envisageables." "Je pourrais imaginer que la hausse des prix est possible en raison d'une demande refoulée dans la consommation et que nous constatons une augmentation de la productivité grâce à la numérisation. Ces deux éléments permettraient d'accroître encore les bénéfices", indique M. Ruis.

Dans l'ensemble, les prévisions concernant les bénéfices des entreprises sont donc encore susceptibles d'être trop faibles. "Selon nous, de nouvelles révisions à la hausse du bénéfice par action sont donc probables", opine Greil. "Incidemment, cela s'est également manifesté lors de la saison des rapports du premier trimestre 2021. 86 % des entreprises du S&P 500 ont dépassé les attentes des analystes. Je ne vois aucune raison pour qu'il n'en soit pas de même à l'avenir", ajoute Stefan Mayerhofer, de Bayerische Vermögen.

Les représentants de la faction à moitié pleine sont également détendus en ce qui concerne le deuxième risque - une inflation plus élevée et les taux d'intérêt plus élevés qui l'accompagnent. "Les investisseurs ne doivent pas être découragés par la récente hausse des rendements obligataires", déclare Karsten Tripp, HSBC : "L'inflation n'est qu'un spectre qui sera bientôt de nouveau de l'histoire ancienne. Il y a un an, les prix de l'énergie se sont effondrés massivement à la suite du verrouillage. Les taux de variation annuels semblent désormais tout aussi spectaculaires. À partir de juin, ou de juillet au plus tard, le taux d'inflation aux États-Unis devrait commencer à revenir vers le niveau normal de deux pour cent ou moins. "

Et cela permettrait également de dissiper les craintes d'une hausse des taux ou d'un resserrement monétaire prématuré. "Après tout, la Fed a clairement indiqué qu'elle tolérerait une hausse temporaire des taux d'inflation tant que le plein emploi n'est pas atteint. Et la BCE est dans le même état d'esprit", nous rappelle Arne Sand.

Si les taux d'intérêt restent effectivement bas, ajoute-t-il, il restera vrai que les actions sont valorisées à bon marché par rapport aux obligations. "A mon avis, les acteurs du marché des actions ne se sont toujours pas adaptés à un environnement durable de taux d'intérêt bas", analyse Maximilian Kunkel, UBS Allemagne, et calcule. "Par exemple, si nous supposons que notre objectif actuel de fin d'année est de 4400 points pour le S&P 500, le ratio cours/bénéfices basé sur les bénéfices attendus pour 2022 est de 20,9. Le rendement des bénéfices, le ratio P/E inverse, se maintient à 4,77. Si, d'autre part, nous fixons un rendement de deux pour cent pour les obligations d'État américaines d'une maturité de dix ans que nous attendons, la différence entre les rendements du marché boursier et du marché obligataire est de 277 points de base. Mais en moyenne, au cours des 35 dernières années, elle n'a été que de 200 points de base. De ce point de vue, les actions sont encore relativement bon marché."

La tendance à la hausse, selon les experts, est bien fondée et reste totalement intacte. Entre-temps, elle s'est emparée du marché au sens large, ont-ils dit. "Fin mars 2020, moins de dix pour cent des actions du S&P 500 étaient encore au-dessus de leur ligne de 200 jours", explique Alexander Prochnow-Ast du Family Office de la Volksbank Kraichgau. À cette époque, la hausse du marché boursier n'était attribuable qu'à quelques valeurs et reposait sur des bases fragiles. "Actuellement, 96 % des actions de l'indice sont au-dessus de leur ligne de 200 jours. La hausse des prix est donc alimentée par de nombreux stocks.C'est un argument supplémentaire pour que les investisseurs restent investis." ®

––––––––––––––––––––

// Full-on.

"Fondamentalement, je m'attends à ce que les valeurs cycliques et les valeurs de rendement s'en sortent bien à court terme, les entreprises du secteur des technologies de l'information et des soins de santé étant susceptibles d'être des gagnants à long terme", Robert Greil ouvre la discussion. "En raison de la pénurie de puces, nous sommes ici optimistes pour le secteur des semi-conducteurs, par exemple", ajoute Mayerhofer, qui identifie également des opportunités de croissance structurelle dans le secteur des soins de santé. "Nous y voyons un potentiel de rattrapage, tout simplement parce que de nombreux traitements ont dû être reportés pendant la pandémie."

Dans le secteur cyclique, Maximilian Kunkel a identifié deux secteurs passionnants : "Les valeurs bancaires et énergétiques sont valorisées de manière attractive et bénéficient de l'environnement économique." M. Prochnow-Ast accorde une attention particulière aux banques américaines. "Grâce aux progrès réalisés sur le front de la vaccination là-bas et à l'aide massive du gouvernement, il devrait y avoir moins de défauts de paiement que prévu.Dans le même temps, le fait que la courbe des taux soit pentue, c'est-à-dire que les échéances courtes rapportent moins que les longues, aura un effet positif sur les bénéfices.Les banques peuvent, après tout, emprunter de l'argent à court terme et le prêter à long terme."

Stefan Ebner conseille de ne pas oublier l'Europe : "La structure sectorielle européenne est plus cyclique que celle des États-Unis. Le prochain boom économique devrait donc profiter encore plus à l'Europe." En outre, les actions européennes présentent actuellement un avantage en termes de valorisation par rapport à leurs homologues américaines.

L'Asie fait également partie des favoris. "La population y est jeune, en pleine croissance et, dans de nombreux cas, férue de technologie, et la proximité du moteur de croissance qu'est la Chine rend cette région particulièrement intéressante en ce moment", explique Carsten Mumm. Karsten Tripp est du même avis : "Pour moi, l'Asie, comme la technologie, est une question structurelle. Il est particulièrement intéressant d'entrer dans une perspective à long terme après la récente correction des prix."

––––––––––––––––––––