• Sonderveröffentlichung: Eyb & Wallwitz

Réajustez.

Eyb shutterstock 140042659Mélange possible. Pendant longtemps, les investisseurs ont obtenu des rendements adéquats en répartissant leurs actifs entre 60 % d'actions et 40 % d'obligations d'État. Compte tenu de la hausse des taux d'inflation et de la persistance de taux d'intérêt bas, cela devient de plus en plus difficile en termes réels, c'est-à-dire corrigés du pouvoir d'achat. "Il est grand temps de réajuster cette stratégie réussie", déclare Kristina Bambach, responsable du fonds mixte Phaidros Funds Balanced chez le gestionnaire d'actifs Eyb & Wallwitz avec Georg von Wallwitz et Ernst Konrad.

C'est la question des 7,5 trillions de dollars. 7,5 billions de dollars sont investis dans le monde entier dans des comptes de dépôt dits 60/40 - 60 % d'actions et 40 % d'obligations avec de très bonnes notations de crédit. Mais depuis quelque temps, cela ne fonctionne plus. Cette stratégie gagnante a-t-elle fait son temps ?

"À l'ère des taux d'intérêt nuls, les 40 % du portefeuille investis dans des obligations sûres ne rapportent en fait plus rien. Et maintenant - avec des taux d'inflation plus élevés, des taux d'intérêt en hausse et des prix des obligations en baisse - ce problème s'aggrave en fait", explique Kristina Bambach, coresponsable des Phaidros Funds Balanced chez le gestionnaire d'actifs Eyb & Wallwitz, et conclut : "Il est en effet temps de contrecarrer."

Si l'approche 60/40 a connu un tel succès pendant si longtemps, c'est grâce à sa simplicité. "Il n'avait tout simplement pas besoin d'une structure très complexe pour offrir des rendements adéquats et un bon équilibre entre le risque et le rendement", explique Mme Bambach. Les coupons des obligations fournissaient un taux de rendement de base. Si l'économie se refroidissait, les marchés boursiers étaient en difficulté. Mais dans le même temps, les taux d'intérêt ont baissé et les prix des obligations ont augmenté. Lorsque l'économie était bonne, les obligations ont perdu un peu de terrain. Mais il y avait des opportunités sur les marchés d'actions. Dans la tendance à long terme, cinq à six pour cent par an étaient possibles de manière très détendue et sans fluctuations drastiques des prix.

Depuis quelque temps, cependant, les cartes ont été rebattues. Depuis quelque temps, le coupon des titres sûrs porteurs d'intérêts ne suffit plus à suivre le rythme de l'inflation. En termes réels - après déduction du taux d'inflation - ces investissements génèrent des pertes. L'argument de la diversification justifie toujours à lui seul un investissement. "Tous les fournisseurs de fonds mixtes réfléchissent donc à la manière dont cette situation pourrait être améliorée. Nous avons examiné de plus près les quatre vis de réglage", explique Kristina Bambach.

Son message le plus important : "Il n'y a pas de solution facile. Soit les investisseurs acceptent un rendement nettement inférieur dans le portefeuille 60/40 à l'avenir. Ou bien ils ajustent la stratégie - et paient le prix qui en découle nécessairement."

Une approche possible consiste à remplacer les titres à taux d'intérêt sûrs par des titres offrant des rendements plus élevés. "Les investisseurs pourraient choisir des échéances plus longues, par exemple. Cependant, ils doivent alors accepter des fluctuations de prix plus importantes en raison du risque de durée plus élevé. Ou bien ils achètent des titres de sociétés dont la cote de crédit est moins bonne. Dans ce cas, cependant, une partie de l'aspect diversification est perdue. En effet, l'évolution de leur prix - comme celle du marché des actions - est étroitement liée à l'économie. Lorsque la situation économique est difficile, le risque d'insolvabilité augmente. Seules les obligations d'État de première classe offrent alors une protection."

La deuxième façon de changer est d'ajouter de nouvelles sources de rendement. L'or et les stratégies de rendement absolu sont souvent mentionnés. "L'or a un sens en période de stress. Mais en temps normal, les rendements sont faibles et les fluctuations de prix sont extrêmement élevées. Pour réussir ici, les investisseurs devraient être capables d'anticiper les phases de stress", précise M. Bambach. En ajoutant des stratégies de rendement absolu, qui promettent des rendements indépendants de l'évolution du marché, un portefeuille peut gagner en stabilité. "Mais en contrepartie, elle perd le charme de la simplicité. Cela s'explique par le fait que ces stratégies sont complexes, difficiles à comprendre et généralement pas liquides non plus."

Une troisième option serait d'être plus agressif dans la partie taux d'intérêt, mais de réduire les fluctuations de prix dans la partie actions. "L'idée ici est de se concentrer davantage sur les actions présentant des caractéristiques obligataires. En d'autres termes, les actions qui produisent des distributions régulières et fiables", explique M. Bambach. Il peut s'agir d'actions à dividendes classiques. Ou des actions de sociétés immobilières (REIT) qui génèrent un rendement régulier et calculable grâce à leurs revenus locatifs. Une autre option dans ce contexte est celle des actions dont les prix ont relativement peu fluctué dans le passé - les "actions à faible volatilité". "Ces actions sont en fait plus susceptibles de moins fluctuer que le marché à l'avenir également", est convaincu M. Bambach. Le prix ? "En période de crise, les pertes des livres intermédiaires sont moins importantes que celles du marché boursier au sens large, mais elles restent significatives. Les investisseurs doivent s'y préparer lorsqu'ils remplacent les obligations par des actions."

Il reste donc une quatrième option. Les gestionnaires de fonds pouvaient modifier les ratios d'actions et d'obligations de manière rapide et souple en fonction des conditions du marché. Prendre le plus de risques possibles dans les phases de hausse et en perdre le moins possible dans les phases de baisse. "En théorie, ça semble bien. Dans la pratique, cependant, il s'avère que pratiquement aucun manager ne parvient à le faire systématiquement. Le timing ne fonctionne souvent pas."

La conclusion provisoire de Kristina Bambach : "Si vous voulez un portefeuille avec un profil risque-récompense équilibré, vous ne pouvez pas non plus éviter de mélanger actions et obligations à l'avenir. Mais le portefeuille 60/40 doit être réajusté en ajoutant des obligations aux rendements plus élevés."

Comment cela est-il spécifiquement mis en œuvre dans Phaidros Funds Balanced ?

"Notre ambition est, après tout, de générer un rendement réel positif dans toutes les classes d'actifs. Nous nous concentrons donc sur le secteur du haut rendement dans le domaine des taux d'intérêt, en nous focalisant sur le thème de niche des "anges déchus"", explique Kristina Bambach. Si des obligations qui bénéficiaient d'une bonne notation sont rétrogradées au niveau des obligations à haut rendement, des opportunités se présentent car de nombreux investisseurs sont contraints de vendre à ce moment-là. Cela est dû au fait qu'ils ne sont pas autorisés à détenir ces titres dans leurs portefeuilles pour des raisons réglementaires. Les réductions de prix qui en résultent peuvent être exploitées (Private Wealth a fait état de cette stratégie dans le numéro 02/20). Vous pouvez trouver l'article sur la page d'accueil sous "L'attrapeur").

Surtout dans la situation actuelle, cela semble prometteur. "Au second semestre 2021, l'économie mondiale connaîtra une reprise significative. Le risque d'insolvabilité de ces émetteurs devrait alors diminuer et l'écart de taux d'intérêt par rapport aux obligations d'État devrait avoir tendance à se réduire", réfléchit M. Bambach. "Donc, ces titres porteurs d'intérêts ont non seulement les coupons les plus élevés, mais aussi les meilleures perspectives de prix." Étant donné que les risques d'inflation augmentent également dans un tel environnement économique, le gestionnaire de fonds mélange aussi prudemment les REIT et l'or - "les gagnants classiques de l'inflation" - dans un deuxième temps.

Kristina Bambach accepte que le Phaidros Funds Balanced fluctue plus que les autres fonds mixtes en conséquence. "Nous définissons le risque différemment de nombreux acteurs du marché des capitaux. Compte tenu de notre horizon d'investissement à long terme, nous ne sommes pas concernés par les fluctuations temporaires du prix d'un actif. Pour nous, le risque signifie le danger d'une perte permanente ou du moins durable."

En ce qui concerne les actions, ce sont donc la qualité du modèle d'entreprise et - surtout maintenant, en période de hausse des taux d'inflation - le pouvoir de marché ainsi que les marges de reconduction des prix qui sont les critères de sélection décisifs, et non la volatilité des cours. "Nous examinons une entreprise et nous nous demandons si nous voulons ou non en être actionnaire au cours des cinq à dix prochaines années."

Plus précisément, la sélection des actions suit l'approche de Schumpeter. Dans sa jeunesse, l'économiste autrichien Joseph Schumpeter a décrit les avantages des entreprises dites "challenger" : elles bouleversent complètement les secteurs d'activité et connaissent ainsi une forte croissance. Aujourd'hui, nous appelons cela la perturbation des processus. "Nous investissons un tiers de notre allocation en actions dans des challengers tels que MercadoLibre, Shopify ou Teladoc", explique le gestionnaire du fonds.

Logos

Plus tard, l'économiste national autrichien a ensuite décrit l'avantage des oligopoleurs qui ont une position forte sur le marché, des marges élevées et une croissance régulière dans une économie stagnante. "Parce que cela correspond à notre vision du monde après le boom de la reprise de 2021, nous parions également sur des entreprises telles que Microsoft, Novartis et Mastercard. Cette combinaison permet de diversifier et de réduire le risque de la partie actions du portefeuille", explique M. Bambach.

Sa réponse à la question des 7 500 milliards de dollars est donc également très claire : ne pas jeter par-dessus bord, dans la précipitation, la stratégie qui a fait ses preuves. Réajustez dans la zone d'intérêt. Et acceptez simplement les inévitables fluctuations de prix plus élevées. "Un bon fonds mixte est comme un bon navire", explique Kristina Bambach, "il ne doit pas nous déranger s'il fluctue". En tant que gestionnaires, nous devons simplement nous assurer qu'il garde le cap en sélectionnant les investissements. Et nous y parvenons." ®

–––––––––––––––––––––––––––––

// Comment investir - les fonds Phaidros équilibrés.

Le fonds mixte Phaidros Funds Balanced (LU0295585748) est le fonds phare d'Eyb & Wallwitz. Il a été lancé en 2007, puis remanié en 2010. La stratégie de base définie à l'époque reste valable aujourd'hui. Selon cette stratégie, la répartition entre actions et obligations doit généralement être de 50/50. Théoriquement, la part des actions peut fluctuer entre 25 et 75 %. Toutefois, au cours des dix dernières années, il s'est généralement situé entre 40 et 60 %.

Cette approche a fait ses preuves. Si les rendements sur trois ans glissants à long terme sont utilisés pour les comparaisons avec des fonds similaires, le Phaidros Funds Balanced s'est situé dans le quart supérieur du groupe de référence pendant 122 mois sur 131 depuis 2010 (Morningstar Catégorie EUR Flexible Allocation Global). Le rendement sur dix ans est de 6,57 % par an.

Il est particulièrement intéressant de noter que le fonds se situe systématiquement dans les dix pour cent supérieurs de sa catégorie depuis octobre 2018.

Le fonds s'est également distingué par sa performance en termes de prix au cours de l'année difficile qu'a été 2020 : il a d'abord perdu environ 20 % lors du krach de Corona, mais n'a pas sérieusement modifié son comportement d'investissement - "les fluctuations de prix à court terme ne sont pas un risque pour nous" - et a ensuite récupéré les pertes comptables en août. Le fonds a terminé l'année 2020 dans son ensemble avec un gain de 13,3 %, selon Eyb & Wallwitz.

–––––––––––––––––––––––––––––

Publication spéciale :

Eyb & Wallwitz ; www.eybwallwitz.de