L'espoir choisit aussi.

Print Friendly, PDF & Email

Le 28 octobre sera un jour fatidique pour le Brésil. L'immense pays de la taille d'un continent doit choisir entre deux candidats à la présidence au second tour des élections. Tu ne pourrais pas être plus différent.


Selon les sondages, le candidat de gauche Fernando Haddad obtient actuellement 43 % des voix. "Ce n'est pas zéro, mais honnêtement : je ne vois aucune chance de sa victoire", déclare André Müller Carioba, germano-brésilien et président du conseil consultatif du réseau commercial LIDE Deutschland.

"Le parti PT de Haddad est devenu encore plus gauchiste qu'il ne l'était déjà. Il insiste sur les nationalisations, ce serait un poison pour l'économie", dit-il. En outre, Haddad avait déjà travaillé dans plusieurs bureaux politiques et ne l'avait pas fait : ni au cabinet du Ministre de l'éducation du pays, ni en tant que maire de Sao Paulo, il n'avait fait preuve d'un engagement ou d'une réalisation particulière digne de mention. "De nombreux Brésiliens et surtout les habitants de Sao Paulo le voient de cette façon", explique Müller Carioba. Bien qu'Haddad soit le candidat de la population pauvre, il fait aussi partie du parti qui a attiré l'attention à travers les scandales de fraude et l'emprise profonde sur les caisses de l'Etat. "Les Brésiliens en ont assez de la corruption, de la violence et d'une caste politique qui se sert de l'État comme d'un magasin libre-service pour accroître sa propre prospérité", explique Müller Carioba.

Un nouvel homme doit prendre la tête. Un qui ne fait pas partie du système. Quelqu'un à nettoyer. Une qui promet la sécurité. Ce Donald Trump du Brésil s'appelle Jair Bolsonaro et selon les derniers sondages reçoit environ 57 pour cent des voix. Un député d'arrière-ban politique qui veut prendre des mesures contre les opposants politiques par des " actions de nettoyage ". La torture a été approuvée publiquement, la dictature militaire glorifiée et le contact avec les femmes et les homosexuels s'est propulsé au 18e siècle. "Je suis relativement sûr que Bolsonaro va encore gagner", déclare André Müller Carioba.

Du point de vue des Brésiliens, le candidat du camp de droite est surtout soutenu par l'annonce qu'il a faite que la situation sécuritaire dans le pays s'améliorerait d'une main ferme. "Celui qui sort la nuit joue avec sa vie. Les gens en ont assez", dit Müller Carioba, en résumant l'ambiance au Brésil. Bolsonaro a également déclaré la guerre à la corruption et annoncé la privatisation des entreprises publiques. "Au Brésil, les conseillers municipaux des présidents ont mis la main à la pâte, dans tous les partis, à tous les niveaux, toujours pour se remplir les poches. Maintenant, le Bolsonaro vient du petit parti social-libéral PSL et dit : Cela doit cesser. C'est pour ça qu'il est élu."

Les souvenirs de la dictature militaire d'il y a plus de 30 ans, avec son caractère arbitraire et sa violence, sont réprimés. "Elle est également tombée dans l'oubli parmi les personnes âgées. C'est naïf, dit Müller Carioba. Il espère - et avec lui probablement la majorité des électeurs de Bolsonaro - que la droite à la présidence prendra une note modérée. "Au Brésil, c'est souvent le cas - les candidats secouent leur sabre pour vous faire peur. S'ils sont alors aux commandes, ils sont bien mieux qu'on ne le craint."

Ce qui nourrit cet espoir, c'est l'engagement de Bolsonaro de n'avoir aucune idée de l'économie et de nommer un ministre de l'économie qui est un expert reconnu : Paulo Guedes. Il fait partie des Chicago-Boys, qui défendent une politique économique libérale. "Bolsonaro serait un meilleur choix pour les entreprises, le marché boursier et la monnaie ", déclare Müller Carioba, qui est également ancien président de BMW Do Brasil. Il voit la monnaie nationale Real gagner Bolsonaro à un taux de 3,80 pour un euro. Il se situe actuellement à 4,24 Real. "Le réel doit devenir plus fort. Cela rend les importations moins chères, contribue à la lutte contre l'inflation et permet ainsi de baisser à nouveau les taux d'intérêt à l'avenir." Avant le premier tour de scrutin, un euro coûtait encore cinq real. "Là, la tendance devient déjà visible. Mais il vaudrait mieux que le Real ne gagne pas trop de points, sinon les importantes exportations brésiliennes en souffriraient trop", explique Müller Carioba.

Vers cinq heures du matin le 29 octobre, l'Europe saura avec une certaine certitude quel sera le nom du nouveau président et devra s'y adapter.

Pin It

Adresse de publication

Private Wealth GmbH & Co. KG
Montenstrasse 9
80639 München

Nous contacter

  • Tel.:
    +49 (0) 89 2554 3917
  • Fax:
    +49 (0) 89 2554 2971
  • Email:
    iCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Médias sociaux

         

   email