• Klaus Meitinger

Entre espoir et tristesse.

Print Friendly, PDF & Email

Chers lecteurs,

ifo VerarbeitendesGewerbe Mar2019andLegendLe climat des affaires de l'ifo s'est amélioré en mars pour la première fois en six mois. À première vue, les bonnes nouvelles sont toutefois mises en perspective par rapport aux différents domaines. Le secteur des services, le commerce et la construction sont à l'origine de cette augmentation. Dans l'industrie, qui est considérée comme un indicateur du climat de l'économie mondiale et des marchés boursiers, le recul s'est poursuivi à un rythme soutenu (graphique 1). Les attentes des entrepreneurs du secteur manufacturier ont maintenant atteint leur plus bas niveau depuis novembre 2012.

Le pessimisme de l'industrie se reflète également dans les prévisions d'exportation. Ils se sont pratiquement effondrés en mars (graphique 2).

Une lueur d'espoir vient de Chine. Nous avons souligné le mois dernier que la plupart des économistes s'attendent à ce que l'économie mondiale se redresse au cours des prochains mois parce que la Chine accélère à nouveau le gaz par le biais de politiques monétaire et budgétaire. Au moins, les premiers indicateurs montrent maintenant une première amélioration. S'il est vrai qu'une grande partie de la faiblesse de l'industrie est due aux problèmes de la Chine, alors les attentes de l'industrie devraient bientôt s'éclaircir.

Les cours des actions sont donc déjà en hausse sur les marchés des capitaux. Les investisseurs se penchent sur la faiblesse actuelle de l'économie et se positionnent en vue d'une croissance plus forte au second semestre de l'année. Les nouvelles selon lesquelles le différend commercial entre la Chine et les États-Unis pourrait bientôt prendre fin ne feront que renforcer l'optimisme. Dent au lieu de récession est le verdict unanime.

C'est une position de départ délicate. Si la théorie de Dell se confirme dans les mois à venir, l'indicateur du marché boursier privé réagirait probablement trop lentement et passerait à côté de certains des gains de prix. L'indicateur est un modèle à très long terme, qui garde surtout un œil sur les risques. Des améliorations claires doivent d'abord être constatées avant que l'indicateur n'abandonne sa position défensive.

Cette attitude prudente est actuellement soutenue par les sismographes des marchés financiers. Comme vous le savez, il distingue trois phases : "verte" (marché calme = acheter), "jaune" (marché turbulent avec attente positive = investir, mais avec couverture) et "rouge" (marché turbulent avec attente négative = ne pas investir).

Au cours des dernières semaines, la probabilité d'un marché baissier (rouge) a diminué successivement. Ces derniers jours, toutefois, cette tendance positive s'est inversée. Entre-temps, il est remonté à 40 pour cent. La probabilité d'un marché boursier calme et positif (" vert, acheter ou conserver ") est de 48 %. La probabilité d'un marché turbulent et volatil avec une tendance positive (" jaune ") à 12 %. Le sentiment sous-jacent, qui était très positif dans un passé récent, est revenu à la normale ", explique Oliver Schlick, qui conclut : " Si les données fondamentales actuellement encore faibles ne s'améliorent pas, les probabilités qui en découlent risquent de se détériorer davantage. Dans l'ensemble, on peut en déduire une allocation de portefeuille un peu moins offensive.

Conclusion :

L'indicateur du marché boursier de la richesse privée n'est plus coté en bourse depuis fin février 2018. Cette évolution a été déclenchée par le triplement des anticipations de l'ifo dans le secteur et par la très forte valorisation des marchés boursiers qui s'en est suivie. Depuis lors, l'indicateur propose une pondération minimale des actions de 0 à 30 % de la composante actions planifiée individuellement.

Pour le positionnement à court terme dans ce corridor, nous utilisons les résultats du sismographe du marché des capitaux. Comme cette situation s'est quelque peu détériorée, le ratio de fonds propres proposé passera de 30 à 25 pour cent.

le tien

Klaus Meitinger

Remarque : Malgré une sélection minutieuse des sources, nous déclinons toute responsabilité quant à l'exactitude du contenu. Les informations fournies sur le patrimoine privé le sont à titre d'information uniquement et ne constituent pas une invitation à l'achat ou à la vente de valeurs mobilières.

Adresse d'édition

  • Private Wealth GmbH & Co. KG
    Montenstrasse 9 - 80639 München
  • +49 (0) 89 2554 3917
  • +49 (0) 89 2554 2971
  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Langues

Médias sociaux